[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(700 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "amit.*" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 1. Anonyme. ADVERTISSEMENT DONNÉ A MONSIEVR LE PRINCE... (1652) chez Halline (Gilles de) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M2_33 ; cote locale : B_7_35. Texte édité par Morvan Perroncel (La page 4 est illisible (trop sombre, encrage défectueux, etc.). Il conviendrait d'en récupérer le texte sur un autre exemplaire.). le 2012-12-02 09:28:49.

que la meilleure & plus iuste cõduite de l’Estat, estoit
de rassembler toutes les forces de la Maison Royale prés de leur cœur, qui est le Roy, en ce faisant se lier Monsieur le
Prince, comme le seul Prince du Sang, d’vn lien si estroit
d’amitié que (se confiant à luy des plus importantes affaires)
son interest commun auec celuy de leurs Majestez, l’obligeast
à supporter vne partie des trauaux du gouuernement.
Vous fistes joüer les ressorts de vos ruses accoustumées
pour gagner les deuans. Si que dans peu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 2. Anonyme. ADVERTISSEMENT FAIT PAR MONSIEVR DE... (1649) chez Morlot (Claude) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_457 ; cote locale : A_2_4. le 2012-12-02 13:59:17.

ce temps malheureux, elle a mal-aisement peu conseruer vn
amour, qui ait preferé à son interest le salut de sa Patrie, & à
son ambition la conseruation de la mesme. Si tu espere d’immortaliser ton nom par cette action, tu te
trompe: tu n’aprehende pas de mon amitié ny de mon estat,
que ie regarde maintenant de trauers ta generosité; il n’y a
que les Papillons qui se plaisent de se brusler dans la lumiere,
dont ils ne peuuent souffrir l’esclat. Ces pensées si basses
ne peuuent sortir que des personnes de peu de merite, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 3. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

vne chose qu’elle ne veut pas mesme attendre
de vostre deuoir : Et pour vous montrer quel est l’estat de
son egalité, & combien elle est immobile à toutes vos entreprises ;
elle ne veut pas seulement vous iuger digne de sa haine
apres que vous l’auez esté de son amitié : Elle ne songe ny
à vous absoudre ny à vous punir. La plus glorieuse façon de
se vanger des ingrats, n’est pas de punir leur ingratitude ;
c’est d’enseuelir leur memoire, & les condamner à vn oubly
eternel, puis que ce n’est pas assez pour leurs noires

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 4. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

& vn sacrilege, auec
l’honneur & le prix de sa fecondité ; Il faut vous faire ressouuenir
à mesme temps, des plus cruels assauts qu’vn iuste remords
liuroit à l’ame de Coriolanus dans ses plus solides satisfactions,
autant de fois qu’il pensoit à l’amitié qu’il auoit pratiquée
de gens qui en vouloient directement à ses Loix & à sa
Religion ; pour qui il auoit abandonné laschement les interests
de son pays, ne considerant pas que s’il y a quelquefois
des temps où il vaut mieux se perdre auec courage, que de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 5. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

faire.   Finalement on luy a tousiours leué tout empeschement
pour n’auoir sujet d’accuser personne en son malheur que
son ingratitude. On a fait tout ce qu’on a pû pour le conseruer,
il fait tout ce qu’il peut pour se perdre. Qui a iamais
trouué qu’vne amitié particuliere deust preualoir sur le
seruice du Roy ; qu’il fallust s’y attacher scrupuleusement à
la ruine entiere d’vn Estat ? N’est-ce pas vne maxime aussi
absurde qu’elle est dangereuse, que d’esperer de retenir la
vie au bout d’vn doigt dans vn corps

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 6. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

venir à vne force ouuerte
& declarée, & tascher de gagner quelque fausse reputation
de constance ; Il falloit armer sa compassion & conuertir
son zele en fureur, sans se prendre garde qu’au mesme
temps qu’il croit d’auoir conceu vne belle idée de l’amitié,
il fait voir seulement cette liaison des espines qui ne s’embrassent
que pour faire du bruit, & pour craquetter dans la
flamme ; Qu’il ne fait qu’apporter les defauts de son esprit,
& faire part de son caprice à vn amy, auquel il deuroit rendre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 7. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

les rehausse au dessus d’eux-mesmes, & leur tient
le cœur éleué, aussi ferme dans la defaillance de leurs forces,
que leur esprit est tranquille parmy les chaisnes de leur prison.
Il est donc bien aisé à voir qu’il n’est rien qui l’offense
comme vostre amitié, comme la protection que vous luy offrez, rien qui le persecute comme vostre compassion, qui le
choque comme vos seruices.   Que reste-il, M. qu’à vous faire voir l’exemple de tant de
gens qui paroissent deuant vous tous moittes & tous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 8. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

par ceux de son party : mais
comme il ne prend aucun goust dans leur possession, soit qu’il
pense que quelqu’autre consideration que celle de son merite
les attire, ou que pour les reconnoistre il se sente obligé
plus qu’à vne sousmission gratuite, & n’estime l’amitié qu’on
luy porte qu’vne fascheuse dependance, ce desespoir l’entraisne
enfin iusques à vn exil ignominieux, où il n’a laissé
aucune trace de son nom : mais comme vne beste timide qui
abhorre le iour & la compagnie, il se cache de frayeur, laisse,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 9. Anonyme. AVIS AV MARESCHAL DE TVRENNE, SVR SON... (1650) chez Variquet (Pierre) à Paris , 24 pages. Langue : français. Le nom de l'imprimeur est au colophon.. Référence RIM : M0_478 ; cote locale : D_1_32. le 2012-04-13 16:18:20.

d’emprunter plusieurs belles reflexions sur cette
matiere) qui sallit & gaste tout ce qu’il touche : les endroits
qu’il ne ronge pas de ses morsures, il les infecte de son haleine.
Il ne faut pas estimer ses presens moins funestes que
ses menaces, & son amitié n’en a pas moins opprimez que sa
haine. Il fait maintenant semblant de vous laisser quelque vaine
image de commandement sur ses Troupes, parce qu’il sçait
bien que vous n’en deuez iamais attendre vne vraye obeïssance,
& que pour en obtenir quelque

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 10. Anonyme. AVIS AVX PARISIENS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée. Voir aussi B_14_31. Référence RIM : M0_489 ; cote locale : B_20_47. le 2012-04-13 16:43:22.

de toutes
parts pour grossir de sorte son Armée, qu’il
peut promptement blocquer Paris, parce
qu’on ne l’y vouloit point receuoir, comme
vous voyez qu’il y marchoit à grands pas, a
estimé qu’il ne pouuoit vous donner des tesmoignages
plus grands de l’amitié qu’il a pour
le Public, qu’en abandonnant toutes ses
plus importantes affaires de Guyenne, pour
venir seconder les bonnes intentions de son
Altesse Royalle, principalement quand il a
consideré que Monsieur le Duc d’Orleans
ne pouuoit abandonner Paris

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 11. Anonyme. AVIS AVX PARISIENS. (1652) chez [s. n.] à Paris , 7 pages. Langue : français. Jouxte la copie imprimée. Voir aussi B_20_47. Référence RIM : M0_489 ; cote locale : B_14_31. Texte édité par Site Admin le 2012-04-13 16:40:51.

de toutes
parts pour grossir de sorte son Armée, qu’il
peut promptement blocquer Paris, parce
qu’on ne l’y vouloit point receuoir, comme
vous voyez qu’il y marchoit à grands pas, a
estimé qu’il ne pouuoit vous donner des tesmoignages
plus grands de l’amitié qu’il à pour
le Public, qu’en abandonnant toutes ses
plus importantes affaires de Guyenne, pour
venir seconder les bonnes intentions de son
Altesse Royalle, principalement quand il a
consideré que Monsieur le Duc d’Orleans
ne pouuoit abandonner Paris

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 12. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_9_31. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_14_17. le 2012-04-20 02:38:55.

infideles.   2. Esd. 4. 15. Act. 10. 1. v. 22. v. 33. v. 7. 2. Mach. 15.
25. 2. Mach. 12.
22. Ce sont ces causes qui vous obligent plus que toute
autre profession d’estre tousiours bien auec Dieu,
conseruer son amitié, & le prix inestimable de sa grace,
l’estimant le plus riche trhesor, la pretention la
plus haute, la fortune la plus éleuée qui puisse frapper
icy bas nos yeux, occuper nos pensées, animer
nos desirs, & posseder nos cœurs. C’est aussi le moyen
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 13. Anonyme. AVX FRANÇOIS FRATRICIDES, PAR VN... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Voir aussi B_14_17. Référence RIM : M0_436 ; cote locale : B_9_31. (Page de titre en page 2; numérotation jusqu'à 15 (Moreau idem).). le 2012-04-20 02:46:40. . Act. 10. 1 v. 22. v. 33. v. 7. 2. Mach. 13
25. 2. Mach. 12
12. Ce sont ces causes qui vous obligent plus que toute
autre profession d’estre tousiours bien auec Dieu,
conseruer son amitié, & le prix inestimable de sa grace,
l’estimant le plus riche trhesor, la pretention la
plus haute, la fortune la plus éleuée qui puisse frapper
icy bas nos yeux, occuper nos pensées, animer
nos desirs, & posseder nos cœurs. C’est aussi le moyen
de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 14. Anonyme. CENSVRE DE L’INSVFISANTE ET PRETENDVE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_669 ; cote locale : C_3_33. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-04-29 14:45:36.

quelque sorte esté la cause d’vn si grand blaspheme,
& sans doute, que quoy que vous ayez entrepris pour
lui, & quoy que mon amy ait fait, au contraire, qu’il l’estimera
plus iuste que vous : & de fait il l’est, & ne voudroit
pas auoir souffert de mon amitié vne loüange
qu’il estimeroit vn si grand crime. Cependant quelque coupable que vous soyez, &
quelque innocent qu’il puisse estre, vous l’accusez
d’auoir i auec addition du sien, employé les passages de la
mesme saincte Escriture, que vous venez vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 15. Anonyme. CENSVRE OV REFVTATION DV LIBELLE INTITVLÉ,... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_1_12.. Référence RIM : M0_674 ; cote locale : E_1_121. le 2012-04-29 15:14:16.

nous deuons rendre graces à Dieu du peu de sang qui s’est
respandu parmy ces desordres, qui deuoient en apparence
auoir vn suceez beaucoup plus funeste & plus violent : il
acheue par vne iniure brutale qui ne fait qu’aigrir vn Prince
genereux, dont l’amitié se doit acquerir par la douceur. Les sept, huict, neuf & dixiesme apprennent des sacrileges
inoüis, qui ne sont iamais tombés dans l’imagination
des plus abominables, bien loin d’auoir esté commis
comme il dit par des Estrangers qu’il accuse de ces

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 16. Anonyme. CENSVRE OV REFVTATION DV LIBELLE INTITVLÉ,... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_121. Référence RIM : M0_674 ; cote locale : C_1_12. Texte édité par Site Admin le 2012-04-29 15:25:42.

nous deuons rendre graces à Dieu du peu de sang qui s’est
respandu parmy ces desordres, qui deuoient en apparence
auoir vn succez beaucoup plus funeste & plus violent : il
acheue par vne iniure brutale qui ne fait qu’aigrir vn Prince
genereux, dont l’amitié se doit acquerir par la douceur. Les sept, huict, neuf & dixiesme apprennent des sacrileges
inoüis, qui ne sont iamais tombés dans l’imagination
des plus abominables, bien loin d’auoir esté commis
comme il dit par des Estrangers qu’il accuse de ces

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 17. Anonyme. CONSEIL NECESSAIRE DONNÉ PAR VN PARISIEN,... (1649) chez Gasse (Nicolas) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_761 ; cote locale : C_1_33. le 2012-05-12 15:58:37.

Ie dis, semble, car ie croy certaine.
ment qu’il y a plus de Grimace que d’autre
Raison. Et que si l’on auoit trié
tous vos amis de vostre party, il ne se
trouueroit guere plus d’vn homme seul,
capable de vous nuire. Encores puis-je
dire, que, si vostre amitié estoit à prix,
il l’a voudroit acheter de tous les Iustes
qu’il a transportés en pays Estranger.
Mais vostre amitié est vn Thresor qui n’est
non plus à donner pour luy qu’il est à vendre
pour d’autres, & de tout ce qu’il a enleué
de Paris,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 18. Anonyme. CONSEIL NECESSAIRE DONNÉ PAR VN PARISIEN,... (1649) chez Gasse (Nicolas) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_761 ; cote locale : C_1_33. le 2012-05-12 15:58:37.

tous vos amis de vostre party, il ne se
trouueroit guere plus d’vn homme seul,
capable de vous nuire. Encores puis-je
dire, que, si vostre amitié estoit à prix,
il l’a voudroit acheter de tous les Iustes
qu’il a transportés en pays Estranger.
Mais vostre amitié est vn Thresor qui n’est
non plus à donner pour luy qu’il est à vendre
pour d’autres, & de tout ce qu’il a enleué
de Paris, quelque restitution qu’il
veuille en faire, nous pouuons bien l’en
quitter pour vn Louys. C’est le vœu
general de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 19. Anonyme. CONTRACT FAIT ET PASSÉ EN la ville de... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_784 ; cote locale : B_15_25. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 14:59:37.

sera permis de prendre vn commis
supernumeraire, qui aura soin de tailler ses plumes, &
écrire des billets aux gens d’affaires, aux appointemens
de trois mil liures par chacun an. Ce qui a esté accordé
& trouué bon par ledit Seigneur Cardinal, qui
a promis amitié audit sieur de la Vie ville : Et ledit
sieur de la Vie ville seruice & reconnoissance audit
Seigneur Cardinal, & respectiuement foy & loyauté
l’vn enuers l’autre, ainsi qu’ils ont accoustumé garder,
à peine de tous despens, dommages &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 20. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

vostre ambition iusques
au faiste. C’estoit vous venger puissamment du Mazarin
que de traitter de la liberté de Monsieur le Prince, vous
commençates donc à vous declarer pour celuy qu’vn an
auparauant vous auiez voulu perdre. Il est estrange que
vostre amitié & vostre haine suiuent tousiours la mesure
de vos interests, ils se changent l’vn en l’autre selon que
vous pensez en profiter, & comme vous n’auez iamais
aimé personne gratuitement, aussi vous ne l’auez hay
que sous esperance de recueillir le debris de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 21. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

vostre affaire, lors que vous n’estiez qu’vn Escholier de
Sorbonne, & sa vertu fut couronnée par les Eloges du deffunt Roy, lors qu’on ne sçauoit pas si vous estiez au mõde.
Voila donc ses bien faits tres mal reconnus, mais cela ne
le touche point, son amitié a tousiours esté desinteressée,
& il vous a protegé par le seul motif de sa generosité, il n’apartient
qu’aux ames heroïques à faire du bien sans esperer
de recompense, c’est ce que vous ne sçauez pas faire, il faut
estre né Prince, & auoir le cœur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 22. Anonyme. CONTRE-VERITEZ DV VRAY, ET DV FAVX DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_789 ; cote locale : B_10_16. Texte édité par Site Admin le 2012-05-20 15:32:44.

en cela toute vostre deffense, chacun sçait
que le seruice que vous rendez au Mazarin n’a point d’autre fondement
que la hayne que vous portez à Monsieur le Prince, qui
a esté recompensé de vostre Chapeau de Cardinal, ce n’est pas par vn principe d’amitié, c’est par la necessite de vos interests, vous
croyez ne vous pouuoir venger de M. le Prince, sans faire subsister
son ennemy capital, vous aduouès qu’il est le maistre de la Cour,
que son autorité est fatale à la perte du Royaume, ne l’est-elle pas
par

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 23. Anonyme. DE LA NATVRE ET QVALITÉ DV PARLEMENT DE... (1652) chez Preuveray (François) à Paris , 72 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_857 ; cote locale : B_15_32. le 2012-05-27 07:50:17.

Loix, qui ruinent la
Iustice, & qui renuersent la Police, quittent le nom de Rois
pour prendre celuy de Tyrans ; Et par ainsi se rendans indignes
de commander, ils se rendent indignes d’estre obeïs, &
se declarans ennemis de leurs sujets, ils renoncent à leur
amitié & à leur obeïssance ; Si bien que les vns n’estans plus
Rois, & les autres plus sujets, la confusion s’engendre, la
haine chasse l’amour, la rebellion se forme, les esprits s’eschauffent, les hommes se rebellent, le desespoir fait tout

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 24. Anonyme. DES ANCIENNES ENSEIGNES ET ESTENDARTS DE... (1637) chez Richer (Estienne) à Paris , 77 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : Mx ; cote locale : D_1_1. le 2012-09-26 14:48:50.

teintures, Ie ne doute point, que l’ouurage,
combien que petit, ne contienne de grands deffauts,
& nombre de rides : Mais ie me suis promis
qu’elles seront addoucies par vous, MESSIEVRS,
en qui ie recognois vne suffisance sans prix, vne
modestie, concorde & amitié sans exemple, qui
me fera tousiours dire auec le Poëte,   Hi, duo corporibus, mentibus vnus erant. A Paris ce 3. Iuillet 1637. TABLE DES MATIERES
CONTENVES EN CE TRAITTÉ.

CHAPPE DE S. MARTIN. pag. 1.

=> Afficher la page


Occurrence 25. Anonyme. DISCOVRS CHRESTIEN ET POLITIQVE, DE LA... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français, latin. Pièce 5 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1103 ; cote locale : A_2_48. le 2012-09-30 07:30:28.

les
Loix de l’honnesteté & de la bien seance; Ils sont deuenus
fornicateurs infames, auares, jaloux, enuieux,
homicides, quereleurs, trompeurs, infideles, malins,
detracteurs, superbes, iniurieux, Artisans de nouueaux
crimes, sans obeïssance à leurs parens, sans amitié,
sans foy, sans misericorde; En cela indignes d’excuse
qu’ils ne manquoient pas de connoissance, soit
par la lumiere naturelle de la raison, soit par le remors
de leur conscience, soit par l’exemple des solemnelles
vengeances que Dieu a faites de leurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4 5 6 7 8