[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Rechercher dans les Mazarinades

Rechercher dans le corpus des Mazarinades
(603 occurrences trouvées)

Résultat de votre recherche de l'expression "coustume" dans le corpus des Mazarinades :


Occurrence 26. Anonyme. DISCOVRS CHRESTIEN ET POLITIQVE, DE LA... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français, latin. Pièce 5 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1103 ; cote locale : A_2_48. le 2012-09-30 07:30:28. Regum. 2. * Le terme Hebreu
de MISCHPAT
signifie
coustume
& iugement. On voit bien que ie tais beaucoup de choses
par respect, & que la seule necessité de faire voir
que le Roy est également suiet aux Loix Diuines
que son Peuple, m’a contraint d’examiner
vn passage iusques au bout, dont plusieurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 27. Anonyme. DISCOVRS DES-INTERESSÉ, SVR CE QVI S’EST... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_7_53. Référence RIM : M1_99 ; cote locale : B_6_35. le 2012-09-30 16:46:14.

dans les derniers troubles de la fortune
chancellante de cét Estat, ne reiette loing de nous les calamitez
qui nous menacent, il est à craindre que nous ne retombions
dans des mal-heurs dautant plus irreparables, que les necessitez
publiques que l’on croit sans remede, ont coustume de porter les
peuples dans vn desespoir fatal à leur repos, mais aussi fatal à la
grandeur de ceux qui les commandent. Il n’y a point de bons François qui ne soit obligé de faire de serieuses
reflections sur la condition presente, dans laquelle nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 28. Anonyme. DISCOVRS DES-INTERESSÉ, SVR CE QVI S’EST... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 22 pages. Langue : français. Voir aussi B_6_35. Référence RIM : M1_99 ; cote locale : B_7_53. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-09-30 17:00:04.

dans les derniers troubles de la fortune
chancellante de cét Estat, ne reiette loing de nous les calamitez
qui nous menacent, il est à craindre que nous ne retombions
dans des mal-heurs dautant plus irreparables, que les necessitez
publiques que l’on croit sans remede, ont coustume de porter les
peuples dans vn desespoir fatal à leur repos, mais aussi fatal à la
grandeur de ceux qui les commandent. Il n’y a point de bons François qui ne soit obligé de faire de serieuses
reflections sur la condition presente, dans laquelle nous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 29. Anonyme. DISCOVRS D’VN PHILOSOPHE MÉCONTENT,... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 7 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1110 ; cote locale : C_7_53. Texte édité par Site Admin le 2012-09-30 08:55:36.

& Philelf
eut si peu d’argent de reste quand il fut mort, qu’o
fut contraint de vendre ses meubles pour l’enseuelir.
Ce malheur me fait souuenir d’vne pensée d’vn bel esprit
de nos iours, à qui, Madame, vous auez esté vn peu
fauorable contre vostre coustume, que les soldats &
les Poëtes n’estoient iamais accusez de mettre de l’argent
à vsure. Bocace acheue la course de ses iours dans
vne maison rustique, luy qui pour son merite ne deuoit
mourir que dans vn Palais. Ie ne voy pas comment
vous pourrez vous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 30. Anonyme. DISCOVRS MONSTRANT COMBIEN LES PARTISANS ET... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_7_51. Référence RIM : M0_1128 ; cote locale : B_19_48. le 2012-10-05 15:26:10.

vous faire
voir combien cette maudite race a esté odieuse à
tous ceux qui vous ont deuancé, d’autant que la
seule haine que vous leur portez en est vn tres-asseuré
tesmoignage. Ie ne laisseray pas toutefois
pour vous la confirmer d’auantage de vous alleguer
la coustume qu’obseruoient anciennement
les riches Bourgeois & Marchands, lesquels faisoient
expresses defenses & inhibitions par testament
à leurs enfans de iamais contracter alliãce
ou de se marier auec ceux qui auroient eu le maniment
des finances ; estimant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 31. Anonyme. DISCOVRS MONSTRANT COMBIEN LES PARTISANS ET... (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi B_19_48. Référence RIM : M0_1128 ; cote locale : C_7_51. Texte édité par Site Admin le 2012-10-05 15:11:43.

vous faire
voir combien cette maudite race a esté odieuse à
tous ceux qui vous ont deuancé, d’autant que la
seule haine que vous leur portez en est vn tres-asseuré
tesmoignage. Ie ne laisseray pas toutefois
pour vous la confirmer d’auantage de vous alleguer
la coustume qu’obseruoient anciennement
les riches Bourgeois & Marchands, lesquels faisoient
expresses defenses & inhibitions par testament
à leurs enfans de iamais contracter alliãce
ou de se marier auec ceux qui auroient eu le maniment
des finances ; estimant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 32. Anonyme. DISCOVRS Sur plusieurs points cachés &... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1151 ; cote locale : B_15_18. le 2012-10-07 15:26:19.

rigueur contenuë dans les premiers,
reduisans cettuy-cy aux pertes de l’honneur,
des biens & des charges qu’on possedoit : Dont
nous voyons vn si prompt effet, qu’il n’y a plus de
doute, qu’en fort peu de temps nous n’apperceuions
perir cette detestable coustume, que lé diable
ennemy du genre humain a establie parmy nous.
Ce chastiment d’vn fils de Mareschal de France,
qui a este despoüillé des honneurs que les longs
seruices de son Pere luy auoient fait meriter, pour
auoir esté le premier infracteur de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 33. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_42. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : A_2_44. Texte édité par Site Admin le 2012-10-08 06:24:06.

moyens
de reconciliation & de concorde, pour tous ensemble
d’vn mesme mouuement procurer la paix
& la tranquilité au Royaume. Ce meschant Ministre
a gourmandé les Parlemens, & leur a fait
commander des choses si injustes & si contraires
à leurs coustumes & à leur pouuoir, que nonobstant
le respect qui est deu à la Reine, ils ont esté
contraints pour leur honneur & pour le seruice
du Roy & le bien de l’Estat de luy desobeïr au mesme instant. Et qui plus est, cét insatiable Italien,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 34. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi C_7_42. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : A_2_44. Texte édité par Site Admin le 2012-10-08 06:24:06.

& les mener en des bons paquis, mais à des loups
affamez & rauissans qui ont ruiné & saccagé tout
le Royaume, & qui n’ayans aucune affection pour
les François, à cause de la contrarieté de leurs
humeurs, de leurs lãgages & de leurs coustumes,
n’ont cherché qu’à s’agrandir de nos biens & se
gorger de nos substances, pour nous quitter vn
iour, & se mocquer à leur aise de nostre stupidité,
& de nostre lascheté. Si Dieu ne permet qu’on
les arreste pour les faire creuer ou rendre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 35. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_44. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : C_7_42. le 2012-10-08 06:26:11.

moyens
de reconciliation & de concorde, pour tous ensemble
d’vn mesme mouuement procurer la paix
& la tranquilité au Royaume. Ce meschant Ministre
a gourmandé les Parlemens, & leur a fait
commander des choses si injustes & si contraires
à leurs coustumes & à leur pouuoir, que nonobstant
le respect qui est deu à la Reine, ils ont esté
contraints pour leur honneur & pour le seruice
du Roy & le bien de l’Estat de luy desobeїr au mesme instant. Et qui plus est, cét insatiable Italien,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 36. Anonyme. DISCOVRS VERITABLE SVR LE GOVVERNEMENT DE... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 32 pages. Langue : français. Voir aussi A_2_44. Référence RIM : M0_1153 ; cote locale : C_7_42. le 2012-10-08 06:26:11.

& les mener en des bons paquis, mais à des loups
affamez & rauissans qui ont ruiné & saccagé tout
le Royaume, & qui n’ayans aucune affection pour
les François, à cause de la contrarieté de leurs
humeurs, de leurs lãgages & de leurs coustumes,
n’ont cherché qu’à s’agrandir de nos biens & se
gorger de nos substances, pour nous quitter vn
iour, & se mocquer à leur aise de nostre stupidité,
& de nostre lascheté, Si Dieu ne permet qu’on
les arreste pour les faire creuer ou rendre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 37. Anonyme. DIVERSES PIECES DE CE QVI S’EST PASSÉ A... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi A_1_5 et D_2_5. Référence RIM : M0_1160 ; cote locale : E_1_110. le 2012-10-08 08:43:32.

à son Maistre, & ordonne
vn Arrest, que le Cardinal, sur qui il n’a point de pouuoir,
sortira du Royaume. Si le Cardinal estoit Ministre du Parlement, il pourroit
le chasser ; mais pour chasser le domestique d’vn autre, il
me semble que la bien seance, la coustume & la raison,
veulent que nous nous adressions à son Maistre, autrement
il est inutile & mesme ridicule de luy donner congé, & à
plus forte raison, si ce Maistre là est aussi bien le nostre que
le sien. Le Parlement n’enseigne pas fort

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 38. Anonyme. DIVERSES PIECES DE CE QVI S’EST PASSÉ A... (1649 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 20 pages. Langue : français. Voir aussi D_2_5 et E_1_110. Référence RIM : M0_1160 ; cote locale : A_1_5. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-08 08:46:43.

à son Maistre, & ordonne
vn Arrest, que le Cardinal, sur qui il n’a point de pouuoir,
sortira du Royaume. Si le Cardinal estoit Ministre du Parlement, il pourroit
le chasser; mais pour chasser le domestique d’vn autre, il
me semble que la bien seance, la coustume & la raison,
veulent que nous nous adressions à son Maistre, autrement
il est inutile & mesme ridicule de luy donner congé, & à
plus forte raison, si ce Maistre là est aussi bien le nostre que
le sien. Le Parlement n’enseigne pas fort

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 39. Anonyme. ELOGE ROYAL PRESENTÉ A SA MAIESTÉ sur la... (1649) chez Lesselin (Alexandre) à Paris , 7 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1208 ; cote locale : C_7_65. le 2012-12-26 07:27:36.

Ce n’est pas,
dis-je, sans raison que nous voyons icy cette troupe
sçauante, qui vient rendre hommage aux vertus de
nostre Roy, qui par son retour a rendu la paix à tout son peuple, & qui la fera regner sur la cime des
montagnes où les Muses ont de coustume d’aller
réver. Ces illustres filles qui sont du sang de
Iupiter, vont entonner mille Cantiques à l’honneur
de ce siecle d’or, que nostre ieune Auguste fait reuoir
à la France, & les vertus sans pareilles de ce braue
Prince seront la plus noble matiere

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 40. Anonyme. EPILOGVE, OV DERNIER APPAREIL DV BON... (1649) chez Sara (Robert) à Paris , 11 pages. Langue : français, latin. Voir aussi C_7_77. Pièce 3 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1264 ; cote locale : A_3_35. le 2012-10-15 02:56:23.

se vainquit, oubliant leur offense.   C’est ce modele que le Mareschal de Villeroy deuroit faire voir à
son disciple, & non pas des exemples d’authorité absoluë, que les
Grecs appelleroient tyrannie. Quant à cette clause imperieuse laquelle
on a coustume d’apposer à la fin des Ordonnances & Lettres Royaux, Car tel est nostre plaisir, c’est vne legere objection, de laquelle
neantmoins tous les autres peuples nous font reproche, cõme
de la marque de nostre esclauage. Mais ceux qui sont tant soit peu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 41. Anonyme. EPILOGVE, OV DERNIER APPAREIL DV BON... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français, latin. Voir aussi A_3_35. Pièce 3 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1264 ; cote locale : C_7_77. le 2012-10-15 02:49:10.

se vainquit, oubliant leur offense.   C’est ce modele que le Mareschal de Villeroy deuroit faire voir à
son disciple, & non pas des exemples d’authorité absoluë, que les
Grecs appelleroient tyrannie. Quant à cette clause imperieuse laquelle
on a coustume d’apposer à la fin des Ordonnances & Lettres Royaux, Car tel est nostre plaisir, c’est vne legere objection, de laquelle
neantmoins tous les autres peuples nous font reproche, cõme
de la marque de nostre esclauage. Mais ceux qui sont tant soit peu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 42. Anonyme. EXTRAICT DES REGISTRES DV PARLEMENT,... (1652) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 50 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_1351 ; cote locale : B_11_29. Texte édité par Site Admin le 2012-10-20 11:10:13.

de
vous seruir.   Nous auons aussi grand sujet de nous deffier, que le Cardinal
Mazarin ayant pris creance dans l’esprit de vostre Majesté, n’entreprenne
de luy communiquer ses passions pour le porter à poursuiure
ses vengeances. Nous n’ignorons pas que la coustume de ceux
qui ont acquis vn grand credit auprés des Princes, est de leur persuader
que les déplaisirs qui leur sont faits sont des entreprises sur l’authorité
souueraine, & mesme des tesmoignages d’auersion contre la
personne du Prince. C’est la pratique

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 43. Anonyme. EXTRAICT DES REGISTRES DV PARLEMENT,... (1652) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 50 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_1351 ; cote locale : B_11_29. Texte édité par Site Admin le 2012-10-20 11:10:13.

objet
que la grandeur de V. M. l’honneur de sa Couronne, & la
tranquilité publique.   Apres auoir acheué nostre discours, nous presentasmes
au Roy les Remonstrances par escrit, lesquelles sa Majesté
receut auec bonté ; En suite nous luy dismes : Que la coustume
estoit de les faire lire par vn Secretaire d’Estat en sa
presence. Surquoy s’estant formé quelque difficulté, & nous
ayant dit qu’il en parleroit à son Conseil, nous luy representasmes
que les Roys ses predecesseurs, depuis l’institution
des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 44. Anonyme. EXTRAICTS DES REGISTRES DE PARLEMENT,... (1649) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_1356 ; cote locale : A_1_60. le 2012-10-20 11:15:19.

Majesté vouloit esprouuer la fidelité de ses Subjets,
sçauoir quelles estoient leurs pensées & leurs inclinations en
ce rencontre; s’ils ne s’estoient point mesconnus, & s’ils voudroient
bien traiter auec le Roy leur Maistre, autrement que des Subjets
ont coustume de receuoir les ordres de leur Souuerain: de sorte que
lors qu’ils ont differé, ou plûtost qu’ils n’ont osé receuoir le Herault
qui leur estoit enuoyé, ç’a esté par respect, pour tesmoigner
l’obeïssance & la sousmission qu’ils reconnoissent deuoir à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 45. Anonyme. EXTRAIT DES REGISTRES DE PARLEMENT. Touchant... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi B_5_20 avec page de titre, dont cette pièce serait la suite. Mais titre différent et sans nom d'auteur ni signature.. Référence RIM : M0_1354 ; cote locale : B_14_5. le 2012-10-20 10:58:46.

esté le Roy obey, & n’a
commandé, mais a esté le tout fait par Madame
de Beau jeu, & son adherant, laquelle s’est
vantée qu’elle tiendra le Roy en Bail, & en aura
la garde & le gouuernement iusques à ce
qu’il ait vingt ans accomplis, lesquelles Coustumes
elle dit estre en aucuns pays de ce Royaume,
& pour mieux vser de son authorité a mis
en ses mains tout le fait des Finances, & combien
que les sommes des tailles octroyées par les
Estats tenus à Tours, ayent esté specifiées & declarées,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 46. Anonyme. EXTRAIT DES REGISTRES DE PARLEMENT. Touchant... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 31 pages. Langue : français. Sans page de titre. Voir aussi B_5_20 avec page de titre, dont cette pièce serait la suite. Mais titre différent et sans nom d'auteur ni signature.. Référence RIM : M0_1354 ; cote locale : B_14_5. le 2012-10-20 10:58:46.

plus intelligent & le plus employé
de tous, assure dans son Histoire, liu. 2. chap. 14.
Que Louys XI. ayant traitté à Peronne auec le Duc de
Bourgogne, il desire retourner à Paris pour faire publier
leur appoinctement en la Cour de Parlement, pour ce que
c’est la coustume de France d y publier tous accords, autrement
ne seroient de nulle valeur. En vain cét auguste
Senat auroit-il le Roy pour chef, les Princes
du sang, les Ducs & Pairs, & les Officiers
de la Couronne pour Conseilliers & pour associés, si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 47. Anonyme. FACTVM Pour Monsieur le Duc de Vandosme.... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Sans page de titre. Partie 1. Voir aussi B_9_15 (partie 2). Référence RIM : M4_41 ; cote locale : B_9_14. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-21 16:30:22.

proches parens, &
de six des plus celebres Aduocats du Parlement. Les meubles estimez à cinq cens vingt-neuf mil
trois cens quatre liures, par la prisée que le Roy qui les
auoit retenus en auoit fait faire, furent partagez également,
& les immeubles selon la Coustume des lieux, où
ils estoient situez, & pour lesquels Monsieur de Vandosme
donna à Madame sa Sœur iusques à Quatre cens
mille liures en terres Seigneuriales, se chargeant de
toutes les debtes passiues qui estoient fort grandes, puis
que luy mesme en estoit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 48. Anonyme. FACTVM Pour Monsieur le Duc de Vandosme.... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 11 pages. Langue : français. Sans page de titre. Partie 1. Voir aussi B_9_15 (partie 2). Référence RIM : M4_41 ; cote locale : B_9_14. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-21 16:30:22.

de Beaufort ; iussion sur icelles, ou
autres Lettres, ils sont communs ou conformes & relatifs à ceux premierement expediez à Monsieur le
Duc de Vandosme, & ne font que pour la part &
portion qui peut appartenir à Madame d’Elbeuf, selon
la Coustume des lieux où les biens sont situez ; ce qui
est vn reserue en faueur de l’aisné, pour le droit &
preciput qui luy est reserué en faueur de l’aisné, pour
le droit & preciput qui luy est acquis, & qui luy a
toujours esté destiné. Et de fait la plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 49. Anonyme. GALIMATIAS BVRLESQVE SVR LA VIE DV CARDINAL... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 18 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1463 ; cote locale : B_12_54. le 2012-10-26 07:47:21.

il faut que l’on dissimule,
Et qui mieux dissimulera,
Au Diable bien se donnera ;    
Apres au sortir des l’Eglise,
Où d’ordinaire on solemnise,
Tous les aduantages fameux
De nos gens d’armes valeureux,
Selon les coustumes anciennes,
Cardinal fait encor des siennes,
Au sortir, dis-ie, de ce lieu,
Où chacun rendit grace à Dieu,
De sa fauorable assistance,
Au maintien des armes de France,
Deux Conseillers sont arrestez,
Et separément

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 50. Anonyme. HARANGVE PRONONCÉE LE 9. Auril 1651. SVR LA... (1651) chez Pont (Pierre du) à Paris , 11 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1611 ; cote locale : D_1_42. le 2012-11-02 15:12:21.

amy des Peuples sera donc
celuy qui accordant les interests des petits & des grands ; des
Chefs de partis, & du Prince ; de la robbe & de l’Espée ; remettra
l’vnion & la concorde dans l’Estat, & qui espargnera à
sa patrie, tout le sang qu’ont coustume de respandre les guerres
ciuiles : c’est ce qu’à fait Monsieur le premier President, comme
chacun sçait & comme ie viens de faire voir.   Il est donc veritablement le liberateur du Peuple, puis qu’il
est celuy qui l’a deliuré de toutes les miseres

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 51. Anonyme. HISTOIRE DE MAGDELAINE BAVENT, Religieuse du... (1652) chez Legentil (Jacques) à Paris , 80 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1640 ; cote locale : B_5_56. le 2012-11-03 02:10:56.

du doigt au seing par dessus la guimpe, en me donnant la
sainte Hostie : & au lieu de prononcer les paroles vsitées en cette
action sainte, il me dit : Tu verras ce qui t’arrivera. Ie me retiray
apres eu ma place au Chœur, pour faire mon action de graces selon
la coûtume. Mais il n’y eust pas moyen que j’y pusse rester, &
je fus contrainte par les agitations interieures que je ressentois
d’aller au Iardin, où je m’assis sur vne somme de bois, sous vn murrier.
Et ce fut là que le Demon m’apparut pour la premiere fois
sous

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 52. Anonyme. IOVRNAL ET ECLAIRCISSEMENT, des affaires... (1652) chez Pétrinal (Jean) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1761 ; cote locale : B_18_8. le 2012-11-09 02:39:17.

c’est la seule recompense que cette Compaignie
souhaitte de tous ses soins de tous ses trauaux esperant qu’il n’y aura point de
François qui ne vueille combatre pour sa patrie, pour la conseruation du
Roy & de sa Couronne pour obtenir la Paix vniuerselle au dedans & au dehots
du Royaume, pour restablir toutes sortes de personnes dans leurs biens,
& rappeller les anciennes loix & coustumes du Royaume & ioüir d’vne felicité
dont la gloire ne soit iamais interrompuë.

FIN.

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 53. Anonyme. LA CONFIRMATION DE L’ENTIERE DEFAITTE DES... (1652 [?]) chez Brunet (Jean) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M2_43 ; cote locale : B_13_3. le 2012-11-11 00:32:24.

comme
à Monsieur le Duc de Nemours qui fut le premice
de cette Victoire, & a Monsieur le Duc de Beaufort, qui confirma l’estime que l’on a tousiours
eu de sa personne.   Le Cardinal Mazarin à la nouuelle d’vn tel échet,
se para d’vne coustume à l’Italienne, & dit ces paroles,
en sousriant, ô bien, Voyla l’armée Mazarine
défaite, Elle ne fera plus tant de mal qu’elle a
fait: mais aussi-tost selon sa fourberie ordinaire, il fit
signer à sa Maiesté en blanc, pour seruir de Lettre à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 54. Anonyme. LA CONIVRATION DECOVVERTE, DES SIEVRS... (1652) chez Hardouin (Louis) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_757 ; cote locale : B_20_6. Texte édité par Site Admin le 2012-11-11 02:15:01.

difficile
de pouuoir adoucir par le discours la trempe
de ces esprits aigres, à qui rien ne plaist, que
ce qu’ils trouueroient mauuais, si quelqu’vn de
ceux qui leur déplaisent le trouuoient bon. En
vn temps comme le nostre où la médisance à
tantost passé de coustume en vertu ; ce n’est pas
parmy telles gens, moindre crime de loüer
ceux qu’ils n’aiment pas, que d’en tuër vn qu’ils
haïssent, les Pasquins sont receus auec applaudissement,
& les Panegyriques auec dégoust,
pour froids, pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 55. Anonyme. LA CRISE DE MAZARIN SVR SON A DIEV A LA... (1652) chez Leblond (Jérôme) à Paris , 7 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_848 ; cote locale : B_12_3. le 2012-11-12 06:45:06.

le
bien de la France que pour asseurer mon salut, ce sera tousiours
le meilleur & le plus conforme à mon deuoir, & plus
digne de la grandeur de vostre Maiesté, de vous tesmoigner
mon iuste repentir. Partant, Madame, consultez auec DIEV, selon iadis vostre
coustume plustot qu’auec moy ce que vous auez a faire, ne
me retenez plus, donnez au plustost vostre consentement à
l’Arrest si iuste qui a esté fait contre moy; permettez que le fer
qui s’est souillé dans les entrailles de vos suiects se laue
auec les larmes de mes

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 56. Anonyme. LA DISCVSSION DES QVATRE CONTROVERSES... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français, latin. Pièce 10 des 52 de Carrier. Référence RIM : M0_1154 ; cote locale : B_2_32. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-11-18 14:13:29.

&
auec cela tout est en repos.   IV. Il reste maintenant à conclure tout ce discours
par la Discusion & Decision de la derniere
controuerse, laquelle est & la plus importante & la
plus difficile à resoudre. Selon les Loix & Coustumes
de nostre Royaume, il n’y peut auoir de Regẽt
que dans trois occurrences. La premiere pendant
la Minorité du Roy, le deffaut de l’aage ne lui donnant
que le droict de l’authorité Souueraine, &
l’vsage deuant estre à vn autre qui sçache

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 57. Anonyme. LA FRANCE AFFLIGEE, Parlant & respondant... (1652) chez [s. n.] à Paris , 31 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1417 ; cote locale : B_3_19. Texte édité par Site Admin le 2012-11-19 10:29:00.

ioignez-vous l’audace à l’insolence ?
Pretendez-vous borner vne toute-puissance,
Nous instruire aux deuoirs, nous prescrire des loix ?
Les imposts aujourd’huy sont le thresor des Rois,
Et si nul droit n’acquiert ce bien à la Couronne,
La force, la coustume, & le temps nous le donne :
Enfin sans alleguer raisons, loix, ny deuoir,
Des Rois, comme du Ciel, il faut tout receuoir.   Repartie à ce discours.  
Des discours si hautains sont bons pour des esclaues,
Sçachez

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 58. Anonyme. LA FRANCE EN DEVIL, PRESENTÉE A LA REYNE,... (1649) chez Variquet (Pierre) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1425 ; cote locale : A_3_62. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-11-23 10:06:58.

de son Royaume, MADAME, Quelque connoissance que i’aye de
ma foiblesse, & quelque profond respect qu’imprime
vostre Majesté dans les esprits de ceux qui l’approchent,
i’auoüe que c’est sans peine, puisque ie
sçay que les faueurs, dont vous auez coustume d’honorer
ceux qui se donnent l’honneur de vous presenter
quelque chose, que i’ay osé m’asseurer pareillement
auec eux le fruict du bon-heur que i’espere
gouster, en presentant à vostre Majesté ce Tableau
de la France renuersée, qui n’attend plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 59. Anonyme. LA FRANCE VICTORIEVSE AV ROY, OV... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1446 ; cote locale : C_5_20. le 2012-11-25 13:58:29.

tout le domaine des Roys de Macedoine
à recompenser ses Soldats & Capitaines, ne se reseruant
pour luy que l’esperance, bastie sur le desespoir de ses ennemis.
Cyrus donna la pluspart de ses biens à sa Noblesse, faisant
son Thresor de leur fidelité ; Agesilaus auoit coustume
de dire, que l’office d’vn bon Empereur estoit de ne se
point enrichir quant au regard de sa personne, mais plutost
sa Noblesse & son Armée, qui luy deuoit estre plus
chere que soy-mesme ; Auguste Cæsar faisoit present aux
plus genereux de son Armée, de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 60. Anonyme. LA GVERRE DECLAREE AV CARDINAL MAZARIN. (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1526 ; cote locale : D_1_28. le 2012-11-30 10:07:55.

LA GVERRE
DECLAREE
AV CARDINAL
MAZARIN.

M. DC. L. LA GVERRE DECLAREE
au Cardinal Mazarin. Comme s’estoit iadis vne coutume vsitée de ietter vne fleche
dans le pays auquel on enuoyoit declarer la guerre,
ceux qui la denoncent au Cardinal Mazarin luy portent le
reproche de ces actions pour luy estre vne fleche dans son cœur, &
denoncent à tout le monde le iuste motif qui leur ont fait

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 61. Anonyme. LA GVERRE DECLARÉE PAR SON ALTESSE ROYALLE... (1652) chez Gautier (Filbert) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1527 ; cote locale : B_13_68. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-11-30 09:25:57.

de son Altesse Royalle. LA GVERRE DECLAREES
par son Altesse Royalle & Messieurs les
Princes, au Cardinal Mazarin, & ses
adherans ; En vertu des Declarations &
Arrests du Parlement. Comme s’estoit iadis vne coustume vsitée de ietter vne
fleche dans le pays auquel on enuoyoit declarer la guerre,
ceux qui la denoncent au Cardinal Mazarin luy portent le
reprochent de ces actions pour luy estre vne fleche dans son
cœur, & denoncent à tout le monde le iuste motif qui leur

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 62. Anonyme. LA GVERRE DES MENARDEAVX, OV LA FAMEVSE... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1524 ; cote locale : B_14_8. le 2012-11-30 10:17:59.

retraitte,
Et le peuple de main en main,
Dist, c’est Iean ieusnera demain,
Nous l’aurons, reprist la canaille,
Quand n’aurõs plus denier ny maille.
Il faut en vser autrement ;
Soudain, Messieurs du Parlement
Sortirent comme de coustume,
Sans auoir donné sur l’enclume,
Pour former la sainte Vnion
Ou la commune opinion
Ne croit pas que leurs cœurs enclinent :
Mais comme on sçait qu’ils y rafinent,
Le peuple à demy transporté
Les vid d’vn œil fort irrité,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 63. Anonyme. LA IVSTIFICATION DV PARLEMENT ET DE LA VILLE... (1649) chez Lesselin (Alexandre) à Paris , 19 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1796 ; cote locale : C_5_73. le 2012-12-07 14:52:39.

France. Il est enfin reuenu de son assoupissement,
& se ressouuenant du pouuoir que les Loix de cet Estat luy
donnoient, duquel il sembloir auoir perdu la memoire,
de ce qu’il deuoit au Roy & à son Royaume dans sa minorité,
que par la disposition de nos mœurs & coustumes, il est tuteur
naturel de nos Roys, principalement pendãt le temps de leur
minorité, & iugeant qu’vne plus grande tollerance le rendroit
coupable enuers le Roy deuenu majeur ; Il s’est senty
obligé de chercher les moyens conuenables pour remedier
aux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 64. Anonyme. LA IVSTIFICATION DV PARLEMENT ET DE LA VILLE... (1649) chez Lesselin (Alexandre) à Paris , 19 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1796 ; cote locale : C_5_73. le 2012-12-07 14:52:39.

& en faire propscrire quelques autres ; Mais
le procedé duquel il a vsé pour paruenir à cette propscriptiõ
& enleuement merite d’estre consideré, & nous rappelle la
memoire des Trahisons & Vespres Sicilienne. Sçachant que
c’est la coustume lors que nos Roys vont en l’Eglise de
Nostre Dame de Patis, pour rendre des actions de graces
des victoires remportées sur leurs Ennemis, de faire mettre
sur leurs passages toutes les Compagnies des Gardes Françoises
& Suisses en armes : Il a pris le iour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 65. Anonyme. LA PARFAITE D’ESCRIPTION DV COQVIN DV... (1649 [?]) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2689 ; cote locale : C_2_33. le 2012-12-17 15:01:11.


Et pense par le nom d’vn rocher honorable
Eloigner le soupçon de cét art reprochable
Si noble en peu de temps est deuenu son cœur
Qu’il est iusqu’à ce poinct jaloux de son honneur.    
Parce qu’vn tel sçait bien qu’vne lasche coustume
Chez plusieurs met l’espée au dessous de la plume,
Apres le long narré de motifs les plus beaux,
Il fait verifier force Officiers nouueaux :
L’espargne à cét effet deliure ses quittances :
Iussions coup sur coup, Dispenses sur dispenses,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 66. Anonyme. LA POVRPRE ENSANGLANTEE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_6_61. Référence RIM : M0_2836 ; cote locale : A_6_73. le 2012-12-23 07:44:38.

auoit en soy quelque representation de
meurtre & de cruauté, estant de la mesme
couleur que le sang, comme de fait ç’a esté
du sang qu’elle a pris son estre & son origine
La France auiourd’huy deuroit bien reprendre
cette premiere coustume, puisque
cette pourpre luy est si fatale, qu’il semble
que ceux qui veulent mal traitter ses enfans,
se plaisent & font vanité de s’en reuestir, ce
seroit trop souuent ramenteuoir nos malheurs,
que devouloir recourir icy sur toutes
les calamitez de ce

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 67. Anonyme. LA POVRPRE ENSANGLANTEE. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi A_6_73. Référence RIM : M0_2836 ; cote locale : C_6_61. le 2012-12-23 07:46:15.

auoit en soy quelque representation de
meurtre & de cruauté, estant de la mesme
couleur que le sang, comme de fait ç’a esté
du sang qu’elle a pris son estre & son origine
La France auiourd’huy deuroit bien reprendre
cette premiere coustume, puisque
cette pourpre luy est si fatale, qu’il semble
que ceux qui veulent mal traitter ses enfans,
se plaisent & font vanité de s’en reuestir, ce
seroit trop souuent ramenteuoir nos mal-heurs,
que devouloir recourir icy sur toutes
les calamitez de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 68. Anonyme. LA PRISE DE CHARENTON PAR LES TROVPES du Roy... (1649) chez [s. n.] à Saint-Germain-en-Laye , 8 pages. Langue : français. Sans page de titre. Avec privilège. Lieu, date et privilège sont au colophon.. Référence RIM : M0_2870 ; cote locale : A_1_11. Texte édité par Site Admin le 2012-12-23 08:09:57.

son ataque, nonobstant la multitude des
barricades & des traverses dont ils avoyent fermé les ruës &
toutes les avenuës de ce lieu. Aussi estoyẽt-ils animez par la présence
& le visage serein de S. A. R, & du Prince de Condé, tousjours
aussi fermes que de coustume dans les dangers. Tout ce qui se trouva en armes & en estat de deffense essuya la
premiere colére des vainqueurs: dont quelques compagnies de
cavalerie qui avoyent esté laissées dedans pour la seurté des convois,
ausquels cette place devoit servir de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 69. Anonyme. LA RELATION DE TOVT CE QVI s’est passé au... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3147 ; cote locale : B_9_11. le 2012-12-25 02:44:58.

prit occasion
de le suiure. Le Roy fut au Parlement le sixiesme Septembre ou selon
la constitution de Charles V. il fut reconnu Majeur &
capable de prendre luy-mesme le Gouuernement de son
Estat, la Pompe auec laquelle il marcha fut semblable à
celles qu’on a coustume de voir en de pareilles ceremonies,
deslors la Reyne sa mere luy choisit vn Conseil, dont Monsieur
de Chsteau-neuf fut le chef, selon les vœux de Madame
de Chevreuse. Les sceaux furent donnez à Monsieur le premier President
sans empeschement de personne, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 70. Anonyme. LA REMONSTRANCE FAITE A LA REYNE PAR LES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3323 ; cote locale : B_4_23. le 2012-12-25 02:54:12.

toute leur misere vient de ce que les Prestres
& Prelats ne preschent point la verité, la Loy de Dieu,
ny le deuoir des Grands & des Roys, vers les Peuples,
qui leurs sont commis de la part du Ciel, pour les gouuerner
doucement & sagement selon leurs anciennes
coustumes, libertés & franchises ; Bref selon les Loix
fondamentales de l’Estat, par Iustice & vertu ; comme
bons peres & Pasteurs tres-Chrestiens ; nullement en tyrans,
par violence & par empire despotique. Ils sçauent
bien que si tous ceux qui preschent

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 71. Anonyme. LA REMONTRANCE PRESENTÉE AVX ESCHEVINS... (1652) chez Pousset (François) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_3332 ; cote locale : B_16_56. le 2012-12-25 03:00:19.

la Paix generale, vous
permettrez s’il vous plaist que ie m’adresse à
son Altesse Royale pour ce sujet.   Harangue faite à son Altesse Royale pour impetrer
la descente de la Chasse de
saincte Geneuiefue. MONSEIGNEVR, Puisque c’est la coustume des Gens de
bien de s’addresser tousiours aux Diuinitez
Celestes, quand il s’agit de quelque affaire
de grande importance, mais tousiours estant appuyez de quelque Grand, qui approuue
toutes leurs actions ; Ie m’adresse aujourd’huy
à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 72. Anonyme. LA REMONTRANCE PRESENTÉE AVX ESCHEVINS... (1652) chez Pousset (François) à Paris , 16 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_3332 ; cote locale : B_16_56. le 2012-12-25 03:00:19.

euuiron l’an 1233. sous le Regne de Saint
Louys, auquel temps la Seine déborda d’vne
telle façon qu’on fut contraint d’auoir
recours au souuerain remede, & de descendre
la Chasse de Sainte Geneuiefue, & la porter
en Procession comme de coustume : & la
Procession estant acheuée la Seine diminua
aussitost se serois trop long, Monseigneur,
de vous rapporter tous les Miracles de cette
Sainte enuers la France, laquelle luy sert de
la mesme chose que seruoit autrefois l’Arche
aux Israëlites, car

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 73. Anonyme. LA RENOMMEE DE MONSIEVR LE MARESCHAL DE... (1649) chez Pépingué (veuve de Théodore) et Maucroy (Estienne) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3350 ; cote locale : C_9_62. Texte édité par Site Admin (La page 15 de l'original est numérotée 16 sur l'imprimé mais 15 dans l'image numérique. Le lien est à refaire. ). le 2012-12-25 15:51:52.

faut si celle-cy
meurt, que celle-là perisse, qu’il falloit auoir soin du
plus necessaire, & abandonner le moins important
Il a bien veu que quelque nom que prit party Mazariniste,
ce n’estoit qu’vn faux iour pour ébloüir les
yeux foibles. Ce n’est point la coustume des Roys de
se dérober à la veuë de leurs subjets : Le deuoir du pere
du peuple ne se peut accorder auec la violence tyrannique,
qui assiege Paris, & qui veut faire mourir de
faim tous les Parisiens ; Et a consideré, que ce n’estoit
point agir en Chef

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 74. Anonyme. LA RVINE DE L’IMPIETÉ PHARISIENNE DV... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Daté de Paris le 9 septembre 1652, au colophon.. Référence RIM : M0_3565 ; cote locale : B_10_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-29 08:22:04.

& estalages de
toute marchandise, aux portes de vostre Metropolitaine :
voire mesme, ce qui est horrible & execrable,
dans l’entrée d’icelle : & à boutiques ouuertes
dans l’enceinte de vôtre malheureuse exẽption. Que l’antiquité de coustume ne vous remplisse
les yeux de sa vermoulure. Car quand elle procederoit
pour le iour natal de la Royne du Ciel &
de la Terre ; Tousiours si eussiez eutant soit peu de
Religion, le respect du sainct Dimanche vous deuoit
faire transferer vostre maudite foire à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 75. Anonyme. LA SVITTE DV MANIFESTE DV CARDINAL MAZARIN... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français. Partie 2. Voir aussi C_11_4 (partie 1) et B_20_11. Référence RIM : M0_2390 ; cote locale : C_11_5. le 2012-12-30 09:33:43.

appris,
que la passion de regner, & de donner quelque
haut establissement à la fortune, ne pouuant nullement
compatir auec l’amour de la Iustice ; &
qu’il falloit faire marche pied de toute sorte de
Loix, pour arriuer à ce point, que l’ambition a
coustume de presenter aux esprits amoureux de la
souueraineté. Aussi ne doutay-je plus deslors qu’il ne fallust
fermer les yeux à toute sorte de respects pour ne
les ouurir qu’au seul dessein que i’auois d’agrandir
ma fortune : C’est pour quoy i’ay

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 76. Anonyme. LA TRANQVILITÉ PVBLIQVE RESTABLIE A PARIS,... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 46 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3801 ; cote locale : A_7_58. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-12-30 15:40:37.

& quelles merueilles
ne ferez vous point dans vostre majorité ;
puis qu’étant encore mineur, l’on void en vous paroistre
de si beaux mouuemens, que vous vous en
rendez admirable ? Lors qu’on void que les arbres
poussent des fleurs en abondances, c’est la coustume
de s’en promettre vne grande fertilité ; l’on fait
le mesme iugement des esprits ; puisqu’aussi bien
que la terre, ils se cultiuent & produisent, selon le
bien ou le mal qu’ils ont reçeu. Si les ames veritablement
Royales, comme la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 77. Anonyme. LA TRES-HVMBLE ET VERITABLE REMONSTRANCE DE... (1652) chez Chevalier (Jacob) à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec permission des députés.. Référence RIM : M0_3808 ; cote locale : B_12_62. le 2012-12-30 15:55:52.

sont plus capables de vous
seruir. Nous auons aussi grand sujet de nous défier du C. M.
ayant pris creance dans l’esprit de Vostre Majesté, entreprenne
de luy communiquer ses passions pour la porter
à poursuiure ses vengeances. Nous n’ignorons pas
que la coustume de ceux qui ont acquis vn grand credit
auprés des Princes, & de leur persuader que les des
plaisirs qui leurs sont faits sont des entreprises sur l’authorité
Souueraine, & mesmes des tesmoignages d’auersion contre la personne du Prince, c’est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 78. Anonyme. LA TYRONOMANIE, OV ENTREPRISE TYRANNIQVE du... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3904 ; cote locale : B_16_63. le 2012-12-31 15:37:08.

au rencontre à trois pas de luy seulement
& non au milieu de la grand Salle, pour le salüer
de la part de la compagnie. Estant arriué auec ses Masses Huissiers au Conseil,
qui marchent deuant luy, il les fit arrester
dans le Parquet des Huissiers, selon la coustume ;
& estant entré en la Grand’Chambre accompagné
de Messieurs Amelot, Chaillou, Vertamont,
Laffemas & Vaubray Maistres des Requestes en
Robbes de Soye, & ayant pris sa place au deuant, Monsieur le President de Bellieure en bas,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 79. Anonyme. LE CHEVALIER CHRESTIEN PARLANT DES MISERES... (1649) chez Noël (François) à Paris , 23 pages. Langue : français. Voir aussi C_1_14. Référence RIM : M0_696 ; cote locale : E_1_122. le 2012-09-03 14:43:01.

pas des Roys sur la terre, où les peuples se
sont multipliez à milliers, puis que le gouuernement est autant
necessaire à la conseruation de nostre esprit, que la production
des Indiuidus ?   C’est sans doute de ce principe que nos Roys
empruntent cette pieuse coustume, de mettre
tousiours au frontispice de leurs Priuileges, & de
leurs Lettre patentes, ces Royales paroles (Louis
par la grace de Dieu Roy de France & de Nauarre)
comme s’ils publioient hautement à tous les
hommes, que s’ils sont Souuerains, c’est Dieu

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 80. Anonyme. LE ROY MINEVR OV PANEGYRIQVE SVR LA PERSONNE... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 208 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_3_2 (avec commentaires) dont il semble être une suite.... Référence RIM : M1_226 ; cote locale : B_3_1. le 2012-12-30 17:33:00.

Vassal, parce que sa
Puissance s’estend à faire toutes
choses auec facilité : Il agit pourtant en ce point d’vne maniere
autant extraordinaire
qu’elle est mesurée à l’importance
du sujet : C’est en céte sorte
d’ouurage qu’il a coustume
d’exceller, c’est alors qu’il va
puiser au fond de ses Tresors les
riches ornements qui peuuent
parer vn effet des beautez de sa
cause : Et quoy qu’il obserue
tousiours de la proportion entre
les moyens & la fin, il paroist
icy plus

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 81. Anonyme. LE ROY MINEVR OV PANEGYRIQVE SVR LA PERSONNE... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 208 pages. Langue : français, latin. Voir aussi B_3_2 (avec commentaires) dont il semble être une suite.... Référence RIM : M1_226 ; cote locale : B_3_1. le 2012-12-30 17:33:00.

que pour signaler, & nous rendre plus
adorable la venuë de ce DIEV-DONNÉ,
qui termine nos miseres
par l’accomplissement
de nos vœux.   Les grandes choses ne se
produisent pas à la maniere
des communes, la mere des
estres a coustume de se tenir
quelque temps en reserue
quand elle veut enfanter des
prodiges, ses beaux accouchements
ont leur saison &
leurs presages, comme ses
funestes destructions ; Et
l’on ne doit plus s’estonner,
si pour vne seconde fois
la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 82. Balzac, Jean-Louis Guez de [?]. LA HARANGVE CELEBRE FAITE A LA REYNE SVR SA... (1649) chez Quinet (Toussaint) à Paris , 30 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1544 ; cote locale : A_4_17. le 2012-12-01 06:19:52.

plein d’iniustice
& de violence deuant quelque tribunal que se traite
l’affaire de Mantouë, car si estre né François n’est vn vice
qui rende vn homme incapable de succession, n’est vne
tache qui efface les droits de la nature, les loix escrites, &
les coustumes receuës, personne ne sçauroit douter que la
protection qu’a donné la France au legitime heritier
n’ait esté iuste, & que l’oppression qui luy est venuë d’ailleurs
ne l’ait pas esté. Que si apres cette action si peu soustenable & si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 83. Bouleraut [signé]. ARREST DV PARLEMENT DE PONTOISE. Du... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Du 5 octobre 1652. Jouxte copie à Pontoise.. Référence RIM : M0_338 ; cote locale : B_15_13. le 2012-04-07 11:34:35.

Autre requeste à elle presentée par le Conseil Priué,
disant que lesdits poux, puces & punaises les deuorent, &
courent si fort sur leurs robbes, que par apres ils montent
à la teste en si grande quantité, que le premier President
nostre chef en voulant, selon sa coustume, passer la main
sur sa barbe, en fist tomber plus de quatre cens sur le Greffier,
& autant qui tomberent sur la place, qui par apres monterent
le long de la juppe de la Reyne, qui s’estonna de la
hardiesse de ces animaux, & d’en voir vne si grande

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 84. C. J. [signé]. LA LETTRE D’VN SECRETAIRE DE S. INNOCENT A... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon. Voir aussi E_1_62. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1896 ; cote locale : C_3_90. Texte édité par Site Admin le 2012-12-07 15:05:40.

frere le Prescheur, il me
souuient qu’elle vous fit response, qu’il valoit mieux que
l’on crust que vous auiez douze millions, que d’auoir esté
reduit à cette extremité d’emprunter vne si modique
somme, cela seroit-il bien possible que cela fust.   Si la coustume estoit en France de mettre les testes à
prix, où dormiriez-vous en seureté, y a t’il aucun de vos
valets en qui vous vous puissiez confier, vous les auez
si mal recompensez, qu’il n’y en a aucun qui ne s’efforçast
de l’auoir de cette sorte : Mais la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 85. C. J. [signé]. LA LETTRE D’VN SECRETAIRE DE S. INNOCENT,... (1649) chez Boisset (Nicolas) à Paris , 8 pages. Langue : français, latin. Sans page de titre. Informations éditoriales au colophon. Voir aussi C_3_90. Dans Choix I de Moreau. Référence RIM : M0_1896 ; cote locale : E_1_62. le 2012-12-07 15:09:56.

frere le Prescheur, il me
souuient qu’elle vous fit response, qu’il valoit mieux que
l’on crust que vous auiez douze millions, que d’auoir esté
reduit à cette extremité d’emprunter vne si modique
somme, cela seroit-il bien possible que cela fust.   Si la coustume estoit en France de mettre les testes à
prix, où dormiriez-vous en seureté, y a t’il aucun de vos
valets en qui vous vous puissiez confier, vous les auez
si mal recompensez, qu’il n’y en a aucun qui ne s’efforçast
de l’auoir de cette sorte : Mais la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 86. Carigny (P. D. P. Sieur de). BALET RIDICVLE DES NIECES DE MAZARIN, OV... (1649) chez Musnier (François) à Paris , 11 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_572 ; cote locale : A_3_15. le 2012-04-20 03:40:45.

Pour te dire en deux mots tout ce que i’en pense, & selon
le bruit qui court, la France va prendre le balet pour vous
renuoyer en Sicile, & pour balier les plus grosses ordures.
Ie suis fasché de vous dire mon sentiment auec tant de franchise:
mais c’est ma coustume de parler ainsi auec mes amis; Quoy que vous soyez de ce nombre, i’ayme beaucoup
plus ma Patrie, & ie ne voy pas que les estrangers
ayent iamais aporté quelque vtilité à la France, ils en ont
tousiours esté la ruine, témoin vostre Mazarin, que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 87. Carneau [signé]. LA PIECE DE CABINET, Dediée aux Poëtes du... (1649) chez Paslé (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Avec permission (dont texte au colophon, signé "Daubray" et daté du 14 mai 1648). Épître dédicatoire signée "Carneau" (nom repris dans la permission d'imprimer).. Référence RIM : M4_63 ; cote locale : C_8_24. le 2012-12-18 14:50:22.

qu’en gazoüillant, elle ne laisse pas d’exprimer
assez adroitement son origine, & les effects de
la plus digne liqueur qui luy puisse acquerir de l’estime ;
s’en acquitant neantmoins vn peu obscurement,
pour cacher ses mysteres au vulgaire indiscret,
qui a coustume de les profaner. Elle merite singulierement
d’estre considerée, lors que comme vne
autre Semele, elle porte dans ses flancs ce gentil Dieu
de la ioye, & de la liberté, dont il a tiré son nom, à qui les plus seueres Catons n’ont pas refusé leurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 88. CM. P. P. P. P.. LA CLEF DV TEMPLE DE IANVS. PRESENTÉ AV... (1652 [?]) chez Maret (veuve de Claude) à Paris , 28 pages. Langue : français, latin. Signé au colophon: D. M. P. P. P. P.. Référence RIM : M0_703 ; cote locale : B_2_31. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:10:13.

Princes de vostre
Sang, des Grands de vostre Royaume, & dans vos
Parlemens, tant de viue voix, que par vos Declarations,
signées, scellées, & veriffiées, auec toutes les
solemnitez, & circonstances requises & necessaires,
selon les Loix fondamentalles, Coustumes, & Ordonnances
du Royaume, que le C. M. a enfreint,
auec vne temerité sans exemple : Ce Prince, SIRE,
a trop de part aux choses qui regardent vostre Personne
sacrée, & vostre Grandeur, pour n’estre pas
ialoux, & vengeur, de ceux qui ont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 89. CM. P. P. P. P.. LA CLEF DV TEMPLE DE IANVS. PRESENTÉ AV... (1652 [?]) chez Maret (veuve de Claude) à Paris , 28 pages. Langue : français, latin. Signé au colophon: D. M. P. P. P. P.. Référence RIM : M0_703 ; cote locale : B_2_31. Texte édité par Site Admin le 2012-11-10 08:10:13.

que le Tyran C.
de Richelieu, fit seruir nos miseres d’eschelon à son
auarice & à son ambition, par la declaration de la
guerre, qu’il fit en ce temps-là, contre la maison
d’Austriche : & le C. M. luy succedant dans ce méme
dessein, par la coutume de cette guerre, & par l’opposition
malicieuse qu’il a porté à la Paix generalle,
pour assouuir son insatiable auarice & dans les déreiglemens
de la guerre, couurir son ignorance, nous a
imprudemment & malicieusement ietté dans ces
troubles, qui

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 90. Du Pelletier, Pierre [?]. LA IOYE PVBLIQVE, SVR LE RETOVR de la Paix. (1649) chez Vigne (Nicolas de La) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission. Signé "D. P." au colophon.. Référence RIM : M0_1739 ; cote locale : C_5_68. le 2012-12-05 06:44:08.

que ce sont des leçons visibles, pour instruire
les Ministres, & vn achopement qui nous
oblige de prendre garde par apres de n’y faire
plus vn faux pas. Il n’y a rien en la nature qui ne
s’interesse en ce bon heur, puis que le Soleil a paru
plus brillant que de coutume le lendemain
de cette paix, comme si le Ciel eut voulu allumer
vn nouueau feu apres ceux que Paris auoit
allumez le soir precedent, C’est ce qui a fait dire
à vn bel esprit, que le nom de la paix est fort
doux, que ses effets sont salutaires, & qu’elle

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 91. Dubosc-Montandré, Claude [?]. DISCOVRS IMPORTANT SVR L’AVTHORITÉ DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi B_10_26. Référence RIM : M0_1125 ; cote locale : B_10_30. Texte édité par Patrick Rebollar le 2012-10-01 16:40:20.

celuy-cy Dieu commande aux Roys d’auoir
tousiours deuant leurs yeux les Loix qu’il leur a fait bailler
par ses Pontifes. Aussi le mot Hebreux qui est Déremaleò
que l’on a sinistrement tourné pour signifier le
droict du Roy, ne signifie pas cela : mais la coustume du
Roy, par ce qu’il tourne facilement dans l’abus lors qu’il
ne trouue point d’obstacle, & s’efforce tousiours d’estendre
sa puissance, ou pour mieux dire ses Ministres au
de là de la iustice & de la raison, par le moyen de quoy ils
la sont

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 92. Dubosc-Montandré, Claude [?]. DISCOVRS IMPORTANT SVR L’AVTHORITÉ DES... (1652) chez [s. n.] à Paris , 14 pages. Langue : français. Voir aussi B_10_30. Référence RIM : M0_1125 ; cote locale : B_10_26. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-10-01 16:45:39.

celuy-cy Dieu commande aux Roys d’auoir
tousiours deuant leurs yeux les Loix qu’il leur a fait bailler
par ses Pontifes. Aussi le mot Hebreux qui est Déremaleò
que l’on a sinistrement tourné pour signifier le
droict du Roy, ne signifie pas cela : mais la coustume du
Roy, par ce qu’il tourne facilement dans l’abus lors qu’il
ne trouue point d’obstacle, & s’efforce tousiours d’estendre
sa puissance, ou pour mieux dire ses Ministres au
de là de la iustice & de la raison, par le moyen dequoy ils
la font

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 93. Favre (R. P.). HARANGVE FVNEBRE, PRONONCEE AVX OBSEQVES DE... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 42 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi A_4_32. Référence RIM : M0_1606 ; cote locale : C_5_44. le 2012-10-29 14:13:13.

FAITES A SAINT DENYS, EN
PRESENCE DE MONSEIGNEVR
LE PRINCE. Consummatus in breui expleuit tempora multa. Il a vescu long-temps, quoy qu’il ait bien tost finy
sa course. C’est ce que Salomon dit du Iuste au liure de
la Sagesse. MONSEIGNEVR, La coustume de mesler les Harangues
Funebres, dans la Pompe des
funerailles, n’est introduite dans l’Eglise,
que pour soulager les morts,
ou bien pour consoler les viuans. C’est pourquoy,
MONSEIGNEVR, si pour vostre consolation vous
attendez que j’employe dans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 94. Favre (R. P.). HARANGVE FVNEBRE, PRONONCEE AVX OBSEQVES DE... (1649) chez Preuveray (François) à Paris , 42 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_5_44. Référence RIM : M0_1606 ; cote locale : A_4_32. le 2012-10-29 14:15:42.

FAITES A SAINT DENYS, EN
PRESENCE DE MONSEIGNEVR
LE PRINCE. Consummatus in breui expleuit tempora multa. Il a vescu long-temps, quoy qu’il ait bien-tost finy
sa course. C’est ce que Salomon dit du Iuste au liure de
la Sagesse. MONSEIGNEVR, La coustume de mesler les Harangues
Funebres, dans la Pompe des
funerailles, n’est introduite dans l’Eglise,
que pour soulager les morts,
ou bien pour consoler les viuans. C’est pour quoy,
MONSEIGNEVR, si pour vostre consolation vous attendez
que j’employe dans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 95. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24.

remarqué
par Diodore Sicilien
au premier de son Histoire, où
il dit, que celuy qui presidoit
aux iugemens auoit vne chaisne d’or en
son col, à laquelle pendoit vn anneau enrichy
de pierreries, qu’ils appelloient LE
SIGNAL DE LA VERITE, & que la coustume
estoit apres auoir gardé vn long silence,
de tourner ce signal vers le party le
plus veritable, auant que pouuoir prononcer.
Il est vray que les Autheurs, dont
la passion ou l’auarice a fait esclatter au
moment de nos troubles, des iugemens
precipitez,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 96. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24.

& leur conduite : Mais ce sage Prince, comme i’ay
desia monstré, n’a iamais admis aux affaires importantes
du Royaume, que sa Cour de Parlement ; & de
verité, si nous voulons prendre les choses dans leur sources, & repasser sur les anciennes Coustumes de
nos premiers Princes. Nous lisons que les Conseillers
qu’ils tenoient prés leurs personnes, ne seruoient
qu’à faire des propositions & des ouuertures, dont les
resolutions estoient reseruées à la Cour des Pairs ; &
quand les Rois ne pouuoient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 97. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24.

& est grauée dans nos cœurs de la propre main
de Dieu ; les opinions & les iugemens dont nous nous
seruons, estans vne autre espece de Iustice aussi, ils sont
non seulement differens, mais souuent contraires ;
parce que les loix des hommes, les mœurs & les coustumes,
varient selon la diuersité des païs.  
Sic alias aliud terras sibi vindicat astrum,
Idcirco varias in leges atque figuras
Dispositum est genus humanum. Ces loix diuerses selon la diuersité des peuples, ne
sont point la vraye Iustice,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 98. I. A. D.. IMPORTANTES VERITEZ POVR LES PARLEMENS.... (1649) chez Villery (Jacques) à Paris , 107 pages. Langue : français, latin. Avec permission.. Référence RIM : M0_1686 ; cote locale : C_5_59. le 2012-11-06 08:58:24.

procedé à nouueau bail de ladite Ferme
de l’ancien barrage.   PLINE en son Histoire Naturelle, faisant reflexion
sur les remedes ineptes & superstitieux que
prattiquoient les Anciens dans les maladies contagieuses
& populaires, dit qu’ils auoient coustume
d’imprimer leur figure sur de la cire, laquelle ils attachoient
dés la pointe du iour à la porte du premier
de leurs voisins, & là dessus s’escrie, ô quanta vanitate
si falsum est, sed quanto scelere, si morbos transferant ad innocentiores.
Les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 99. L. G. [signé]. LA RESPONSE DES PARTISANS A LEVR CATALOGVE.... (1651) chez [s. n.] à [s. l.] , 15 pages. Langue : français. Signé et daté du 22 avril 1651, au colophon.. Référence RIM : M0_3420 ; cote locale : D_1_48. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-12-27 14:37:48.

si vous vous fussiez
contenté, non pas de peu, mais de beaucoup d’argent
que nous vous auons deliuré, & que vous eussiez pris
le temps vn peu plus long que vous n’auez pas fait, vous
auriez toûjours possedé le cœur du public, en sorte que
de nuit (comme de coustume) nulle garde n’auroit jamais
esté interposé entre vous & nous ; & nous aurions acquis des biens en vous acquerant, puis que le seul
moyen de faire nostre profit, est de vous agrandir, &
de vous porter au plus haut degré d’honneur,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 100. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY, PORTANT REGLEMENT SVR le... (1648) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 20 pages. Langue : français. Avec privilège. Voir aussi C_7_4. Référence RIM : M0_936 ; cote locale : A_1_33. le 2012-09-15 12:15:08.

femmes, iugées
depuis leurs Fermes & traittez, demeureront nulles,
Et que si aucunes acquisitions ont esté par eux faites
sous le nom de leurs Femmes ou autres, seront
aussi affectées à ce qui nous pourra estre deu, & à
leursdits Creanciers, nonobstant toutes Coustumes
à ce contraires. XI. Et auant qu’ordonner la Suppression des Edicts
de creation d’Officiers pour le nettoyement de nostredite
Ville de Paris, des Petits Seaux, Notifications,
Commissaires aux saisies réelles, &

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 101. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY. PORTANT REGLEMENT sur le... (1649) chez Mettayer (Michel) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avc privilège. Voir aussi A_1_33. Référence RIM : M0_936 ; cote locale : C_7_4. Texte édité par Site Admin le 2012-09-15 12:18:57.

femmes, iugées de puis leurs
Fermes & traitez demeureront nulles : Et que si aucunes
acquisitions ont esté par eux faites sous le nom de leurs
femmes ou autres, serõt aussi affectez à ce qui nous pourra
estre deu, & à leursdits creanciers, nonobstant toutes
Coustumes à ce contraires.  

XI. Et auant qu’ordonner la suppression des Edicts de
creation d’Officiers pour le nettoyement de nostredite
ville de Paris, des Petits seaux, Notifications, Commissaires
aux saisies reelles, & Controlleurs de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 102. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY, CONTRE LES... (1652) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec privilège. Signatures au colophon.. Référence RIM : M4_29 ; cote locale : B_20_9. le 2012-07-19 09:48:55.

amende ; Et pour la sixiéme fois
seront menez & mis au au Pillory, & là auront
la lévre de dessus couppée d’vn fer chaud ; Et
la septiéme fois seront menez & mis audit Pillory,
& la lévre de dessous couppée ; Et si par
obstination & mauuaise coustume inueterée,
ils continuënt aprés toutes ces peines à proferer
lesdits iurements & blasphémes. Voulons
& ordonnons qu’ils ayent la langue coupée
tout iuste, afin qu’à l’auenir ils ne les puissent
plus proferer. Et en cas que ceux qui se

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 103. Louis (XIV), De Guénégaud,... . DECLARATION DV ROY, PORTANT TRANSLATION DV... (1652) chez Courant (Julien) à Pontoise , 16 pages. Langue : français. Avec privilège.. Référence RIM : M0_942 ; cote locale : B_15_7. le 2012-09-15 15:52:12.

nous appartient
legitimement, & que nous ne tenons que de Dieu
seul sans que personne de quelque condition ou naissance
qu’il soit y puisse pretendre n’y s’en emparer, sans tomber dans
le crime, la posterité ne pourra pas croire qu’estant entré selon
la Coustume & les Loix dans nostre Majorité des Officiers particuliers
qui n’ont autre pouuoir que celuy que nous leur auons
donné pour rendre la Iustice à nos autres Sujets, & qui dans vn
estat ou par les Loix fondamentalles d’iceluy les fonctions de
la Iustice, des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 104. M. B. J. V. D. R. D. L. P. P.... . EXAMEN DES PARALELLES FAITS PAR VN EXCELLENT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1319 ; cote locale : B_13_18. le 2012-10-17 14:22:15.

plus loisible à
personne de les transgresser, principalement quand elles sont fondamentalles.
Le Prince mesme, qui les a fait publier par Edict y est suiet,
& les doit faire executer. Or si les Monarques encore que Payens ont eu raison de conseruer
leurs loix & coustumes pour garantir leurs Estats de diuision & de ruine,
que ne doiuent point faire les Princes Chrestiens?
Que s’ils nont point pardonné à leurs plus fidels & plus exempts
de crimes pour le bien public, que n’a point deu faire le Roy contre
celuy que toute la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 105. Mercier [de Poissy]. DOCTRINE CATHOLIQVE ET VERITABLE DE MONSIEVR... (1649) chez Boudeville (Claude) à Paris , 7 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_1166 ; cote locale : A_2_34. le 2012-10-12 15:23:43.

sommes à present, & des calamitez
estranges que cause la Guerre, me dit, les larmes aux
yeux, qu’entr’autres elle remarquoit que maintenant
les Eglises, aussi bien que les Predications, estoient
peu frequentées, & que le Caresme n’estant
pas obserué à la coustume, il couroit risque de ne
l’estre plus du tout. Madame, luy respondis-ie, ne
vous estonnez pas de cela, ce n’est pas d’auiourd’huy
que la charité Diuine est refroidie; que de plusieurs
Chrestiens appellez à la Beatitude, il y en ait peu d’éleus
à la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 106. Mirand,? de. LA ROBBE SANGLANTE DE IVLES MAZARIN. Ou les... (1649) chez Musnier (François) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3554 ; cote locale : A_8_66. le 2012-12-28 14:21:36.

ont esté confessez de bon cœur.
Commençons par le ministere du Cardinal Mazarin, sans
tesmoigner ny passion ny interest, ny tant soit peu d’aigreur.
Doncques à prendre les affaires selon la raison d’Estat,
laquelle quelquefois est preferable aux Loix & aux
Coustumes, nous sommes obligez de confesser que nous auions besoin d’vne personne neutre pour tenir les deux
luts de la balance suspendus sans pancher plus d’vn costé
que d’autre attendu le danger qu’il y auoit que dans ce
changement tant de malheureux

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 107. Mirand,? de. LA ROBBE SANGLANTE DE IVLES MAZARIN. Ou les... (1649) chez Musnier (François) à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3554 ; cote locale : A_8_66. le 2012-12-28 14:21:36.

qu’il confere des Eueschez & autres Prelatures en
infament, ie ne dis pas seulement celuy à qui les donne,
mais toute la famille, en les remettant à l’Inquisition
& à censure d’vn bigot, & i’estime que de faire toutes
ces grimaces, ce n’est pas tant vne coustume Italienne
& vne Inquisition Espagnole, comme vn effet de son
enuie, qui ne luy permet pas de faire du bien, si ce n’est
à regret, ou de balancer le bien auec l’iniure, pour satisfaire
aux appetits de ce monstre.   Mais comme l’enuie ne s’escarte

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 108. Pellaut, Philippe [signé]. CODICILLE ET SVITE DV TESTAMENT de... (1651) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_705 ; cote locale : B_6_3. le 2012-05-20 08:08:01.

dans l’Hostel de Condé leur vie durant. Plus madite Dame Princesse, veut & entend
que la Dame l’Aduocat sa premiere
Dame d’honneur ait son logement sa vie
durant dans l’Hostel de Condé auec les mesmes
gages & appointemens que madite Dame
a de coustume luy bailler tous les ans, &
qu’elle en ioüyra sa vie durant. Plus veut & entend madite Dame Princesse,
que Madame de Chasteau-Grand, ait aussi son logement dans l’Hostel de Condé,
auec les mesmes gages & appointemens
aussi sa

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 109. Saint-Amant, Marc-Antoine... . LA ROME RIDICVLE, CAPRICE. ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 56 pages. Langue : français, latin, italien. Référence RIM : Mx ; cote locale : B_18_36. le 2012-12-28 14:59:15.

Roy des Pots,
Quand il entendra ces propos ?
Et moy de même, que diray-je ?
Ma raison a bien vn bandeau,
De suivre des plaisirs de neige,
Et d’aimer vn breuvage d’eau.  

LXXIX.  
Qu’y feroit-on ? c’est la coutume :
On est forcé de vivre ainsi :
Le plus sain se corromt icy,
Et tout s’y change en apostume :
Mais sortons, sans tant deviser,
Si je voulois moraliser,
Ie n’aurois pas besogne faite :
Iamais l’objet ne manqueroit,
Et dans

=> Afficher la page


Occurrence 110. Saint-Joseph (révérend... . CATECHISME DES PARTISANS, OV RESOLVTIONS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 15 pages. Langue : français. Avec permission. Autre édition de C_1_7. Voir aussi C_1_8 (suite). Dans Choix I de Moreau. Pièce 31 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_652 ; cote locale : D_1_9. Texte édité par Morvan Perroncel le 2012-04-20 10:30:55. qu’on appelle
au quatre cas, parce que tout cela est reglé par les Ordonnances generales, ou
par les coustumes locales. D. Comment se doiuent faire ces impositions & ses leuées ? R. Elles se doiuent faire selon la condition & a proportion des facultez & des
Biens de chaque particulier & comme au sol la liure en sorte que personne n’en soit

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 111. Saint-Joseph (révérend... . CATECHISME DES PARTISANS, OV RESOLVTIONS... (1649) chez Besogne (Cardin) à Paris , 32 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi D_1_9 (autre édition) et C_1_8 (suite). Dans Choix I de Moreau. Pièce 31 des 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_652 ; cote locale : C_1_7. le 2012-04-20 10:37:53.

de doute que
le Roy peut imposer, & que le peuple doit contribuer ce
qui est necessaire en telles occurrences. Ie ne parle point
des droicts feodaux, ny des tailles qu’on appelle au quatre
cas, parce que tout cela est reglé par les ordonnances
generales, ou par les coustumes locales.   D. Comment se doiuent faire ces impositions & ces
leuées ? R. Elles se doiuent faire selon la condition & la proportion
des facultez & des biens de chaque particulier,
& comme au sol la liure, en sorte que personne n’en

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 112. Silhon [?]. AVIS AVX FLAMENS. Sur le Traité que les... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_485 ; cote locale : D_1_17. le 2012-04-13 16:33:25.

faire arrester celle de l’Empire, que
les Espagnols ont si opiniastrement combatuë ; Que peut-on
dire sinon qu’elle a absolument desiré la generale, à laquelle
l’autre seruoit de planche : Comme celuy qui employe les
moyens, veut necessairement la fin qu’ils ont coustume de
produire, & celuy qui plante vn arbre, se propose de recueillir
les fruits qu’il a coustume de porter. En suite de cela vous remarquerez, Messieurs, que rien n’a
tant fait voir iusque icy, l’inuincible auersion que les Espagnols
ont pour la Paix,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 113. Silhon [?]. AVIS AVX FLAMENS. Sur le Traité que les... (1650) chez [s. n.] à [s. l.] , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_485 ; cote locale : D_1_17. le 2012-04-13 16:33:25.

dire sinon qu’elle a absolument desiré la generale, à laquelle
l’autre seruoit de planche : Comme celuy qui employe les
moyens, veut necessairement la fin qu’ils ont coustume de
produire, & celuy qui plante vn arbre, se propose de recueillir
les fruits qu’il a coustume de porter. En suite de cela vous remarquerez, Messieurs, que rien n’a
tant fait voir iusque icy, l’inuincible auersion que les Espagnols
ont pour la Paix, & l’ardente soif qui les trauaille d’immortaliser
la guerre ; que le Traité qu’ils viennent de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 114. Anonyme. A TOVS LES HABITANS DE LA TERRE, L’HEVREVX... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 47 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_11 ; cote locale : B_18_34. le 2013-03-26 18:16:30.

de souspirer
Atteint de la douleur qui par excez me touche
Et m’empesche quasi de pouuoir respirer,
Pour l’excez des malheurs dont ce siecle regorge
Que ce cruel vulcain fabrique dans sa forge.    
Il est temps d’y penser on peche par coustume,
On ne s’estonne plus des pechez capitaux,
I’apprehende à la fin que nous soyons l’enclume
Et soyons le marteau de tous les plus grands maux,
Et que nous ne voyons de terribles affaires
Qui desolent nos iours d’vn monde de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 115. Anonyme. A TOVS LES HABITANS DE LA TERRE, L’HEVREVX... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 47 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_11 ; cote locale : B_18_34. le 2013-03-26 18:16:30.

sur tout excelle,
C’est le dispensateur, le pere de tous biens,
Son lustre est esclattant, sa force tousiours belle,
Les interests de touts ce sont aussi les siens,
Il guerit de tout maux & n’a point d’amertume,
Vray Monarque des cœurs la premiere coutume.    
Iamais la charité ne souffre de contrainte,
Son ordre est accomply, son honneur est parfait,
Elle conjoint les cœurs d’vne diuine estrainte,
Dieu mesme est charité, sa gloire en est l’effet,
Elle est la paix du

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 116. Anonyme. DISCOVRS POLITIQVE, Sur le tord que le Roy... (1652) chez Les imprimeurs et libraires ordinaires du roi [?] à Paris [?] , 14 pages. Langue : français, latin. Jouxte la copie imprimée a Bordeaux.. Référence RIM : M0_1136 ; cote locale : B_20_23. le 2013-01-25 09:09:21.

ton vaisseau, & qu’il ne va
qu’au gré des vents & du caprice, puis qu’on te voit
tantost leuer l’estendart, & tantost le baisser à contre
temps. Il est eschoüé dans la Seine, tes rumeurs ne
produisent rien au dehors de tes faux-bourgs ; & tu as
coustume d’estre immobile iusqu’à ce qu’on te dispute
le pain. Tu vois celuy que tu as declaré ennemy de
l’Estat, y rentrer à main armée, & tu ne t’amuses qu’à
faire des foudres de parchemin & de papier, pour les
opposer à sa marche : pense que la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 117. Anonyme. LA VERITE PARLANT A LA REYNE. (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3996 ; cote locale : C_10_42. le 2013-01-07 07:41:54.

trouua
de si puissans auantages en quelque endroit
du monde que ce soit comme elle
en a rencontré depuis trois mois dans
toute la France qui s’est vuë accablée de sa
tyrannie. Son feu s’estoit allumé par tout,
elle n’espargnoit rien de ce qu’elle a de
coustume d’exercer sur les peuples qui
luy permettent qu’elle entre chez eux,
& sur tout la necessité n’a pas oublié, principalement
dans vostre bonne ville de
Paris, de faire vn si grand rauage, qu’il n’y
a presque eu personne exempt de sa tyrannie,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 118. Anonyme. LA VERITÉ CONTINVANT DE PRONONCER SES... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 39 pages. Langue : français. Deuxième partie. Voir aussi B_17_18 (1ère Partie). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3998 ; cote locale : B_17_19. le 2013-01-05 06:01:42.

ie m’en rapporte. D’où vient donc cette hardiesse, cette grauité, cét
ajustement exterieur composé à la politique, qui semblent
des vertus d’Estat ? de sa barbe, de sa robe longue,
d’vne presomption particuliere, d’vn exterieur
de pieté, & de la coustume qu’il a de prononcer des
iugements sans appel. Le Marquis de Chasteauneus. Le Marquis de Chasteauneuf est plus aagé que le
Premier President : quelques-vns disent qu’il en est
plus sage. Il n’a vieilly que dans la Politique & dans

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 119. Anonyme. LA VERITÉ PRONONÇANT SES ORACLES sans... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Première partie. Voir aussi B_17_19 (2e partie). Dans Choix II de Moreau. Référence RIM : M0_3998 ; cote locale : B_17_18. le 2013-01-05 06:06:55.

dans des secrets monopoles :
Croyons-nous que ces mesmes murmures n’éclateront
point à leur temps, nous serions trop simples. Le Coadjuteur ayme le Mazarin, mais il l’aime en
predecesseur dans le Ministere : le Mazarin ne feroit iamais
vn faux pas, comme il a de coustume d’en faire par
sa sottise, que le Coadiuteur n’en fit vn attentat, l’exagerant
dans l’esprit du Duc d’Orleans, pour luy faire apprehender
son pouuoir, & pour luy inspirer le dessein de le
destruire, dés le premier subside : que la necessité de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 120. Anonyme. LA VERITÉ, PARLANTE AVEC liberté, sur... (1652) chez [s. n.] à Paris , 30 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_3997 ; cote locale : B_17_27. le 2013-01-07 07:32:18.

son Infante auãt qu’elle ait vn frere,
marquent assez qu’ils approuuent la Loy Salique,
& qu’ils l’obseruent autant qu’ils peuuent :
quoy qu’elle ne soit pas establie parmy eux,
comme elle l’est parmy nous. Ie ne veux point icy blasmer ny la coustume
des Estats qui admettent les filles à la succession
de la Couronne, ny la nostre qui depuis quelque
temps, reçoit les Meres à la Regence de leurs
pupilles, lors principalement qu’elles en ont
esté iugées dignes par les dernieres dispositions
de leurs

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 121. Anonyme. LA VICTOIRE DE PALLAS, ET LE TRIOMPHE DES... (1649) chez [s. n.] à Paris , 12 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4024 ; cote locale : C_10_47. le 2013-01-07 14:43:57.

d’assez amples matieres pour en pouuoir discourir
auec satisfaction. Comment aussi pourrions-nous
sçauoir l’estenduë de l’Vniuers, les
bornes des Empires, la vie des Rois, leurs conquestes,
leurs victoires, les limites de leur domination,
les mœurs, les coustumes, les viandes,
les loix, leur façon d’habillemens, leur
Religiõ, leurs ceremonies, leurs exercices, sinõ
par l’organe de ceux qui en ont escrit, & qui
ont frequenté ces pays. Nos plus habilles Medecins
seroient peut estre ignorans sans les
Liures

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 122. Anonyme. LA VIOLE VIOLÉE, OV LE VIOLON DEMANCHÉ. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi C_10_50. Référence RIM : M0_4029 ; cote locale : B_20_48. le 2013-01-07 15:02:09.

LA
VIOLE
VIOLÉE,
OV LE
VIOLON
DEMANCHÉ.

A PARIS,

M. DC. XLIX. LA VIOLE VIOLEE, OV LE
Violon demanché. Les Parisiens voulans sans doute imiter la
coustume des Grecs qui enuoyoient leurs
Ambassadeurs auec des luts, quand ils vouloient
faire des traittez de pacification, esperans que leur
harmonie adouciroit les esprits de ceux à qui ils
auoient affaire, & les porteroit à la concorde, ont
iugé plus expedient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 123. Anonyme. LA VIOLE VIOLÉE, OV LE VIOLON DEMANCHÉ. (1649) chez [s. n.] à Paris , 11 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_48. Référence RIM : M0_4029 ; cote locale : C_10_50. le 2013-01-07 15:05:41.

LA
VIOLE
VIOLÉE,
OV LE
VIOLON
DEMANCHÉ.

A PARIS,

M. DC. XLIX. LA VIOLE VIOLEE, OV LE
Violon demanché. Les Parisiens voulans sans doute imiter la
coustume des Grecs qui enuoyoient leurs
Ambassadeurs auec des luts, quand ils vouloient
faire des traittez de pacification, esperans que leur
harmonie adouciroit les esprits de ceux à qui ils
auoient affaire, & les porteroit à la concorde, ont
iugé plus expedient

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 124. Anonyme. LA VISION PROPHETIQVE DE STE GENEVIEFVE,... (1649) chez Dupont (Pierre) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4037 ; cote locale : A_5_105. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-01-07 15:20:12.

secours, quand nos miseres
seroient entierement desesperées. Mais comme nous sommes tombez sur le discours de la vie de
cette Saincte Patrone, nous en remarquerons vne particularité
qui fait le suiet principal de cette matiere. Cette bonne Saincte auoit vne loüable coustume parmy les
diuerses fonctions de sa pieté d’assister à l’Eglise à toutes les heures
destinées, pour chanter les loüanges de Dieu: Elle estoit d’vn
cartier assez proche de l’Eglise de Nostre-Dame, où elle auoit
vne particuliere deuotion, & le froid ny

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 125. Anonyme. LA VOIX DE PEVPLE AV ROY, Pour la Paix... (1652) chez [s. n.] à Paris , 44 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_4058 ; cote locale : B_16_4. le 2013-01-20 16:03:38.

qui les flattoir,
d’vne Iustice fauorable, à grands coups de canne & de
pieds, de les faire sortir par l’espaule, & de les traisner dehors
s’il persistoient dans leurs demandes ; quel déreglement
dans vn Royaume, où le bon ordre & la bonne
conduite a coustume de regner autant que ses Roys, &
n’est ce pas vne chose estrange de voir que les battus
payent l’amande, que nous soyons contrains de leuer
les yeux pour enuisager des criminels assis dessus les grandeurs
& illustres des plus belles dignitez de cette

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 126. Anonyme. LE BREVIAIRE DES MINISTRES D’ESTAT, LEVR... (1652) chez [s. n.] à Paris , 15 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_607 ; cote locale : B_19_52. le 2013-06-24 04:47:53.

ne peut cognoistre des differens
qui se meuuent entre les Papes & les Rois de
France, il n’y a que le Parlement qui en a la cognoissance,
& qui peut appeller de leurs Decrets
comme d’abus. 9. Le Conseil ne peut rompre ne changer les vz & coustumes des Prouinces, le Parlement
de Paris le fait lors qu’il en iuge la necessité qui
va au bien du public & de la iustice des peuples.   10. Le Conseil ne peut casser vn Arrest solemnel
du Parlement de Paris, mais bien le Parlement
peut annuller les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 127. Anonyme. LE CELEBRE FESTIN DES MOVCHARDS EN VERS... (1649) chez [s. n.] à [s. l.] , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_665 ; cote locale : C_4_12. le 2013-06-24 08:51:39.


Sinon que dupper nostre bien,
Et boire comme vn trou d’Esté
Nous ostant toute liberté ;
Ie haïs mesme plus que la haire
Sergent, Mouchard, & Commissaire,
Et cette racaille de gens
Records à haper diligens,
Tout le monde sçait leur coustume
Sans qu’on l’apprenne par ma plume,
Car ie sçay comme en mille endroits
Ces gens mettent souuent leurs doigts,
Et ce que ie trouue de pire
On trouue tousiours à redire,
Dedans les lieux où ces maudits
Qui ne vont iamais moins de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 128. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi C_2_27. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : E_1_120. le 2013-06-30 11:45:02.


Qui quatre mois passez ne payans pas au terme,
Ordonne qu’en prison, helas ! on les enferme.
C’est quand des creanciers ignorans ou malins,
Se preualent en vain de l’Edit de Moulins.
Edit qu’on n’a voulu receuoir en Guyenne,
Pour ne renuerser pas la coustume ancienne.
Edit que le Normand bien sage a rebuté,
Apres ses incidens auoir bien discuté.
Voyant qu’au bon credit c’estoit couper la gorge,
Et mettre les pourceaux à l’abandon dans l’orge
Car ceder tous ses biens à peu de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 129. Anonyme. LE CENSEVR POLITIQVE. AV TRES-AVGVSTE... (1649) chez Colombel (Matthieu) à Paris , 28 pages. Langue : français. Avec permission. Voir aussi E_1_120. Référence RIM : M0_668 ; cote locale : C_2_27. le 2013-06-30 11:56:15.


Qui quatre mois passez ne payans pas au terme,
Ordonne qu’en prison, helas ! on les enferme,
C’est quand des creanciers ignorans ou malins,
Se preualent en vain de l’Edit de Moulins.
Edit qu’on n’a voulu receuoir en Guyenne,
Pour ne renuerser pas la coustume ancienne.
Edit que le Normand bien sage a rebuté,
Apres ses incidens auoir bien discuté.
Voyant qu’au bon credit c’estoit couper la gorge,
Et mettre les pourceaux à l’abandon dans l’orge.
Car ceder tous ses biens à peu de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 130. Anonyme. LE CHARIOT DE TRIOMPHE DE LA PAIX. En Vers... (1649) chez Henault (Mathurin) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_686 ; cote locale : C_2_29. Texte édité par Site Admin le 2013-06-30 17:00:36.

funerailles,
Chanter de la paix les douceurs,
Qui déia chatoüille nos cœurs,
N’ayants plus la machoire oyseuse
Non plus que la bedaine creuse.    
Vn iour la Paix en grand repos
Passoit le temps parmy les pots.
Comme elle a coustume de faire ;
Chacun faisoit bonne ordinaire :
Mais il suruint ie ne sçay qui
Et luy causa si grand ennui,
Que sans y prendre autrement garde,
Elle alla prendre vne hallebarde,
Pour mettre par tout le hola ;
Mais elle ouyst : Sortez de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 131. Anonyme. LE CHEVALIER CHRESTIEN PARLANT DES MISERES... (1649) chez Noël (François) à Paris , 23 pages. Langue : français. Voir aussi E_1_122. Référence RIM : M0_696 ; cote locale : C_1_14. le 2013-06-30 17:05:30.

pas des Roy sur la terre, où les peuples se
sont multipliez à milliers, puis que le gouuernement est autant
necessaire à la conservation de nostre esprit, que la production
des Indiuidus ?   C’est sans doute de ce principe que nos Roys
empruntent cette pieuse coustume, de mettre
tousiours au frontispice de leurs Priuileges, & de
leurs Lettres patentes, ces Royales paroles (Louis
par la grace de Dieu Roy de France & de Nauarre)
comme s’ils publioient hautement à tous les
hommes, que s’ils sont Souuerains, c’est

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 132. Anonyme. LE COMBAT DE DEVX AVTHEVRS, SVR LE SVBIET DE... (1649) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_708 ; cote locale : C_2_36. le 2013-06-30 17:19:36.

par écuelle,
Et que Messieurs nos champions
Plus horribles que des Lions
Se soient des-ja bien fait des niques,
Par cent boutades Poëtiques,
Qui de deux celebres Autheurs
Ont fait deux illustres frondeurs
Faisant contre toute coûtume
Prendre l’espée à gens de plume,
Qui plus vaillants que deux Cæsars,
Ont fait la botte au champ de Mars :
Et bien mesuré leurs rapieres,
Qu’ils ont rapporté toutes entieres,
En despit de monsieur le sort
Qui menace vn bretteur de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 133. Anonyme. LE COVRIER ESTRANGER, CONTENANT LA LETTRE DE... (1649) chez Alliot (Gervais), Langlois (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Avec permission.. Référence RIM : M0_826 ; cote locale : C_1_45. le 2013-07-08 09:28:17.

vostre Majesté vouloit esprouuer la fidelité de ses
suiets, sçauoir quelles estoient leurs pensées & leurs inclinations en ce rencontre,
s’ils ne s’estoient point mescogneus, & s’ils voudroient bien traitter auec le
Roy leur Maistre, autrement que des suiets ont coustume de receuoir les ordres
de leur Souuerain : de sorte que lors qu’ils ont differé, ou plustost qu’ils n’ont
osé receuoir le Herault qui leur estoit enuoyé, ç’a esté par respect, pour tesmoigner
l’obeïssance & la soubmission qu’ils recognoissent deuoir à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 134. Anonyme. LE DERNIER EXORCISME DV CARDINAL MAZARIN,... (1652) chez Clément (Jacques) à Paris , 8 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1016 ; cote locale : B_13_36. le 2013-07-16 11:05:40.

te faire cette Exhortation, sçachant que tu n’as rien d’humain que la figure: & que l’Enfer n’a point
de si cruel Demõ que toy. C’est ce qui me persuade que puis que
le vent de midy t’a porté de la Sicile dans les terres de la Frãce,
cõme il a coustume d’y ietter les Sauterelles, & le venin qui produit
icy les chenilles, & les autres plus veneneux animaux: On te
peut prendre pour ce Demõ meridional, dõt parle vn des pseaumes
qu’on chante à Cõplie; D’autres disent que n’ayant qu’vne
partie des

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 135. Anonyme. LE FIDELE EMPIRIQVE OV LE PVISSANT HELLEBORE... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1387 ; cote locale : B_18_33. le 2013-07-20 11:06:53.

soit pour quelque autre cause, qui
le pousse à desirer de la broüillerie C’est vous neantmoins
qui agissez, c’est vous qui remuez, c’est vous qui broüillez
auec les autres. En 3. lieu, (ie parle en general Il faut considerer que telle
a esté perpetuellement la coustume de ceux qui ont voulu
se preualoir de l’amitié des peuples pour leurs propres
interests d’excepter la personne du Prince, de protester
au contraire, qu’il n’a point de meilleurs ny de fideles seruiteurs
qu’eux. Car de s’attaquer directement au Prince,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 136. Anonyme. LE FLAMBEAV D’ESTAT, AVEC LEQVEL TOVS LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 43 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1397 ; cote locale : B_11_17. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-20 11:39:58.

que nous venons
de luy donner, que la iustice est vne certaine
habitude de la volonté, en vertu de laquelle
on doit rendre à chacun ce qui luy appartient,
par des voyes licites, honnestes, & tres-raisonnables ;
parce qu’il y peut auoir des loix &
des coustumes tres-esloignées de la iustice naturelle,
qui est de faire à quelque particulier ce
que nous ne voudrions pas qu’on nous fit à nous
mesmes ; comme par exemple de ruiner, en ruinant
tout Paris, l’innocent aussi bien que le coupable,
qui est vne certaine

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 137. Anonyme. LE FLAMBEAV D’ESTAT, AVEC LEQVEL TOVS LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 43 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1397 ; cote locale : B_11_17. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-07-20 11:39:58.

qu’on nous fit. I es preceptes du droit des gens
sont garder les droits des Ambassades, de la principauté
du domaine, des choses publiques communes,
& sacrées. Et les preceptes du droit ciuil,
sont ceux qui estant receus par les loix humaines,
ou par les coustumes, sont diuersement
obseruée par diuers peuples. Et neanmoins dans
toutes ces regles de iustice ie trouue que les peuples
ne sçauroient faillir de se faire iustice eux
mesmes quand on a refuse de la leur faire. Par
les preceptes de nature, il est permis à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 138. Anonyme. LE FLEAV DE L’ESPRIT DE DIEV, SVR LES... ([s. d.]) chez [s. n.] à [s. l.] , 48 pages. Langue : français, latin. Référence RIM : M0_1399 ; cote locale : B_10_29. le 2013-07-20 11:51:37.

par des bõnes
ordonnãces : mais encore par des nouueaux
soins, en mettant des nouueaux Officiers en chaque
Eglise Cathedrale, & en chaque Eglise Collegiale,
neanmoins cela n’empescha pas que les Ecclesiastiques ne fussent aussi ignorans que de
coustume : tellement que leurs mœurs corrompus
leur auoient donné vn tel desdein du Ministere
où ils estoient appellez, qu’il sembloit que
ce fut vne chose honteuse & contre la dignité Ecclesiastique
que de prescher, ou que d’enseigner
les peuples. En prenant

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 139. Anonyme. LE FORT ET PVISSANT BOVCLIER DV PARLEMENT,... (1649) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Datée, au colophon, du 23 mars 1649.. Référence RIM : M0_1402 ; cote locale : A_3_64. le 2013-07-20 16:50:53.

il reçoit les remonstrances, il aggrée les assemblées; &
voyant que l’on commençoit par la reuocation des Intendans des
Prouinces, il prie que l’on retarde l’execution de cét Arrest, Monsieur
le Duc d’Orleans en demande la surseance; & ayant contre les
coustumes fait venir en son Palais des Deputez pour conferer, il
amuse nos Magistrats par de belles promesses: Le Chancelier s’engage
de faire vne Declaration conforme a cét Arrest, le Parlement
se soumet; & le lendemain Monsieur le Duc d’Orleans, Oncle de
vostre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 140. Anonyme. LE FRANC BOVRGEOIS DE PARIS, Monstrant les... (1652) chez [s. n.] à Paris , 22 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1408 ; cote locale : B_17_2. le 2013-07-24 07:58:51.

le dommage & l’incommodité, les a
en horreur, y souhaitant hautement le remede,
sans que l’on doiue apprehender comme autrefois,
que telles gens puissent causer des necessités
& desordres dans la Ville, puis que tous
les Bourgeois ont appris, & pris coustume de
faire boulanger chez eux, & qu’ainsi vn chacun
peut se passer d’eux, soit en faisant du pain
chez soy, soit en profitant de la cõmodité des bureaux
establis dans la Ville, de grand pain Bourgeois
au poids, en eschange du bled, dont la
commodité

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 141. Anonyme. LE FRANC BOVRGEOIS DE PARIS, Monstrant les... (1652) chez [s. n.] à Paris , 22 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1408 ; cote locale : B_17_2. le 2013-07-24 07:58:51.

particuliers lors qu’ils n’ont pas la commodité
de les enuoyer dans lesdits Bureaux. Le tout
moyennant vn salaire modique & reglé pour
le droit de mouture, & tous autres frais, qui n’est
que la moindre partie de la valeur du bled, que
les Meusniers ont de coustume de prendre indirectement
outre leurs salaires legitimes, sont vn
exemple d’vn remede tres-salutaire dans Paris,
contre les maluersations ordinaires des Meusniers,
duquel neantmoins ils n’oseroient se
plaindre, tant parce qu’il ne desroge aucunement
à

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 142. Anonyme. LE GRAND COVRIER OV LE CELEBRE DEFENSEVR DV... (1650) chez Pelé (Denis) à Paris , 14 pages. Langue : français. Même pièce que M0_551 (?). Référence RIM : Mx ; cote locale : C_1_48. le 2013-07-28 15:39:22.

les Grecs
tenoient la Ville de Troye assiegée, le bon homme Nestor
conseilla à Agamemnon qui beuuoit auec eux de
les conuier à disner pour deliberer, en beuuant des affaires
de la guerre. On dit qu’encore auiourd’huy les
Indiens Topinamba prattiquent cette loüable coustume
de n’entreprendre point d’affaires serieuses en paix
ou en guerre, qu’apres auoir fait bien boire les Anciens
qui president au conseil, puis apres les bons aduis que
Bacchus leur a inspirez, sont aussi-tost mis à execution
par les ieunes. Et ne vous

=> Afficher la page


Occurrence 143. Anonyme. LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1508 ; cote locale : B_8_10. le 2013-07-28 15:53:16.

plus de coups que le moulin qui
ta fait. Le Papier. Madame la Paille, bon quartier
de grace, ne sçais tu pas bien que ie n’ayme
qu’amour & simplesse, que ie sers d’ordinaire
aux personnes des professiõs ennemies de l’espée,
& qu’enfin comme on a coustume de dire
le Papier souffre tout. Mais d’où te vient auiourd’huy
cet excés d’audace ? à toy qui trembles
au moindre vent, & qui te laisses par tout
fouler aux pieds, ou si tu veux que ie te parle
en Rodrigue, puis que tu m’as osé demander si

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 144. Anonyme. LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1508 ; cote locale : B_8_10. le 2013-07-28 15:53:16.

que c’est vn des artifices de
cet Italien, qui veut par là témoigner sa candeur
& le dessein qu’il a de se reconcilier auec ses ennemis :
mais afin que personne n’y soit trompé, ie veux bien que tu sçaches que ny luy ny les siens,
suiuant leur coustume, ne me mettent en parade
sur leur chapeaux, que pour me ietter apres dans
le feu, & m’employer au plus vil office de tous. Ils
disent aussi que ie ne suis bon qu’à faire des allumettes,
& que i’en ay seruy par toute la France pour
eschauffer la

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 145. Anonyme. LE GRAND DIALOGVE DE LA PAILLE ET DV PAPIER,... (1652 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 26 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1508 ; cote locale : B_8_10. le 2013-07-28 15:53:16.

si ie ne me trompe
c’est Tous ceux qui n’en porteront point, La Paille. Passeront pour vrais Mazarins. Tu craignois à dire ce second vers, à cause qu’il
choque en quelque façon Mazarin, aussi pour
n’en point mentir, ie te trouue desia beaucoup plus
noir que de coustume, & c’est pourquoy le commun
dire se trouue tres veritable, que peché nuit ;
mais laissant à part cette matiere vn peu trop serieuse
pour mon humeur encore legere, dy-moy si la
rime des deux vers que nous venons de reciter, ne
te semble pas fort

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 146. Anonyme. LE GRAND RESSORT DES Guerres ciuiles en... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 52 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1513 ; cote locale : B_3_18. le 2013-07-28 16:42:07.

leur seureté ; & que ne
pouuant estre supportez longuement sans les armes,
ils ne dureroient guere pendant la paix. Les Medicis
auoient cette raison pour deuise, de diuiser Florence,
afin de regner en seureté. Et l’ambitieux
Ebroin Ministre de Clotaire auoit coustume de dire,
qu’il falloit opprimer les François par les guerres
ciuiles, de peur que deuenant trop gras par vne longue
paix, ils ne vinssent à le detruire, & à luy oster
toute son authorité. C’est donc vne necessité indispensable à vn

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 147. Anonyme. LE GRAND RESSORT DES Guerres ciuiles en... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 52 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1513 ; cote locale : B_3_18. le 2013-07-28 16:42:07.

de nous
ruiner, subsistent, & s’enrichissent de nos dépoüilles :
n’est-ce point nous traitter le plus inhumainement
qu’il est possible ? n’auons-nous pas raison
apres cela, de les tenir pour des ennemys irreconciliables ? Tajan auoit coustume de dire souuent, qu’étant
Empereur, il se gouuernoit à l’endroit des
particuliers de la mesme sorte, dont il eust souhaité
qu’ils se fussent gouuernez en son endroit, s’ils
eussent esté Empereurs, & luy personne priuée : si
nos Ministres sont de

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 148. Anonyme. LE GRAND RESSORT DES Guerres ciuiles en... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 52 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1513 ; cote locale : B_3_18. le 2013-07-28 16:42:07.

estre le but & le terme de
toutes nos intentions. Pour peu que la Reyne veuille relascher de cette
haute Protection qu’elle donne au Ministre insolent,
qui nous a si mal traittez, nous viendrons à
bout d’vn dessein si equitable, on en abolira pour
iamais la coustume pernicieuse en France, & nous
nous verrons heureusement deliurez de ces insatiables
Minotaures, qui font leur pasture de tant de
milliers d’hommes. L’Histoire Romaine nous apprend, que Plotine
femme de Trajan, se voyant conduire auec tant
de pompe

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 149. Anonyme. LE GRAND RESSORT DES Guerres ciuiles en... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 52 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1513 ; cote locale : B_3_18. le 2013-07-28 16:42:07.

de Clotaire III. Il donna les
moyens d’opprimer le peuples, par la quantité
d’imposts qu’il establit sur toutes sortes de biens
faisant des exactions & des iniustices enormes à
l’endroit de tous les sujets du Roy, qu’il traittoit
comme des esclaues, ayant coustume de dire souuent
que le peuple viuoit trop grassement en France
& qu’il se meconnoissoit lors qu’on le laissoit
dans la iouïssance d’vne trop longue paix. Apres la mort de Clotaire. Ebroin craignant
que Childeric legitime heritier de la Couronne,

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 150. Anonyme. LE GRAND RESSORT DES Guerres ciuiles en... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 52 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_1513 ; cote locale : B_3_18. le 2013-07-28 16:42:07.

entre les hommes.   Ainsi il reprit le gouuernement du Royaume &
du Roy, qui durãt toutes ces tragedies ne se seruoit que de marotte sans iugement, & sans aucune vigueur.
Ebroin auoit toute l’authorité, de laquelle
il se seruoit comme de coustume : c’est à dire auec
toute la cruauté imaginable, le massacre de sainct
Leger Euesque d’Authun, la mort de plusieurs autres
Prelats en furent des marques funestes, qui le
rendirent odieux à toute la France.   Il fut bien si forcené de rage, qu’il

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 151. Anonyme. LE GVIDE AV CHEMIN DE LA LIBERTÉ FAISANT... (1652) chez [s. n.] à Paris , 24 pages. Langue : français, latin. Pièce 27 sur les 52 de Carrier.. Référence RIM : M0_1534 ; cote locale : B_3_23. le 2013-08-10 06:30:50.

que les moyens par lesquels nous nous en pouuõs
tirer soit injustes? Ie sçay qu’il ne faut point faire
du mal afin que le bien arriue, non sunt facienda
mala vt inde eueniant mala. Mais ie sçay aussi que
toute nostre obeïssance nos respects, nos condescendences,
nos coustumes, tout cela n’est qu’vn
droit pour le plus positif, Et que la liberté que ie
propose est vn droit naturel lequel a besoin d’vn
peu d’ayde mais nous n’auons qu’a nous seruir
d’vne partie de nos forces pour nous rendre heureux.
Quelque estime qu’on

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 152. Anonyme. LE HARAVT FRANCOIS SVR LA TIRANNIE, FAISANT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Voir aussi B_20_34. Référence RIM : M0_1617 ; cote locale : B_4_4. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-08-10 09:25:33.

il y a 5. ou 6. ans de trauerser l’eslection de
ce Pape & de luy declarer la guerre, si feu M. le
Prince n’eust protesté hautement contre ce dessein,
qu’il fit voir entierement contraite à la pieté
de leurs Maiestez Tres Chrestiennes, & à l’ancienne
coustume qu’ils ont eu de tout temps de
ne se departir iamais du respect que le glorieux
titre de fils aisnez de l’Eglise leur faisoit inuiolablement
conseruer pour le saint Siege.   Certes s’il ne tient qu’a nous défaire du Maz.
pour nous remettre dans les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 153. Anonyme. LE HARAVT FRANCOIS SVR LA TIRANNIE, FAISANT... (1652) chez [s. n.] à [s. l.] , 36 pages. Langue : français. Voir aussi B_4_4. Référence RIM : M0_1617 ; cote locale : B_20_34. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-08-10 09:26:08.

il y a 5. ou 6. ans de trauerser l’eslection de
ce Pape & de luy declarer la guerre, si feu M. le
Prince n’eust protesté hautement contre ce dessein,
qu’il fit voir entierement contraire à la pieté
de leurs Maiestez Tres-Chrestiennes, & à l’ancienne
coustume qu’ils ont eu de tout temps de
ne se departir iamais du respect que le glorieux
titre de fils aisnez de l’Eglise leur faisoit inuiolablement
conseruer pour le saint Siege.   Certes s’il ne tient qu’a nous défaire du Maz.
pour nous remettre dans les

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 154. Anonyme. LE LABYRINTE DE L’ESTAT, Ou les veritables... (1652) chez [s. n.] à Paris , 36 pages. Langue : français. Page de titre en page 2.. Référence RIM : M0_1797 ; cote locale : C_12_8. Texte édité par Morvan Perroncel le 2013-09-03 16:38:50.
que façon, l’aigreur des maux les plus insupportables
& que les forçats mesmes dans les galeres
trouuent leur chaisnes moins rudes apres
les auoir long-temps soustenuës : toutefois
nous esprouuons au contraire que comme la
goutte d’eau

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 155. Anonyme. LE MANIFESTE DE MONSEIGNEVR LE DVC... (1652) chez Pétrinal (Jean) à Paris , 16 pages. Langue : français. Référence RIM : M0_2366 ; cote locale : B_5_50. le 2013-09-10 14:56:15.

pour persuader à sa Majesté la sincerité de
ses intentions, qu’ils apprennent que dans peu de
temps ie descouuriray leur malice, & que ie dõneray
bon ordre pour rabattre leur orgueil, & les chastieray
de leur audace & de leur insolence. C’est la coustume
des Fauoris d’vsurper tousiours le droict des
Princes, & ne croient iamais leur fortune assez haulte
ou bien asseurée, s’ils ne l’establissent sur leur ruine.
Pour remedier donc aux maux que leur tyrannie a
déja fait au Prince de Condé, & pour

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 156. Anonyme. LE MANIFESTE DV CARDINAL MAZARIN LAISSÉ A... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 40 pages. Langue : français. Voir aussi C_11_4 et C_11_5 (suite). Référence RIM : M0_2390 ; cote locale : B_20_11. Texte édité par Site Admin le 2013-02-09 14:15:59.

de peur qu’il n’allast descouurir ou dissiper
mes artifices, le conjurant faussement par
les interests que la France auoit à sa conseruation,
de ne sortir point du Palais Royal, & de renuoyer
vuide son carosse auec les flambeaux & la
mesme suitte qu’il auoit coustume d’auoir, sçachant
bien que les assassins pretendus que j’auois
mis en ambuscade, ne manqueroit point de faire
leur descharge. Le lendemain le Prince de Condé sur le rapport
qu’on auoit tiré plusieurs coups de pistolets
dans son carosse, & que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 157. Anonyme. LE MANIFESTE DV CARDINAL MAZARIN LAISSÉ A... (1651 [?]) chez [s. n.] à [s. l.] , 44 pages. Langue : français. Partie 1. Voir aussi C_11_5 (suite) et B_20_11. Référence RIM : M0_2390 ; cote locale : C_11_4. le 2013-02-09 14:18:47.

de peur qu’il n’allast descouurir ou dissiper
mes artifices, le conjurant faussement par
les interests que la France auoit à sa conseruation,
de ne sortir point du Palais Royal, & de renuoyer
vuide son carosse auec les flambeaux & la
mesme suitte qu’il auoit coustume d’auoir, sçachant
bien que les assassins pretendus que j’auois
mis en ambuscade, ne manqueroit point de faire
leur descharge. Le lendemain le Prince de Condé sur le rapport
qu’on auoit tiré plusieurs coups de pistolets
dans son carosse, & que

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 158. Anonyme. LE MANIFESTE DV CARDINAL MAZARIN, PRESENTÉ... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_15_1. Référence RIM : M0_2391 ; cote locale : B_2_9. le 2013-09-16 09:40:22.
contez, & quoy qu’il semble que l’effort de leurs
plaintes & de leurs calomnies poincte particulierement
contre eux ; C’est le plus souuent vn piege que
l’on tend pour surprendre le Prince : Cette coustume
estant pratiquée de ne médire iamais de son Roy, ny
de luy faire la guerre ouuertement & directement
mais on le fait sous le nom emprunté de ses principaux
Ministres : Aussi est-ce la raison plus considerable,
& pour laquelle les voyes defait contre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 159. Anonyme. LE MANIFESTE DV CARDINAL MAZARIN, PRESENTÉ... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Voir aussi B_15_1. Référence RIM : M0_2391 ; cote locale : B_2_9. le 2013-09-16 09:40:22.

d’vn homme de bien sont changées,
& où il conuient faire tout le contraire.   Le Soleil qui a le mouuemẽt plus reglé, & qui sert
de mesure aux mouuemens des autres Planttes,
quand il est meu du mouuement de trepidation, semble
byaiser plus que de coustume ; Dieu mesme change
souuent les decrets de sa volonté, & tousiours pour
nostre bien, encores que nous ne le reconnoissions
sur le champ ; de mesme si vostre Majesté a donné
quelques recompenses & fait du bien à quelques personnes
dont les merites luy

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


Occurrence 160. Anonyme. LE MANIFESTE DV CARDINAL MAZARIN, PRESENTÉ... (1652) chez [s. n.] à Paris , 8 pages. Langue : français. Page de titre en page 2. Voir aussi B_2_9. Référence RIM : M0_2391 ; cote locale : B_15_1. le 2013-09-16 09:42:44.

Ministres, desquels les seruices ne sont pour rien
contez, & quoy qu’il semble que l’effort de leurs
plaintes & de leurs calomnies poincte particulierement
contre eux ; C’est le plus souuent vn piege que
l’on tend pour surprendre le Prince : Cette coustume
estant pratiquée de ne médire iamais de son Roy, ny
de luy faire la guerre ouuertement & directement,
mais on le fait sous le nom emprunté de ses principaux
Ministres : Aussi est-ce la raison plus considerable,
& pour laquelle les voyes defait contre

=> Afficher la page
=> Afficher la notice


1 2 3 4 5 6 7