[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(1116 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "religion.*|religi��.*" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. ADVERTISSEMENT A COHON, EVESQVE DE DOL ET DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français, latin. Jouxte la copie imprimée à Douai.. Référence RIM : M0_444 ; cote locale : A_2_17. le 2012-12-02 09:15:55.

mesmes abandonnent
la France & les pauvres François. Ils ont fait venir pour
plaire à ce Ministre etranger, des regimens Polonois, qui
tiennent quelque chose du Turo, des Alemans Lutheriens,
des Italiens athées, & autres especes de gens abominables,
sans foy ny religion, pour executer leur passion contre des
Princes veritablement François, & ce Tres auguste Parlement,
qui avoit entrepris avec la Ville de Paris, de maintenir
l’Authorité du Roy, & la liberté des Peuples affligez par
l’oppression de ce Tyran. Nous voyons le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. ADVERTISSEMENT DONNÉ A MONSIEVR LE PRINCE... (1652) chez Halline (Gilles de) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M2_33 ; cote locale : B_7_35. Texte édité par Morvan Perroncel (La page 4 est illisible (trop sombre, encrage défectueux, etc.). Il conviendrait d'en récupérer le texte sur un autre exemplaire.). le 2012-12-02 09:28:49.

vn si grand nombre de personnes, il entroit en vne
poursuitte criminelle, encore que ce fust pour le bien de
l’Estat & interest de la chose publique. Donc à bien plus
forte raison, ceux qui habitent la France, & principalement
Paris : (le plus doux accueil de la Religion Catholique) où
les Citoyens d’vn feruent zele, se rendent les Religieux domestiques,
où se font eux-mesmes Hermites & Religieux
viuans la pluspart en vne apparence de regle si estroitement
religieuse, qu’ils se font estimer plustost pencher du costé
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. ADVERTISSEMENT DONNÉ A MONSIEVR LE PRINCE... (1652) chez Halline (Gilles de) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M2_33 ; cote locale : B_7_35. Texte édité par Morvan Perroncel (La page 4 est illisible (trop sombre, encrage défectueux, etc.). Il conviendrait d'en récupérer le texte sur un autre exemplaire.). le 2012-12-02 09:28:49.

barbares.
Cesar mesmes sous la puissance duquel fut aboly l’Empire
(non des vieux, mais des derniers Sicilien) les baptize
de cette epitette, il dit toutefois, qu’entre ceux de cette nation,
il y auoit les Druydes, habitateurs de forests, lesquels
auoient le cult de la Religion, le soin de l’instruction de la
jeunesse Gaulloise ; & qui rendoient soigneusement la Iustice,
sur les differends de leurs hommes.   Pour découurir donc desquels est cestuy-cy, il se peut juger
par le commencement de son discours, où il declare tout

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. ADVERTISSEMENT DONNÉ A MONSIEVR LE PRINCE... (1652) chez Halline (Gilles de) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M2_33 ; cote locale : B_7_35. Texte édité par Morvan Perroncel (La page 4 est illisible (trop sombre, encrage défectueux, etc.). Il conviendrait d'en récupérer le texte sur un autre exemplaire.). le 2012-12-02 09:28:49.

la ruine. Et (déplaisant de la paix nouuellement
faite auec luy) en émouuoir nouueau pretexte
de guerre, comme vous faisiez és années 1584. 85. 86. 87.
1588. pour bastir vostre Ligue cõtre le Roy Henry III. (qui
n’estoit second à personne, en Pieté, Iustice & Religion.)
Toute la difference que l’on y peut apporter est, que lors,
n’estant en la grace de ce Prince, vous ne parliez que de desobeyssance,
de souleuemens, d’affranchissemens, de seditions
& rebellions cõtre le Roy. Vos Predicateurs offroient en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. ADVERTISSEMENT DONNÉ A MONSIEVR LE PRINCE... (1652) chez Halline (Gilles de) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M2_33 ; cote locale : B_7_35. Texte édité par Morvan Perroncel (La page 4 est illisible (trop sombre, encrage défectueux, etc.). Il conviendrait d'en récupérer le texte sur un autre exemplaire.). le 2012-12-02 09:28:49.

& païs Soissonnois : Mais vous
seul par vos armes Mazarines dressées contre la maison de
Bourbon, qui est aujourd’huy celle de France, que vous cherchez a exterminer, depuis tant & tant d’années consecutiues.
Il n’y a pas vne seule secte de Religion, ny vne nation
entre les peuples, ou les aggresseurs ne soient tenus les
plus coulpables, ie vous en ay cy-deuant remarqué les lieux
de l’Escriture, vous ne deuez donc accuser ceux que vous
auiez excitez aux armes pour la naturelle deffense de leurs
vies, ou à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. ADVERTISSEMENT POLITIQVE AV ROY. (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_41. Référence RIM : M0_458 ; cote locale : E_1_118. le 2012-12-02 14:01:27.

à
la Couronne qui luy estoit deuë par la mort de
son successeur, qui l’auoit luy mesme auoüé, il
trouua la resistance des peuples, qui le reconnoissoient
veritablement pour legitime heritier,
mais qui ne le vouloient point receuoir par maxime
de Religion ; Ce Prince fit tant par sa force
& par sa valeur, y ioignant encore l’humilité de
son ame, qui fut plus forte que son bras, & se sousmettant
à la volonté de l’Eglise Romaine, laquelle
il embrassa courageusement, qu’il mit ses ennemis
à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. ADVERTISSEMENT POLITIQVE AV ROY. (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_41. Référence RIM : M0_458 ; cote locale : E_1_118. le 2012-12-02 14:01:27.

aucune raison de luy refuser sa demande. Paris,
comme la principale de tout le Royaume, se vid
reduite aux abbois, & forcée par les armes, & par
la necessité qu’elle auoit soufferte, se resolut de ne
plus differer de le reconnoistre, puis que le pretexte
de Religion ne se trouuoit plus en ce Prince.
Elle luy rend donc les clefs volontairement, & ne
faisant point auec luy d’autre composition que
celle de sa bonne volonté, elle luy ouurit ses portes
toute craintiue & toute tremblante, ne sçachant
de quelle façon il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. ADVERTISSEMENT POLITIQVE AV ROY. (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_41. Référence RIM : M0_458 ; cote locale : E_1_118. le 2012-12-02 14:01:27.

de ce Prince, qui l’aima
tellement depuis, qu’il en fit vn Paradis de
delices. Louys XIII. vostre pere, qui ne luy cedoit
point en douceur & en clemence, & qui s’estoit
de plus acquis le titre de Iuste, voulant reprimer
l’insolence de ceux de la Religion Pretenduë,
qui s’estoient fortifiez contre luy dans les
villes de Languedoc, de la Guyenne & ailleurs,
fut contraint luy mesme de venir assieger la Rochelle
comme estant le Chef des villes rebelles, &
enfermant en soy les clefs de toutes ces autres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. ADVERTISSEMENT POLITIQVE AV ROY. (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_118. Référence RIM : M0_458 ; cote locale : A_2_41. Texte édité par Site Admin le 2012-12-02 14:02:14.

à
la Couronne qui luy estoit deuë par la mort de
son successeur, qui l’auoit luy mesme auoüé, il
trouua la resistance des peuples, qui le reconnoissoient
veritablement pour legitime heritier,
mais qui ne le vouloient point receuoir par maxime
de Religion: Ce Prince fit tant par la force
& par sa valeur, y ioignant encore l’humilité de
son ame, qui fut plus forte que son bras, & se sousmettant
à la volonté de l’Eglise Romaine, laquelle
il embrassa courageusement, qu’il mit ses ennemis
à confusion,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. ADVERTISSEMENT POLITIQVE AV ROY. (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_118. Référence RIM : M0_458 ; cote locale : A_2_41. Texte édité par Site Admin le 2012-12-02 14:02:14.

aucune raison de luy refuser sa demande Paris,
comme la principale de tout le Royaume, se vid
reduite aux abbois, & forcée par les armes, & par
la necessité qu’elle auoit soufferte, se resolut de ne
plus differer de le reconnoistre, puis que le pretexte
de Religion ne se trouuoit plus en ce Prince.
Elle luy rend donc les clefs volontairement, & ne
faisant point auec luy d’autre composition que
celle de sa bonne volonté, elle luy ouurit ses portes
toute craintiue & toute tremblante, ne sçachant
de quelle façon il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. ADVERTISSEMENT POLITIQVE AV ROY. (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_118. Référence RIM : M0_458 ; cote locale : A_2_41. Texte édité par Site Admin le 2012-12-02 14:02:14.

de ce Prince, qui l’aima
tellement depuis, qu’il en fit vn Paradis de
delices. Louys XIII. vostre pere, qui ne luy cedoit
point en douceur & en clemence, & qui s’estoit
de plus acquis le titre de Iuste, voulant reprimer
l’insolence de ceux de la Religion Pretenduë,
qui s’estoient fortifiez contre luy dans les
villes de Languedoc, de la Guyenne & ailleurs,
fut contraint luy mesme de venir assieger la Rochelle
comme estant le Chef des villes rebelles, &
enfermant en soy les clefs de toutes ces autres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

perfides ; de faire
du bien à ceux qui nous maudissent ; de voir cherement
ceux qui s’éloignent le plus de nous de cœur & d’intention :
principe qui n’a pas esté seulement verifié dans la sainteté de
nos dernieres mœurs, mais qui encore a fait partie de la Religion
des Payens, lors qu’ils asseurent que le bien-faire n’est
pas moins vne marque d’excellence que de bonté. Arist. Arth. Ce n’est pas neantmoins qu’il faille tousiours farder nos
maladies, ny nous faire vn visage meilleur que nous n’auons
pas.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

à mesme temps, des plus cruels assauts qu’vn iuste remords
liuroit à l’ame de Coriolanus dans ses plus solides satisfactions,
autant de fois qu’il pensoit à l’amitié qu’il auoit pratiquée
de gens qui en vouloient directement à ses Loix & à sa
Religion ; pour qui il auoit abandonné laschement les interests
de son pays, ne considerant pas que s’il y a quelquefois
des temps où il vaut mieux se perdre auec courage, que de se
conseruer auec bassesse d’esprit. Il y a d’ailleurs des causes
heureusement regardées,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

party dans son Estat ; c’est tousiours le
fonds de l’affaire : & il n’y a ny François, ny Chrestien qui
puisse mettre cela en probleme. C’est aussi, non seulement
la crainte du chastiment, mais encor la conscience,
qui nous oblige dans les sentimens de nostre Religion, à
nous tenir inuiolablement au seruice du Roy. Mais ie dis
de plus, que les François ont vne telle tendresse & reuerence
pour leurs Roys, remarquéé mesme par l’Histoire
estrangere, que peut-estre n’en y a-t’il pas vn pour le present
qui ne conserue

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

reuerence
pour leurs Roys, remarquéé mesme par l’Histoire
estrangere, que peut-estre n’en y a-t’il pas vn pour le present
qui ne conserue dans son cœur ce caractere de respect
enuers le Roy : & qu’il n’y a que le desespoir qui ne considere,
ny raison, ny religion, ny dommage, qui soit capable
d’effacer ce respect.   Ephes. 6. 1. 1. Pet. 4. 1. Puis donc que vous conuenez tous du seruice du Roy,
& qu’il n’y en a pas vn qui ne regarde son Authorité cõme
l’obiect de sa pieté dans la Religion, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

ny raison, ny religion, ny dommage, qui soit capable
d’effacer ce respect.   Ephes. 6. 1. 1. Pet. 4. 1. Puis donc que vous conuenez tous du seruice du Roy,
& qu’il n’y en a pas vn qui ne regarde son Authorité cõme
l’obiect de sa pieté dans la Religion, & le but de son employ
dans l’Estat ; Comment croyez-vous établir sa gloire,
& procurer son seruice, en déchirant ses membres,
mettant à mort ses plus considerables & plus vtiles subiets,
& versant de son corps, qui est tout son Estat, le

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

vn grand & horrible carnage ; & si
bien cela arriua entre ceux qui composoient de mesmes
Armées ; le mesme en est il de ceux de mesme Nation. 3. Reg. 14.
20. Les Israëlites ayant fait vn grand butin sur leurs Freres
de mesme Nation, & Religion, vn Prophete nommé
Oded fut au deuant des vainqueurs, & leur parla ainsi, Peccastis enim super boc Domino Deo vestro : sed audite consilium
meum, & reducite captiuos, quos adduxistis de Fratribus
vestris, quia magnus furor Domini imminet vobis.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

Vt quid perditio hæc ? A quoy reuient cette perte de
tant de sang. Quoy faut-il bouleuerser vn Royaume, inquieter
& destruire, & remplir d’horreur & de sacrilege
la France, qui estoit le chef-d’œuure de la nature pour
l’humanité, & dans la religion l’exemplaire de la pieté ?
Faut-il exposer à la risée des nations estrangeres, à l’opprobre
de tous les siecles, & au joüet des escriuains vostre
patrie, pour ie ne sçay quoy qu’on ne sçauroit dire, qui
l’occupe, l’embarasse, la mine, & la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

Mat. 26. 8. Est-il possible qu’il ne se rencontre pas dans vn si vaste
Royaume, remply de personnes de sçauoir, d’authorité
& de pieté, quelqu’vn qui se iette entre deux, & comme
vn Moïse François vous represente vostre naissance &
vostre Religion ; & fasse ce qu’il est dit de Moïse, adopté
par la fille de Pharaon, & nourry dans la Cour. Reconciliabat
eos in pace, dicens : Viri, fratres estis, vt quid nocetis
alterutrum ? Il taschoit de les remettre en paix, leur
disant ; Que faites-vous,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

par la fille de Pharaon, & nourry dans la Cour. Reconciliabat
eos in pace, dicens : Viri, fratres estis, vt quid nocetis
alterutrum ? Il taschoit de les remettre en paix, leur
disant ; Que faites-vous, Messieurs, vous estes tous Iuifs,
de mesme naissance & religion, & ainsi freres, pourquoy
cherchez-vous à vous faire du tort, & vous apporter du
dommage ? Ce qui fut en effet le fondement de l’exaltation
de Moïse ; car apres cette action, s’estant retiré au
desert, Dieu luy apparut dans le buisson ardent, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

c’est vne parole
execrable, & qui n’est que dans la bouche de ces impies.
Mais qu’au contraire vostre Loy comme en des hõmes
raisonnables & Chrestiens soit la Loy dont parle le
Prophete. Lex veritatis. La Loy de la verité, qui est dans
les maximes de la Religion & de la raison, & d’vne saine
conscience. Sap. 2. 12. Malse. 2. 5. C’est, Messieurs, ce que j’auois à vous representer pour
vostre seruice, m’estimant heureux de prendre le titre que l’Apostre se donne, lors qu’il dit.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

m’estimant heureux de prendre le titre que l’Apostre se donne, lors qu’il dit. Nos autem seruos
vestros per Iesum. Nous autres qui sommes vos seruiteurs
en Iesus-Christ : Mais plus pour le seruice du Roy ie le
regarde comme l’objet de ma veneration que la Religion
me propose, ie desire le seruir inuiolablement en tout ce
que ie tiens de Dieu autheur de la nature & de la grace,
qui m’oblige de le seruir en tous les deux. Ie ne doute
pas qu’il n’y en aye qui taschent de le seruir chacun selon
sa profession aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

auez fait,
ô mon Dieu, que vos enfans soient des enfans de bõne esperance.
Mais il ne faut pas que ce soit vn espoir oisif &
perclus ; mais plûtost vn espoir actif & remuant, qui applique
les moyens & les voyes que Dieu nous a laissé
dans les ordres de la Religion, dans les lumieres de la raison,
& dans les exemples des choses du passé.   Icã. 7. 53. Loph. 1. 17. C. 2. 11. Iob. 23. 15. Mais nous auons vne vertu vuide de force, preste à receuoir
des compliments & des loüanges, mais non pas

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55. . Machab.
1. 29. Se taise donc qui voudra, ou celuy qui iuge qu’il est
bon de se taire : Pour moy ie m’estimerois dur de cœur,
d’vn costé, & bien delicat de l’autre, & traistre à la Religion,
à la raison, au veritable seruice du Roy, & au zele du prochain, dont la pauureté & les miseres font le paué
des ruës de Paris, & jonchent la campagne, si ie gardois
le silence en vn si grand, si éuident, & si vniuersel
peril de ma

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_17. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_9_31. (Page de titre en page 2; numérotation jusqu'à 15 (Moreau idem).). le 2012-04-20 02:46:40.

party dans son Estat, c’est tousiours le
fonds de l’affaire : & il n’y a ny François, ny Chrestien qui
puisse mettre cela en probleme. C’est aussi, non seulement
la crainte du chastiment, mais encor la conscience,
qui nous oblige dans les sentimens de nostre Religion, à
nous tenir inuiolablement au seruice du Roy. Mais ie dis
de plus, que les François ont vne telle tendresse & reuerence
pour leurs Roys, remarquéé mesme par l’Histoire
estrangere, que peut-estre n’en y a-t’il pas vn pour le present
qui ne conserue

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12