[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(431 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "empr��.*|emprun.*" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. ARTICLES PROPOSEES ET ARRESTEES EN LA... (1648) chez [s. n.] à Paris , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M2_29 ; cote locale : E_1_51. le 2012-04-13 10:51:14.

& les creanciers des Comptables & Fermiers,
Traittans, Partisans, leurs cautions associez & interessez
ne puissent estre frustrez comme il est aduenu, tous biens de
quelques nature que ce soit, mesme les Offices qui se trouueront
leur appartenir mis sous noms empruntez : ensembles ceux
donnez à leurs enfans en mariage ou autrement depuis qu’ils
seront entrés dans les affaires de sa Majesté, demeureront affectez
& hypotecquez à sadite Majesté & à leurs creanciers, &
toutes separations de biens d’entr’eux &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

aux plus heureux.   Le Connestable
de
Bourbon. Vostre traitement ne sera pas meilleur. Leurs caresses vous
tueront ou elles vous corrompront. C’est vn corps (dit ce
mesme autheur que ie sorts d’alleguer, & duquel ie n’ay pû
m’empescher d’emprunter plusieurs belles reflexions sur cette
matiere) qui sallit & gaste tout ce qu’il touche : les endroits
qu’il ne ronge pas de ses morsures, il les infecte de son haleine.
Il ne faut pas estimer ses presens moins funestes que
ses menaces, & son amitié n’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

n’ayant pas armé son corps, comme elle a
fait le reste des animaux, en affilant ou en durcissant des
parties de leur corps, a fait assez paroistre que la victoire
que l’homme emporte sur vn autre, doit estre conquise
par la pointe de la raison. Posez donc vos armes empruntées, & reprenez l’vsage
de vos armes naturelles, qui ne sont autres que la raison, &
assortissez-les de l’armeure de Dieu dõt parle l’Apôtre S. Paul, & cõme parle l’Apostre S. Pierre ; Armez-vous do
pensées Chrestiennes. Ie suppose

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_17. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_9_31. (Page de titre en page 2; numérotation jusqu'à 15 (Moreau idem).). le 2012-04-20 02:46:40.

n’ayant pas armé son corps, comme elle a
fait le reste des animaux, en affilant ou en durcissant des
parties de leur corps, a fait assez paroistre que la victoire
que l’homme emporte sur vn autre, doit estre conquise
par la pointe de la raison. Posez donc vos armes empruntées, & reprenez l’vsage
de vos armes naturelles, qui ne sont autres que la raison, &
assortissez-les de l’armeure de Dieu dõt parle l’Apôtre S. Paul, & cõme parle l’Apostre S. Pierre ; Armez-vous de
pensées Chrestiennes. Ie suppose

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. CAYER CONTENANT. LES TRES-HVMBLES... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 27 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_662 ; cote locale : C_1_10. le 2012-04-29 01:57:03.

a sur la foy & la parole Royale de l’extinction des
droicts entiers du conuoy, de toutes les subsides de la
Prouince, elle n’en esbranle aucun que celuy de ces deux
escus qui se destruisoit de soy-mesme par son propre
fondement, n’ayant esté estably que par vn emprunt
de quatre cens mil liures fait sur la ville de Bordeaux
comme ville abonnée, desia dix fois surpayées. Par ce
petit benefice les peuples sont quasi satisfaits, & Monsieur
d’Espernon au contraire, voyant que ces peuples
apprehendans la disette s’opposoient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. CAYER CONTENANT. LES TRES-HVMBLES... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 27 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_662 ; cote locale : C_1_10. le 2012-04-29 01:57:03.

pour vn temps lors du mariage
de la Reyne Regente, & qu’on a Promis d’abolir
de temps en temps, de vouloir cependant agréer les
tres humbles Remonstrances du Parlement, pour la
cessation de la leuée de deux escus par tonneau & leur
suitte, establie pour vn emprunt de quatre cens mil liures
dix fois surpayé, sans edict ou declaration verifiée,
& d’autant que la ferme de la contablerie dont celle du
conuoy n’est qu’accessoire, est purement domaniale :
vouloir ordonner que la cognoissance des affaires ce
concernant,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. CONTRE LES ENNEMIS DE LA CONFERENCE ET DE LA... (1649) chez [s. n.] à Paris , 10 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_785 ; cote locale : C_7_75. le 2012-05-20 15:23:29.

& des
fortunes precipitées que les Traitans éleuent sur
son debris ; ceux que le Parlement authorise dans
les articles de son Traité, sont dépoüillez de ces
deux dangereux effets : le Partisan y perd, ne retirant
que le denier douze des aduances qu’il emprunte
au denier dix, ou à vn plus grand interest,
& le peuple n’en reçoit point de nouuelles charges,
le Roy assuietissant par sa Declaration les
Impositions sur ses sujets, à la verification du Parlement
qui les reglera plutost aux necessitez de
son Estat,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. DE LA NATVRE ET QVALITÉ DV PARLEMENT DE... (1652) chez Preuveray (François) à Paris , 72 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_857 ; cote locale : B_15_32. le 2012-05-27 07:50:17.

incorruptible & tousiours esgale sans exception
de personnes, & pour l’amour incompatible & le soin
paternel qu’il a des hommes, de leur salut, & de leur conseruation.
Si bien que les Rois, ou ces prototipes de cette source
de grandeur qui abusent du pouuoir emprunté de ses perfections,
ne representent plus son amour ny sa Diuinité, mais
l’ennemy de ses vertus & de ses bontez, qu’il est le Demon, lequel
n’a de puissance que pour en abuser, ny d’authorité que
pour oppresser ceux que Dieu veut punir, ou esprouuer.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. DE LA NATVRE ET QVALITÉ DV PARLEMENT DE... (1652) chez Preuveray (François) à Paris , 72 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_857 ; cote locale : B_15_32. le 2012-05-27 07:50:17.

peuples Estrangers loüoient autrefois le Gouuernement
de la France, parce que la puissance Royale, disoient-ils,
y est temperée par l’authorité des Parlemens, lesquels encore
bien qu’ils tirent leur pouuoir de celuy que la Royauté leur
communique, comme les Astres empruntent leur lumiere de
celle du Soleil ; Neantmoins on peut dire que de mesme que
ces Astres ont vne lumiere qui leur est propre à cause que c’est
vne qualité du Ciel ; Les Parlemens aussi, & entre autres celuy
de Paris, à vne authorité naturelle & non

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. DES ANCIENNES ENSEIGNES ET ESTENDARTS DE... (1637) chez Richer (Estienne) à Paris , 77 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_1. le 2012-09-26 14:48:50.

duquel
les anciens François commençoient leurs années :
à sa feste, ils faisoient ouuerture de leurs Parlemens :
& à son tombeau, rendoient leurs plus religieux serments. Pour monstrer en quelle estime a esté S. Martin
enuers les François ; Ie ne veux pas emprunter tout ce qu’ont escrit Seuerus Sulpitius, Gregoire de Tours,
ny pareillement Niceas en son Epistre, qui est la
huictiesme entre celles des Rois & Euesques de France ;
& me contenteray des termes de sainct Bernard,
Sermone in festo sancti

=> Afficher la page


Occurrence 11. Anonyme. DES ANCIENNES ENSEIGNES ET ESTENDARTS DE... (1637) chez Richer (Estienne) à Paris , 77 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_1. le 2012-09-26 14:48:50.

  Origine du
nom de
Chappe, ou
Cappa. Chappelle. I’ay esté retranché en la suitte de mon trauail, par la
rencontre d’vn discours de long-temps imprimé, sur
le nom de Chappelle : ne desirant donner autre chose,
que de mon trauail, sans emprunt. Outre ces significations : Chappelle quelques fois se
prend pour vne Eglise principale. La Patente de Charlemagne,
pour la fondation de l’Eglise de Nostre Dame
à Aix, rapportée par Miræus Donationum piarum
lib. 1. c. II. l’appelle en diuers lieux,

=> Afficher la page


Occurrence 12. Anonyme. DES ANCIENNES ENSEIGNES ET ESTENDARTS DE... (1637) chez Richer (Estienne) à Paris , 77 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_1. le 2012-09-26 14:48:50.

attendre
de nous, en prenant lettre de quittance desdites parties. EN
TESMOING, nous auons mis nostre seel à ces presentes
lettres, qui furent faites le 18. Aoust, l’an de Grace 1355.
Seellé des armes de Chastillon.   Tous les voisins & alliez du Royaume ont emprunté
le nom de ceste charge, DAPIFER, auec partie
des effects. Les Ducs de Normandie : Comtes de
Flandres : Ducs de Bourgongne : Roys d’Angleterre :
Roys d’Arragon : Roys d’Italie : & l’Empereur,
dont i’ay infinis exemples, Ordric. Vital. Eccles.

=> Afficher la page


Occurrence 13. Anonyme. DIALOGVE CONTENANT LA DISPVTE ET L’ACCORD... (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1073 ; cote locale : C_2_53. le 2012-09-28 05:23:22.

qu’à moy
Qui vay tousiours de bonne foy.
C’est le tout si vous sçauez lire,
Et lors que vous voulez écrire
Pour vn passe-port seulement
Vous ne sçauez quoy ny comment,
S’il vous suruient la moindre affaire
Vous m’empruntez vn Secretaire
Vn Ambassadeur, vn Agent
Mais encores mieux mon argent.
Vous estes mere d’ignorance
Et vous l’allez remettre en France ;
Car Aristote ny Platon
N’aimoient point la poudre à canon,
Pour Ciceron, & pour Virgile

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. DIALOGVE DE ROME ET DE PARIS. Au sujet de... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1083 ; cote locale : A_2_50. Texte édité par Site Admin le 2012-09-28 07:59:43.

par les escaliers, vous deuez croire qu’il les eust fait
monter au second estage, & qu’il eut placé les liures
en bas.   Rome. Ie plie les espaules à ce que vous dittes, & ie vois bien qu’il ne fait pas comme ce braue Cesar, dont il
emprunte le nom trop indignement, qui ne douta
point de passer à la nage vne dangereuse riuiere, estant
poursuiuy de ses ennemis, tenant d’vne main
son espée, & de l’autre ses beaux Commentaires qu’il
nous a laissez, & que nous lisons encore auiourd’huy.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. DISCOVRS ADDRESSÉ AVX SOLDATS FRANCOIS.... (1649) chez Sevestre (Louis) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1101 ; cote locale : C_7_50. le 2012-11-27 14:41:32.

prouidence la haut
qui l’a toujours soustenuë. C’est là que nous auons des espions
& des intelligẽces fidelles. De là viennent les aduis & les stratagemes
au cœur des bons Citoyens pour la defense de leur Patrie
& de leur Roy. Encore dirons nous trois mots empruntez de Tacite
en ses Annales, parce qu’ils semblent expressément faits
pour nous. Non adeo turbatam ciuilibus armis Remp. superesse fideles
Prouincias & exercitus, fortuna imperij & vltores Deos. Ladem rursus
nomina, eadem fata ruptores fœdorum expectent. Nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. DISCOVRS CHRESTIEN ET POLITIQVE, DE LA... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français, latin. Pièce 5 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1103 ; cote locale : A_2_48. le 2012-09-30 07:30:28.

Singulæ
res, singulorum sunt: Ceste maxime est indubitable,
elle est reconnuë par tout le monde, & des
Empereurs quoy que Payens n’en ont pas voulu
douter; cependant le Partisan ne la sceuë, où
ne la voulu sçauoir, que depuis qu’on luy a
parlé d’emprunts & de taxes sur luy mesme; il
laissoit dormir les Loix & n’auoit garde de les
reueiller.   Le droit des Roys me dira-on, n’est donc
pas tel que Samuel le disoit! O preuaricateurs
en la cause de Dieu & du Peuple, disons des
Rois mesmes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. DISCOVRS SVR L’ENTREVEVE DV CARDINAL... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_46. Référence RIM : M0_1145 ; cote locale : C_7_45. le 2012-10-07 15:35:34.

obstination a
perpetuer la guerre ont conduit les choses dans la
confusion où elles se trouuent, & fait perdre aux
peuples le respect qu’ils doiuent à tout ce qui vient
de la part de leur Souuerain, parce qu’ils voyent
que le caractere de l’authorité n’est emprunté que
pour faire executer ses passions. Qu’il face cognoistre
à sa Majesté qu’il n’y a point d’apparence qu’ils
reuiennent dans leur deuoir, ny que le Cardinal
Mazarin qui n’a pas sçeu cõseruer au milieu des prosperitez
l’authorité, la puisse

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. DISCOVRS SVR L’ENTREVEVE DV CARDINAL... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_45. Référence RIM : M0_1145 ; cote locale : A_2_46. le 2012-10-07 15:37:39.

obstination a
perpetué la guerre ont conduit les choses dans la
confusion où elles se trouuent, & fait perdre aux
peuples le respect qu’ils doiuent à tout ce qui vient
de la part de leur Souuerain, parce qu’ils voyent
que le caractere de l’authorité n’est emprunté que
pour faire executer perpetuer. Qu’il face cognoistre
à sa Majesté qu’il n’y a point d’apparence qu’ils
reuiennent dans leur deuoir, ny que les passions du
Cardinal Mazarin celuy qui n’y pas sçeu conseruer
au milieu des prosperitez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. EXAMEN SVR LES AFFAIRES DV TEMPS. (1649) chez Huot (Claude) à Paris , 12 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1321 ; cote locale : A_2_62. le 2012-10-17 14:27:24.

esperé les mesmes auantages que les vsuriers de leurs
partis, & de leurs auances. Certes si iamais l’arrest du
Senat Romain, que les Iurisconsultes appellent Macedonien
a eu lieu, il le doit auoir en cette rencontre.
Nostre Roy est mineur, & quoy qu’il n’ait pas emprunté
pour fournir à ses débauches, comme les ieunes
Romains qui donnerent occasion au Senat de
fulminer contre ce fameux vsurier, toutesfois l’argent
que les Macedons de ce temps-cy luy ont presté
n’a point esté employé à son auantage, il est aussitost

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. EXTRAIT DES REGISTRES DE PARLEMENT. Touchant... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi B_5_20 avec page de titre, dont cette pièce serait la suite. Mais titre différent et sans nom d'auteur ni signature.. Référence RIM : M0_1354 ; cote locale : B_14_5. le 2012-10-20 10:58:46.

qui sont passées, sans qu’il soit besoin d’autre parallele,
ny d’autre application pour persuader à
tous les bons François que nos mal-heurs sont
encore plus grands, que nos desordres sont plus
sensibles, & que nos plaintes & les moyens que
nous empruntons pour les faire cesser ne sont
point inouis, mais seulement les mauuais desseins
que l’on a de nous faire perir par le fer & le
feu, parce que nous crions au secours pendant
qu’on nous esgorge. Et si Charles VIII. a esté
desiré dans Paris, Louis XIV. y

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. FACTVM CONTENANT LES IVSTES Deffenses des... (1649) chez Pépingué (Edme) à Paris , 35 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1360 ; cote locale : A_4_2. Texte édité par Site Admin le 2012-10-21 03:39:56.

comme si eux, qui sont les veritables debteurs, pouuoient fermer
la bouche à leurs creanciers, & leur imposer silence. Il n’y a que ceux qui souffrent qui puissent bien exprimer
leurs douleurs, les theatres sont pour les figures, & pour les
personnages empruntés: mais le Tribunal de la Iustice n’admet
iamais que les personnes veritablement interessées, & qui
ont part à l’action, & à l’affaire que l’on y traicte. Les demandeurs ne doutent donc point que la Cour n’escoute
fauorablement leurs cris &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. FACTVM CONTENANT LES IVSTES Deffenses des... (1649) chez Pépingué (Edme) à Paris , 35 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1360 ; cote locale : A_4_2. Texte édité par Site Admin le 2012-10-21 03:39:56.

la continuation de ces assemblées, par
ce qu’ils voioient la resolution qu’on y prenoit de demander
Iustice, & de faire voir au public beaucoup de choses contraires
à leur deuoir & à la dignité de leurs Charges, & de
leurs emplois. Ils excitent mesme & empruntent la voix du
Substitud de Monsieur le Procureur General, qui seruoit
dans la Chambre des Vacations, on luy fait requerir par
deux fois des deffenses de continuer les assemblées, l’on traicte
les Rentiers (qui demandent leur bien) de perturbateurs
du repos public

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. FACTVM Pour M. Bernard de Bautru Aduocat au... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français, latin. Sans page de titre.. Référence RIM : M0_1366 ; cote locale : C_5_2. le 2012-10-21 03:18:16.

contre toutes sortes de
personnes, ils ne se metroient pas en peine de distinguer les innocens
des coupables, pourueu que leur action fust agreable. Ceste sorte de recherche a tousiours esté condamnee par les
loix du Royaume. Nous auons assez de nos vices, sans emprunter
ceux des estrangers : c’est vne forme d’inquisition qui ne conuient
point à nos mœurs ny à nostre liberté Françoise. Il n’y a personne
qu’on ne puisse enueloper par ce moyen dans ces crimes supposez.
L’on peut mesme dire que ce qui a esté fait dans ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Anonyme. HARANGVE A LA REYNE, PAR MESSIEVRS LES... (1649) chez Sevestre (Pierre) à Paris , 12 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1539 ; cote locale : A_4_14. le 2012-10-27 09:16:22.

Royale dans son mesme mal-heur, qui
cause tant de desordre: helas! c’est la commune opinion
aussi bien des doctes que des ignorans qu’estant
remplie de tant de bonté, & ne vous defiant de cét
imposteur qu’il vous fait croire que l’innocence mesme
emprunte la candeur de son visage, que la vergogne
n’a point décarlatte que celle qui brille sur sa
iouë, que sa bouche sert de ruches aux abeilles pour
y loger les douceurs du miel, & n’est que fiel puisqu’il
authorise le brigandage & le sacrilege, en violant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 25. Anonyme. LA BELLE GVEVSE. (1650 [?]) chez Noël (François) à Paris , 12 pages. Langue : français. Lieu et éditeur sont indiqués au colophon. Voir aussi A_9_33. Référence RIM : M0_579 ; cote locale : C_2_20. le 2012-11-09 07:34:26.

du Soleil.    
Ces superbes objets que la Cour idolastre
Ne sont que monstres embellis,
La blancheur de leur teint qui semble estre de lis
N’est que de ceruze & de plastre ;
La honte & le dépit les suiuent pas à pas
D’emprunter chaque iour ce qui les fait paroistre :
Leurs deffauts se découurent auec ces faux apas
Et montrant ce qu’ils taschent d’estre
Ils montrent ce qu’ils ne sont pas.    
Ces vaines Deitez qu’on presse & qu’on

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4 5