[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(34 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "duEls" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. LA RENCONTRE D’VN GASCON ET D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3346 ; cote locale : C_9_61. le 2012-12-25 15:07:27.

& il nous
fallut sauber à Cadillac chez lou Duc d’Espernon mon
Cousin, quittant ainsi, & amour & Maitresse. Le Poit. Que de monde vous auez tué, M. le Marquis
sans estre en peine ! Le Gas. Que distes-bous, sans estre en peine ! tous ces
duels m’ont raby plus de cinq à six ans de liberté, & plus
de vingt-mille libres de rebenu, pour outenir mes graces
& contenter mes parties cibiles. Le Poit. Le Roy vous a t’il bien voulu donner tant de
graces ? Le Gas. Iou ay l’honneur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. LA RENCONTRE D’VN GASCON ET D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3346 ; cote locale : C_9_61. le 2012-12-25 15:07:27.

voulu donner tant de
graces ? Le Gas. Iou ay l’honneur d’estre son parent, & puis
toutes mes querelles ont esté ioustes de mon costé, ie
bous beus dire le reste. Le Poit. Ie lis les Amadis de Gaule, quand ie vous entends
parler de tant de duels, de valeur, & de courage :
mais puis que vous le voulez bien, voyons donc comme
vous débroüillastes cette derniere. Le Gas. C’estoit fait que de moy, si l’on m’eut attrapé :
tous les plus vrabes de la Probince se mirent en campagne
pour me chercher,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. LA RENCONTRE D’VN GASCON ET D’VN... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3346 ; cote locale : C_9_61. le 2012-12-25 15:07:27.

ie resolus de iuo ne me point faire connoistre à eux,
de crainte d’estre importuné d’accepter quelque éminẽte
charge. Pour mes gens, & mon équipage, tout bint vien
à von port iusques prés du camp, mais par la mort de
mon Escuyer qui m’aboit serbi en mes dix duels, qui fut
attaqué, & tué par vne troupe d’Ennemis, tout me fut bolé ;
car le reste de ce naufrage s’estant boulu sauber se trouba
entre les mains des Espagnols, qui s’en emparerent.
C’est pourquoy bous me boyez si mal monté, & si mal
bestu. Six

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Fortin, Pierre (sieur de La... . CATECHISME ROYAL. (1650) chez Coulon (veuve d'Antoine) [au colophon] à Paris , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_653 ; cote locale : A_9_2. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-05-20 08:11:50.

auec eux de cette belle extraction,
qui nous est commune. Puis que vous m’auez fait voir aussi
que je dois à leur sang l’honneur de toutes mes conquestes; aidez
moy, je vous prie, à trouuer le moyen de le mesnager, & voyons
s’il y a point quelque remede pour les duels. L. G. SIRE, Cette maladie qui paroist incurrable, & qui a pris
force par vn long vsage en l’imagination de la Noblesse, se doit
traitter (ce me semble) comme celle des Hypocondres, en adherant
en quelque sorte aux fausses opinions du malade; & partant je

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Fortin, Pierre (sieur de La... . CATECHISME ROYAL. (1650) chez Coulon (veuve d'Antoine) [au colophon] à Paris , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_653 ; cote locale : A_9_2. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-05-20 08:11:50.

interessez
par leur honneur propre, & par la societé de leur employ, de deuenir
les amis communs des deux parties, & de ne leur permettre pas
de se battre, sans quelque legitime fondement. Quand je considere
comme s’est pû naturaliser en nous cette manie de duels, je
ne la puis conceuoir que comme vn second peché originel de nôtre
Nation. Premierement, la ciuilité de nos combats tesmoigne
assez, qu’en cette action nous ne sommes point alterez de sang
humain; Que si c’est pour la reputation qu’on se bat, il arriue

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Fortin, Pierre (sieur de La... . CATECHISME ROYAL. (1650) chez Coulon (veuve d'Antoine) [au colophon] à Paris , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_653 ; cote locale : A_9_2. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-05-20 08:11:50.

le veut estre, quoy qu’on s’apperçoiue
bien, qu’ils ne sont considerables que comme ces fameux
Escueils qui n’ont de la reputation que par le nombre des naufrages
qu’ils ont causé.   L. R. Ce que vous dites est le plus beau du monde; mais si on
oste les duels, comment est-ce que la Noblesse pourra tesmoigner
son courage? L. G. Dans vos armées, SIRE. L. R. Et s’il n’y a point de guerre? L. G. S’il n’y en a point, est-il juste de souffrir entr’eux vne
guerre ciuile, pour satisfaire à cette furieuse

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Fortin, Pierre (sieur de La... . CATECHISME ROYAL. (1650) chez Coulon (veuve d'Antoine) [au colophon] à Paris , 36 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_653 ; cote locale : A_9_2. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-05-20 08:11:50.

fussent plus soigneux que les autres, de se signaler aux
occasions de mon seruice. Puis que leurs fausses maximes sont si
contraires au vray honneur, & au bien de mon Estat, j’aurois beaucoup
de joye de les en auoir des-abusez. L. G. SIRE, Outre cette manie de duels, nôtre Noblesse s’est
laissée preoccuper d’vne autre, qui n’est gueres moins extrauagante;
qui est, Que l’exercice de la Iustice est tellement inferieur à celuy
des armes, qu’vn Gentilhõme est soupçonné de déroger, quand
il seroit mesmes employé aux plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. LE COMBAT FVRIEVX DE DEVX ITALIENS. EN VERS... (1649) chez Martin (Sébastien) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_713 ; cote locale : C_2_35. Texte édité par Site Admin le 2013-07-01 15:51:07.

propre à de tels combats,
Mais chargez de plastron, plus qu’vn mulet, de bas,
Coëffez d’vn feutre mol qui pour couurir leur creste,
Cache vn bonnet de fer qu’on nomme vn pot en teste,
La rondache s’ensuit, l’instrument deffensif,
Sert plus dans leurs duëls que lengin offensif.
En cét arroy guerrier ces contre-faits atletes
Courent au champ de Mars se battre sans trompettes.
Pourpoinct bas, quelque sot, c’est bien pour s’animer,
Ils sont là pour se battre & non pour s’enrumer ;
Pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. L’INTERPRETE DV CARACTERE DV ROYALISTE,... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1722 ; cote locale : B_17_22. le 2013-06-08 09:19:53.

le temps
du regne passe à l’enseigne du Cerf volant. Mais attendons encore vn peu : Il fera peut-estre
quelque chose de plus memorable sur l’occasiõ
du combat de Messieurs les Ducs de Beaufort & de Nemours ; Il a Scellé l’Edict contre
les duels qui fut publié dans le Parlement, le
Roy Parlement y tenant son Lict de Iustice, le
iour de la Declaratiõ de sa Majorité. Apres auoit
esté dressé par les Mareschaux de France & autres
Officiers de la Couronne, auec l’aduis de
plusieurs Prelats, & des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. LETTRE D’AVIS A MESSIEVRS DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 34 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_3_31. Dans Choix I de Moreau. Pièce 2 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1837 ; cote locale : A_5_23. le 2014-05-04 16:26:35. ,
qui vous a si long-temps tenus sans poux, & sans mouuement.   Il me souuient à ce propos de certains discours qu’on dit, que
tint le Plaisant, autrement le bouffon du Roy, sur le sujet des
duels du grand Boutheuille, qui auoit desia tué seize Gentilshommes,
au combat d’homme à homme; & comme on demandoit
au Roy sa grace pour le seiziesme, & que le Roy n’en vouloit
point ouyr parler, à cause de tant de meurtres qu’il auoit commis,
ce fou luy dit,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. LETTRE D’AVIS A MESSIEVRS DV PARLEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 34 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_5_23. Dans Choix I de Moreau. Pièce 2 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1837 ; cote locale : C_3_31. le 2014-05-04 16:29:34.

sans poux, & sans mouuement.   Claudian
au 4. Cons.
d’Hom.
Le Parlement
cause
du mal par
sa conniuence. Il me souuient à ce propos de certains discours qu on dit, que
tint le Plaisant, autrement le bouffon du Roy, sur le sujet des
duels du grand Boutheuille, qui auoit desia tué seize Gentils-hommes,
au combat d’homme à homme ; & comme on demandoit
au Roy sa grace pour le seiziesme, & que le Roy n’en vouloit
point ouyr parler, à cause de tant de meurtres qu’il auoit commis,
ce fou luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. MAXIMES MORALES ET CHRESTIENNES, POVR LE... (1649) chez Besongne (Cardin) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission (répétée au colophon). Partie 1. Voir aussi A_6_9 (partie 2) et C_6_6 (partie 1) et C_6_7 (partie 2). Dans Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_2427 ; cote locale : A_6_8. le 2014-06-30 04:11:49.

en son temps, les plus sages preuoyoient bien qu’il
ne falloit point attendre d’autre fruict, que celuy dont nous goutons l’amertume,
de la doctrine damnable de tant de faux casuistes, qui employent toutes
leurs resueries pour changer les crimes en vertus, canonizer les duels, les
meurtres & les adulteres, & mettre les Rois & leurs Estats en proye à la
conuoitise & à la violence des Estrangers, & des mauuais subiets. Dans
ce grand incendie qui commence sur vous mesmes, i’apporte vn peu d’eau
pour tascher à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. MAXIMES MORALES, ET CHRESTIENNES, POVR LE... (1649) chez Besongne (Cardin) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission (répétée au colophon). Partie 1. Voir aussi C_6_7 (partie 2), A_6_8 (partie 1) et A_6_9 (partie 2). Dans Choix I de Moreau.. Référence RIM : M0_2427 ; cote locale : C_6_6. le 2014-06-30 04:12:54.

en son temps, les plus sages preuoyoient bien qu’il
ne falloit point attendre d’autre fruict, que celuy dont nous goutons l’amertume,
de la doctrine damnable de tant de faux Casuistes, qui employent toutes
leurs réveries pour changer les crimes en vertus, canonizer les duels, les
meurtres & les adulteres, & mettre les Rois & leurs Estats en proye à la
conuoitise & à la violence des Estrangers, & des mauuais subiets. Dans
ce grand incendie qui commence sur vous-mesmes, i’apporte vn peu d’eau
pour tascher à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. OVIDE PARLANT A TIESTE, Luy monstrant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_12_36. Référence RIM : M0_2637 ; cote locale : B_18_37. le 2014-07-10 16:05:03.

à mort, aussi
bien celuy que nous auons offencé, que celuy qui
nous a offencé ? C’est aussi vne espece de lascheté,
qui a introduit en nos combats singuliers, cet vsage
de nous accompagner de seconds & tiers, & quarts.
C’estoient anciennement des duels, ce sont à cette
heure rencontres & batailles. La solitude, faisoit
peut aux premiers qui l’inuenterent : Cùm in se cuique
minimum fiduciæ esset. Car naturellement quelque
compagnie que ce soit, apporte confort & soulagement
au danger. On se seruoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. OVIDE PARLANT A TIESTE, Luy monstrant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_18_37. Référence RIM : M0_2637 ; cote locale : C_12_36. le 2014-07-10 16:13:06.

à mort, aussi
bien celuy que nous auons offencé, que celuy qui
nous a offencé ? C’est aussi vne espece de lascheté,
qui a introduit en nos combats singuliers, cet vsage
de nous accompagner de seconds & tiers, & quarts.
C’estoient anciennement des duels, ce sont à cette
heure rencontres & batailles. La solitude, faisoit
peut aux premiers qui l’inuenterent : Cùm in se cuique
minimum fiduciœ esset. Car naturellement quelque
compagnie que ce soit, apporte confort & soulagement
au danger. On se seruoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. PARIS AVX PIEDS DV ROY LOVYS XIV. (1652) chez Estienne (Antoine) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_2690 ; cote locale : B_3_5. le 2014-07-12 07:43:58.

son Empire par ses suppots, debitant autant de menteriés
que de paroles, & autant de differentes faussetez
que l’on leur comptoit d’argent pour les publier. I’ay veu des mouuemens à ne pas souffrir, des seditieux
à chastier, des reuoltes à reprimer, des duëls à punir, des
meurtres à vanger: ma gouuernante mourut, & la mort
qui durant trois mois a tousiours conduit ses pompes funebres
par mes ruës, ayant reduit en ce peu de temps cinquante
mille de mes subiets dans la poussiere du tombeau,
sembloit me menacer

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. B. P. D., H. de. LES VERITABLES SENTIMENS D’ESTAT POVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Moreau mentionne: Paris (messire H. de Barroys, prêtre de Paris).. Référence RIM : M0_3979 ; cote locale : B_16_28. le 2014-10-16 08:12:27.

Les Roys vos predecesseurs desireux de conseruer les
armes de la Noblesse, & de leur Royaume, ont deffendu
sur des peines portées par de tels Arrests autentiques,
que personne de quelque qualité & condition qu’il fust
ne fut si ozé de faire des apels ou duels, espandant le sang
dans des querelles particulieres, ne se deuant immoler
que pour le salut de vostre Estat, ce que Vostre Majesté
fera accomplir heureusement ; Ne cessez ie vous coniure
par les entrailles de la misericorde d’vn Dieu qui
nous est si propice, que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. B. P. D., H. de. LES VERITABLES SENTIMENS D’ESTAT POVR LA... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Moreau mentionne: Paris (messire H. de Barroys, prêtre de Paris).. Référence RIM : M0_3979 ; cote locale : B_16_28. le 2014-10-16 08:12:27.

particulieres, ne se deuant immoler
que pour le salut de vostre Estat, ce que Vostre Majesté
fera accomplir heureusement ; Ne cessez ie vous coniure
par les entrailles de la misericorde d’vn Dieu qui
nous est si propice, que vous n’ayez osté ces mal-heureux
duels & deffits desquels nous en auons veu depuis peu
des actions toutes recentes en des personnes, desquelles le
nom & les familles se sont trouuez si offensées par la cause
d’vne telle temerité & demesurée passion, de laquelle la
fin a esté si deplorable,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Gondi, Jean-François Paul /... . SERMON DE S. LOVIS ROY DE FRANCE, FAIT ET... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M4_79 ; cote locale : C_10_11. le 2014-10-04 15:18:33.

de la tranquilité de son Royaume aussi vtilement
pour l’auantage de ses peuples, que S. Louis se seruit du relasche que
luy donnetent ses premieres armes. Il soulagea ses sujets, il poliça son Estat, il fit refleurir la Iustice, il reprima
les violences, il deffendit les duels, il chastia rigoureusement les impies & les
blasphemateurs. Ha ! SIRE, puis que vos sujets sont assez mal-heureux pour
imiter leurs peres dans les crimes, ne serez vous pas assez iuste pour imiter
vostre glorieux Ancestre dans ses Loix ? Et souffrirez vous aux yeux de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Gondi, Jean-François Paul /... . REMONSTRANCE DV CLERGÉ DE FRANCE, faite au... (1646) chez Vitré (Antoine) à Paris , 24 pages. Langue : français. Avec permission. . Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_7. le 2014-08-28 16:22:25.

profanez par l’impieté des gens de guerre ; des riuieres
de sang respandu par les mains furieuses de
ces hommes sanguinaires, ou plustost frenetiques,
qui renoncent à leur naissance, & qui par vn aueuglement
prodigieux se dégradent eux-mesmes
dans les duels, pour prendre la qualité infame de
gladiateurs. Le Clergé de France m’ordonne aujourd’huy
de porter à V. M. sur leur sujet cette belle
parole, qu’il a autrefois tirée de la Sainte Escriture en vne occasion pareille : Donnez-moy les
ames, &

=> Afficher la page


Occurrence 21. La Mère de Dieu, Pierre de... . LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. (1647) chez Henault (Mathurin) à Paris , 290 pages. Langue : français, latin. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_1. le 2014-03-12 11:42:09.

Ieanne la
Pucelle, fit
leuer le Siege
aux Anglois
deuãt
Orleans,
& combattit
en homme,
vestue
en Capitaine.
Elle
estoit natiue
d’vn
village de
Lorraine. Certains esprits mal timbrés, se persuadent
que les duels ne sont pas moins glorieux aux ieunes
Princes, que les iustes guerres, contre les ennemis
de l’Estat ; ils estiment que ce n’est pas vn moindre acte de generosité, de mourir honteusement
sur vn pré, sans autres témoins que les seconds,
ou quelques

=> Afficher la page


Occurrence 22. La Mère de Dieu, Pierre de... . LES VERTVS ROYALES D’VN IEVNE PRINCE. (1647) chez Henault (Mathurin) à Paris , 290 pages. Langue : français, latin. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_1_1. le 2014-03-12 11:42:09.

faire des merueilles dans les Armées, c’est vn
tres-mauuais exemple aux peuples, & qui pis-est,
vn crime tres-énorme, qui crie vangeance au
Thrône de la Diuinité.   La generosité
d’vn
ieune Prince,
ne paroist
point
dans les
duels. Dauantage, si le duël est vne action genereuse,
il s’ensuit que deux laquais, ou deux palefreniers,
ont autant de droit à la Royale vertu, qu’vn ieune Prince, puis qu’il leur peut arriuer de vuider
leurs differens à la pointe de l’épee. Et

=> Afficher la page


Occurrence 23. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : A_6_79. le 2014-07-31 15:45:13.

Comme vetturius apprenoit aux 25 Nouueaux
Mariez ce qui s’estoit passé entr’eux le iour de leurs
nopces. 25 Dans la lettre
à Monsieur
de Colligny. CHAP. XVI. Comme Vetturius se battoit nuict & iour, 26 &
de l’Edict des duels qui n’estoit pas fait pour luy. 26 La Reyne
dit quand elle
sceut que Voiture
s’estoit
battu que l’Edict,
&c. CHAP. XVII. Comme Vetturius emprunta 27 le cornet & les
dez de Bridoye, dont il ne pût trouuer chanse : &

=> Afficher la page


Occurrence 24. Sarasin, Jean-François [?]. LA POMPE FVNEBRE DE VOITVRE. AVEC LA CLEF. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français, latin, espagnol, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_6_60. le 2014-11-29 02:19:54.

apprenoit aux 25 Nouueaux
Mariez ce qui s’estoit passé entr’eux le iour de leurs
nopces. 25 Dans la lettre
à Monsieur
de Colligny.

CHAP. XVI. Comme Vetturius se battoit nuict & iour, 26 &
de l’Edict des duels qui n’estoit pas fait pour luy. 26 La Reyne
dit quand elle
sceut que Voiture
s’estoit
battu que l’Edict,
&c.

CHAP. XVII. Comme Vetturius emprunta 27 le cornet & les
dez de Bridoye, dont il ne pût trouuer chanse :

=> Afficher la page


Occurrence 25. Anonyme. LE DVEL DE MONSIEVR LE DVC DE BEAVFORT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 32 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_14_16. Référence RIM : M0_1176 ; cote locale : B_9_21. le 2015-06-28 07:23:48.

de ses armes, & par sa
fidelité incorruptible enuers les Bourgeois de Paris ;
Auec le paralelle de ses actions, & de celles du
Coadjuteur, pour seruir de preuue à ses trois
raisonnemens. LE courage d’vn Prince genereux ne se
reconnoist point par les duels qu’il a fait,
mais bien parles combats qu’il a rendus dans
les armées, par les attaques des bataillons &
des escadrons, & par les prises de ville où il a
signalé sa vertu & fait admirer sa generosité.
C’est là où paroissent sans crainte les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Toutes les occurrences