[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(73 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "madri." dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. A MONSIEVR DE BROVSSEL CONSEILLER DV ROY AV... (1649) chez Noël (François) à Paris , 4 pages. Langue : français. Voir aussi C_2_22. Référence RIM : M0_5 ; cote locale : E_1_115. le 2012-12-01 06:23:35.

 
Quel heureux changement cette forte tempeste,
Qu’on eust dit qui vouloit tomber sur nostre teste
Et qui si promptement auoit armé Paris,
Se calma dés l’instant qu’on vit libre Brousselles
Alors toutes nos pleurs se changerent en ris
Madrid seul s’affligea d’en sçauoir les nouuelles.    
Au milieu du Pont-neuf se fit cette entreueuë,
Qui surprit nos esprits d’vne ioye impreueuë
De te voir de retour mon Heros glorieux ;
Que d’applaudissemens & que de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. CONDVITE DV CARDINAL MAZARIN, depuis son... (1652) chez Guillemot (veuve de Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec privilège au colophon (dernière page).. Référence RIM : M0_734 ; cote locale : B_11_33. le 2012-05-12 15:19:03.

On a aduis depuis peu de iours que les articles ont esté
signez par le Roy de Portugal, & qu’en suitte la ligue
offensiue & deffensiue entre la France & le Portugal contre
l’Espagne, a esté publiée à Lisbonne. Que la nouuelle
estant arriuée à Madrid, a fait resoudre le Conseil d’Espagne
a rechercher vne nouuelle ligue contre la France auec
les Anglois, & mesmes à tascher d’y engager par ceux cy
les Hollandois, lors qu’ils seront d’accord, ce qui est bien
aduancé. Surquoy tous les bons & sages

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. DISCOVRS D’ESTAT OV VERITABLE DECLARATION... (1649) chez Noël (François) à Paris , 38 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1108 ; cote locale : C_7_35. le 2012-09-30 16:37:11.

l’entrèe d’vn notable secours, que le Duc
de Bourbon leur enuoyoit, les Espagnols
voyans sa foiblesse, luy liurerent bataille, où
son cheual estant terracé, il fut pris, & son armée
taillée en pieces. Pour sortir de prison, il
quitta par le traitté de Madrid, le Duché de
Milan, auec le Royaume de Naples, sa Souueraineté
de Flandres, & la Bourgogne. Mais
cette renonciation ne pouuoit preiudicier à ses
successeurs.   Et quoy que ce grand Prince eut reçeu vn
si rude eschet, il voulut neantmoins

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. DISCOVRS D’ESTAT OV VERITABLE DECLARATION... (1649) chez Noël (François) à Paris , 38 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1108 ; cote locale : C_7_35. le 2012-09-30 16:37:11.

que Maximilian.   Le Comté de Flandres estant ainsi escheu
aux Archiduc d’Austriche, ils en firent hommage à nos Rois, iusques à ce que le Roy
François premier ajant esté pris à la journée
de Pauie, fut contraint de passer le traicté de
Madrid, & de quitter la Souueraineté des
Païs-bas pour sa deliurance : ce qu’il accorda
derechef par le traitté de Cambray, pour la
deliurance de Messieurs ses enfans. Et c’est le
seul fondement dont les Espagnols se seruent
pour asseoir leurs pretentions sur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. DISCOVRS D’ESTAT OV VERITABLE DECLARATION... (1649) chez Noël (François) à Paris , 38 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1108 ; cote locale : C_7_35. le 2012-09-30 16:37:11.

la dissipation de cette Monarchie. C’est pourquoy, sur l’aduis des plus fameux
Theologiens, & des plus grands Iurisconsultes
de l’Europe, veu la Loy fondamentale de
ce Royaume, & l’opposition des Estats, telle
renonciation portée par les traictez de Madrid
& de Cambray, ne porte aucune obligation,
& Charles d’Autriche demeuroit tousiours
obligé aux deuoirs de vasselage, & de fidellité enuers cette Couronne.   François premier seant en son lict de Iustice,
assisté des Rois

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Marigny, Jacques Carpentier... . BALADE. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 4 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_561 ; cote locale : C_2_16. le 2012-05-20 08:08:58.

du cabinet morgua le Manciny,
Et l’appella cent fois fils d’vn Veturino,
Vn autre dont le nom ne m’est pas fort cognu,
Appella ce dit on la Niepce Becqueno,
Le faquin s’en ira comme il estoit venu.    
Apres que dans Madrid le Seigneur Colonna
L’eut sans dessus dessous maintefois retourné,
Dans Rome il fut produit comme vn effeminé,
Et sans dessus dessous qui voulut le tourna,
Cependant auiourd’huy ce messer faquino
Comme si nous tenions le sang Mazariny
Plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Silhon [?]. AVIS AVX FLAMENS. Sur le Traité que les... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_485 ; cote locale : D_1_17. le 2012-04-13 16:33:25.

notable auantage. Il n’a point paru depuis long temps dans la
Chrestienté de guerre plus iniuste, que celle qu’ils firent, &
firent faire par l’Empereur au dernier Duc de Mantouë. Et
neantmoins ni la iustice de la cause de ce Prince, ni les offices
passez à Madrid & à Vienne en sa faueur, du costé de France
& de Rome ; ne peûrent diuertir l’orage qui tomba sur ses
Estats, à cause de l’asseurance que Gonzales de Cordoüa auoit
donnée en Espagne, qu’il se rendroit absolument Maistre de
Cazal, & que la force

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_2_27. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : E_1_120. le 2013-06-30 11:45:02.


En coultre se changeant par l’Art du Forgeron,
S’il n’en fait vne houë à quelque Vigneron.
En vn mot, si le Roy descharge la campagne,
Il pourra dans deux ans assujettir l’Espagne.
Y planter seurement par tout ses Fleurs-de Lys,
Et Varin dans Madrid imprimer des Louys :
Car puis qu’vn des Supposts de la Maison d’Austriche
R’ensemence desia ses campagnes en friche,
Puisque la Paix jurée auecque l’Empereur,
Réueille nostre ioye, & finit son mal-heur.
Qui pourra desormais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_120. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : C_2_27. le 2013-06-30 11:56:15.


En coultre se changeant par l’Art du Forgeron,
S’il n’en fait vne houë à quelque Vigneron.
En vn mot, si le Roy descharge la campagne,
Il pourra dans deux ans assujettir l’Espagne.
Y planter seurement par tout ses Fleurs-de Lys,
Et Varin dans Madrid imprimer des Louys :
Car puis qu’vn des Supposts de la Maison d’Austriche
R’ensemence desia ses campagnes en friche,
Puisque la Paix jurée auec que l’Empereur,
Réueille nostre ioye, & finit son mal-heur.
Qui pourra desormais

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. LE COVP D’ESTAT DE LA GVYENNE presenté à... (1651) chez Dubois (Gilles) à Paris , 15 pages. Langue : français. Sur l'imprimé à Bordeaux.. Référence RIM : M0_799 ; cote locale : B_6_39. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 08:08:31.

si vous n’entendez pas la langue de ces deux mille Espagnols
naturels qui se sont saisis de l’ambouchure de
vos riuieres, seruez-vous de quelque fidelle truchement,
il vous découurira le pot aux rozes, & vous rendra
sçauans des traictez de Bruxelles & de Madrid. On
dit que l’Estat est malade, vrayment l’on prepare de
beaux remedes pour le guerir: Vous connoissez ceux
qui luy portent le coup mortel, ô que la maladie est
dangereuse, & qu’elle laisse de mauuais restes quand
pour la chasser on se sert du poison,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. LE PRINCE VENDV, OV CONTRACT DE VENTE DE LA... (1643) chez Paslé (Jean) à Paris , 39 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : C_6_66. le 2013-10-18 16:33:18.

icy aussi bien que
ma langue, d’horreur qu’elle a de publier
que les traistres ont esté Portugais.
L’vn c’est Dom Francisco de
Mello, qui estant né fort pauure, fut nourry premierement
dans la maison de Bragance, & qui
ayant long-temps seruy d’Agent à Madrid, pour
cette maison Royale, fut depuis en faueur parmy
les Castillans. Là s’estant conformé aux mœurs
aussi bien qu’à l’arrogance des Espagnols, il degenera
de sa premiere gloire, & quitta le party de
Portugal pour suiure celuy de Dom Philippe.

=> Afficher la page


Occurrence 12. Anonyme. LE TABLEAV DES MISERES DE LA FRANCE. EN VERS... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3745 ; cote locale : B_20_1. le 2013-12-28 10:33:58.


Vous estes ses appuis bien moins que ses bourreaux.  

AVTRE.  
FRANCE pense aux rigueurs de cette paix fatale
Que ton premier Ministre entretint dans ton sein
Quand ce Presomptueux eut formé le dessein
De causer de Madrit la ruyne totale.    
Pense en suitte aux effects de la guerre brutale
Que depuis tant de mois Iules nous fait en vain,
Et voy qu’en l’vne & l’autre vn destin inhumain
Rend ton malheur pareil & nostre perte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. LE TABLEAV DES TYRANS FAVORIS, ET LA... (1649) chez Noël (François) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3746 ; cote locale : A_7_54. le 2013-12-28 13:58:16.

plaintes si amples & si iustes contre ce Fauory, touchant le retranchement,
& de leur authorité, & de leurs gages, dont il s’attribuoit
la seule vtilité, que le Roy promist d’y apporter du remede. L’on
ne voyoit point apporter de secours à ce mal, quand tout Madrid
émeu & armé, comme n’aguere a fait la premiere Cité de vostre
Empire, commit au Roy des Deputez pour luy demander raison de
l’iniustice qu’on faisoit de ne point remedier à leurs desordres, &
de ne donner point à la vengeance publique l’autheur de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. L’APPARITION MERVEILLEVSE DE L’ANGE... (1649) chez Sara (Robert) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Informations éditoriales et permission sont au colophon.. Référence RIM : M0_142 ; cote locale : A_3_2. le 2013-02-02 03:31:09.

de
loüange à toute la Terre. Si l’Espagne eut le plaisir de voir éclorre
& épanoüir en vostre Royale personne les fleurs de tant d’auantages
que vous donnerent en naissant la Nature & la Grace; la France a eu
depuis le bonheur d’en gouster les fruicts. Si Madrid a veu vos vertus
dans leur accroissement, comme dans leur naissance; Paris les a
veües dans leur perfection, la charité & la deuotion monterent dans
le throsne auec vous, & trouuerent leur plus grande éleuation dans
la vostre; le Ciel aussi les recompensa de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. L’ARRIVÉE DV DVC DE GVYSE EN LA VILLE DE... (1652) chez Chouqueux (André) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_394 ; cote locale : B_8_38. le 2013-02-02 03:36:26.

vostre instance, i’ay consenty que le
Duc de Guyse retourne en France, & le laisse
à vostre discretion de l’employer à ce que vous iugerez digne de luy : Cependant i’ay
mandé à mon Nepueu l’Archi-Duc Leopold,
qu’il ait auec toutes ces forces à entrer
en France pour joindre les vostres,
& croyant qu’il ne fera faute : je prie Dieu
qu’il vous tienne en sa saincte garde.  

Ainsi Signé, EL REY. De Madrid, le 3.
Iuillet 1652.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. L’ESPAGNE DEMANDANT LA PAIX AVX PIEDS DE... (1649) chez Dédin (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon.. Référence RIM : M0_1275 ; cote locale : A_3_34. le 2013-02-05 06:00:34.

deffendre, & comme nous
auons veu à quel comble d’oprobre ce Tyran exposoit nostre Prince
legitime, nous nous sommes deffendus par la necessité de le secourir. Ie ne di point quelle terrible s’est montrée nostre iuste deffence:
l’Espagne en a fremi iusques dans Madric. Comme elle a veu le nõbre
estonnant de nos trouppes animées, ne doutant plus de la perte
de son partisan, elle a mesmes tremblé de la sienne; & pour detourner
cét orage qu’elle a eu peur qui fondoit sur elle, elle n’a point fait cõscience
de l’abandonner.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. L’OMBRE DE MONSIEVR DE CHASTILLON : OV,... (1649) chez Langlois (Denis) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2591 ; cote locale : C_8_4. le 2013-06-09 10:15:53.


Sauue-le des rigueurs d’vne noire entreprise,
Tu ne serois pas mieux lors qu’il ne seroit rien,
Et le tirant du mal tu te feras du bien.
Si tu veux opprimer des villes qui soient belles,
Va forcer Amsterdam, Venise, Gand, Bruxelles,
Prend Seuille, Madrid, Naples, Florence, Anuers,
Acquiers toute l’Europe, acquiers tout l’Vniuers,
Employe en ce dessein, ton cœur, ton industrie,
Ta force, & ton pouuoir ; mais laisse ta patrie ;
Laisse ce Parlement qui n’eut iamais d’égal,
Qui regle si bien

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. QVATRIESME PARTIE DV POLITIQVE VNIVERSEL, OV... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Partie 4. Voir aussi B_17_30 (partie 1), B_17_31 (partie 2) et B_17_32 (partie 3). Référence RIM : M0_2818 ; cote locale : B_17_33. Texte édité par Site Admin le 2013-10-06 17:27:15.

Politique des Romains, apud quos belium de
cernere non licuit, nisi Comitis populi centuriatis, id
est, maximis, parce que, si quis pacem, vel bellum
fecerit priuatim sine publico scito, capital esté.   En l’an mil cinq cens vingt-six, il fut fait vn
traité dans Madrid entre Charles Quint Empereur,
& François I. Roy de France, son prisonnier,
où il estoit porté que les ostages qu’on
laisseroit en Espagne, qui estoient les deux fils
aisnez du Roy, auec quantité des plus grands
Seigneurs du Royaume demeureroient aupres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

empescher l’entree d’vn notable secours que le Duc de Bourbon leur enuoyoit ; Les Espagnols voyant sa foiblesse, liurerent bataille, où son
cheual estãt terracé, il fut pris, & son armee taillee en pieces. Pour sortir de
prison, il quitta par le traitté de Madrid le Duché de Milan, auec le Royaume
de Naples, la souueraineté de Flandres, & la Bourgongne : Mais
cette renonciation ne pouuoit preiudicier à ses successeurs, pour les raisons
qui seront representees cy-apres.   Or quoy que ce grand Prince eust receu vn si

=> Afficher la page


Occurrence 20. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

des vassaux si puissans.   Le Comté de Flandre estant ainsi escheu aux Archiducs d’Autriche,
ils en firent hommage aux deuanciers de vostre Majesté, iusques à ce que
le Roy François ayant esté pris à la Iournee de Pauie, fut contraint de
passer le Traitté de Madril, & quitter la Souueraineté des pays Bas pour sa
deliurance : ce qu’il accorda derechef par le Traitté de Cambray, pour la
deliurance de Messieurs ses enfans. Et c’est le seul fondement dont les Espagnols
se seruent pour asseoir leurs pretentions. Mais outre ce que

=> Afficher la page


Occurrence 21. Baltasard, Christophle. TRAITTÉ DES VSVRPATIONS DES ROYS... (1645) chez Paslé (Jean) à Paris , 48 pages. Langue : français. Avec privilège. En dernières pages: table et extrait du privilège.. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_6. Texte édité par Site Admin le 2013-03-10 08:56:33.

pourueu contre les alienations
du Domaine de la Couronne. C’est pourquoy sur l’aduis des plus
fameux Theologiens & Iurisconsultes de l’Europe, Que veu la Loy fondamentale
de ce Royaume, & l’opposition des Estats, telle renonciation portée
par les Traittez de Madrid & de Cambray ne portoit aucune obligation,
& que Charles d’Autriche demeuroit tousiours obligé aux deuoirs
de vasselage & fidelité enuers ceste Couronne. François I. seant en son lict
de Iustice, assisté des Roys d’Escosse & de Nauarre, des Princes du

=> Afficher la page


Occurrence 22. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Avec un portrait de Louis de Bourbon (Paris, Jean Daret, 1652) en page 5. Voir aussi B_6_8. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : C_11_1. le 2013-09-16 04:40:00.

dont les propositions ne m’ont iamais semblé que tres criminelles, & dont i’ay tousiours
iugé que le party n’estoit pas moins desaduantageux
à la tranquillité de l’Estat, que celuy
qui se forme tous les iours, ou dedans Bruxelles
ou dedans Madrid.   Il est vray que le motif de ses propositions
dont on ne battoit pas moins mes oreilles, qu’on
interrompoit tous les iours le repos de son A. R.
sembloit du moins appuyé d’vn pretexte specieux,
que les emissaires du Mazarin empruntoient
du mariage

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Du Bos, Mathieu [?]. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE PRINCE DE... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 23 pages. Langue : français. C_11_1. Référence RIM : M0_2372 ; cote locale : B_6_8. le 2013-09-16 04:35:12.

cabale, dont les propositiõs ne m’ont iamais semblé que tres criminelles, dont i’ay tousiours
iugé que le party n’estoit pas moins desaduantageux
à la tranquilité de l’estat, que celuy
qui se forme tous les iours, ou pdans Bruxelles
ou dedans Madrid.   Il est vray que le motif de ses propositions
dont on ne battoit pas moins mes oreilles, qu’õ
interrompoit tous les iours le repos de son A.
R. sembloit du moins appuyé d’vn pretexte
specieux, que les Emissaires de Mazarin emprũtoient
du mariage

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE COVP D’ESTAT DV PARLEMENT DES PAIRS, OV... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_802 ; cote locale : B_5_3. le 2013-07-07 16:27:05.

qui cassa cette declaration Royalle par vn
arrest contraire, & qui fit voir par ce coup d’Authorité
que la veritable Authorité Royalle & Souueraine est
entre ses mains lors qu’il est question de iuger des affaires
d’Estat. Lors que Francois premier estoit à Madrid
dans les prisons de Charles Quint, ne protesta til
point à cet Empereur qui luy proposoit des conditions
insolentes pour l’eslargissement de sa liberté, qu’il ne
pouuoit rien tenir, quelque chose qu’il luy promit, si
le Parlement des Pairs auoit aucune raison

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. Dubosc-Montandré, Claude [?]. LE SCEPTRE DE FRANCE EN QVENOVILLE Par les... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 122 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : M0_3598 ; cote locale : B_4_8. le 2013-02-10 15:30:48.

des moyens de procurer la liberté au Roy, &
pouruoir à la defense du Royaume. Le premier &
principal soin de cette Princesse fut d’enuoyer aussi-tost
des Deputés en Espagne, pour traicter de la rançon
du Roy, dont l’elargissement fut conclud au
Traicté de Madrid, & relasché en suite aussi tost que
ses deux fils, François le Dauphin, & Henry Duc
d’Orleans furent receus en sa place pour ostages. Ainsi
comme cette Princesse auoit heureusement reüssi
dans sa premiere Regence, son Gouuernement dans
la seconde, parut

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Toutes les occurrences