[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Affichage d'une occurrence en contexte

Mazarinade n° C_3_33

Image de la page

Anonyme [1649], CENSVRE DE L’INSVFISANTE ET PRETENDVE RESPONSE FAITE A LA REFVTATION DE LA LETTRE D’ADVIS. , françaisRéférence RIM : M0_669. Cote locale : C_3_33.


de passion & de zele, ie ne puis m’enpescher de vous
seruir en le seruant, & de traitter vne personne que ie
veux combattre, auec, peu s’en faut, la mesme douceur
que i’ay pour celuy que ie veux vanger. Admirez
vn peu le caprise de ma cholere, MONSIEVR, il faut
que ie vous desabuse, quand ie veux vous confondre,
& que ie purge vos pensées de l’imagination de quelque
science, quand ie veux renuerser vos erreurs, c’est
vous rendre vn seruice, duquel s’il vous reste quelque
reconnoissance, vous me deuez demeurer obligé, &
veritablement au plus consident de mes amis, ie n’aurois
pû faire vne faueur, selon mon iugement, plus
grande ny plus souhaitable.
 
Si quelqu’vn auparauant vostre écrit vous eust seruy
d’aussi bonne sorte, vous n’auriez pas pensé à faire
gloire de l’auoir acheué en vingt quatre heures, comme
vous vous en osez vanter. Cette petitte vanité n’auoit
eu garde de vous chatoüiller, si vous ne vous
estiez imaginé que c’est vne piece de grande science, &
cette erreur où l’on vous a laissé, vous doit exposer à la
risée de beaucoup de móde, puis qu’il n’est point d’hõme
d’esprit qui ne iuge que les plus ignorans auroient
honte de ce vanter d’auoir fait en vne heure, ce que
vous dittes, comme d’vn miracle, que vous l’auez fait
en vn iour : Certes, MONSIEVR, s’il vous eust falu
faire vne exacte response à l’ouurage de mon amy,
comme vous deuiez, & ne vous pas contenter par
trois erreurs de combattre vn si grand nombre de
preuues, vous n’auiez pas assez de vie pour l’acheuer.
Ie diray s’il faut que ie iuge de vous par vostre ouurage