[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Affichage d'une occurrence en contexte

Mazarinade n° B_2_29

Image de la page

Anonyme [1652 [?]], INSTRVCTION ROYALE, OV PARADOXE SVR LE GOVVERNEMENT de l’Estat. , français, latinRéférence RIM : M0_1710. Cote locale : B_2_29.


necessaire que ie luy face comprendre auant toute chose
que la loy Euangelique n’a iamais eu que la vie eternelle
pour cause finale de toutes ses entreprises, & l’ame
humaine pour son propre sujet, & pour sa matiere :
C’est pourquoy il est necessaire qu’elle soit toute dediée
à la direction des mouuemens internes de la conscience,
& non pas à retenir ny à empescher la force & la
violence externe de l’homme, & partant elle ne sçauroit
estre destinée que pour iuger des moyens necessaires
à la beatitude, conformement aux causes essentielles
& spirituelles de la Religion Chrestienne, par persuasion
seulement : par la Predication de la parole de
Dieu : par la dispensation des Sacremens : par l’exclusion
de la Communion : par le moyen des censures : &
finallement par les armes spirituelles de l’Eglise, dont
anciennement on ne pouuoit pas vser sans le Conseil
Aristocratique du Presbytere.
 
Iesus Christ ne respondit il pas à Pilate, que son regne
n’estoit pas de ce monde, & que le fils de l’homme
n’auoit pas où reposer sa teste ? pour faire voir par là que
l’Eglise ne sçauroit auoir de droit diuin, aucun territoire,
ny droit de punir par aucune peine corporelle :
car l’ame qui est le propre sujet de la loy Euangelique,
a son mouuement d’vn principe interne seulement :
C’est pourquoy le droit du glaiue materiel suit necessairement
le territoire ainsi que l’effet suit la cause : Et
voicy de quelle sorte est ce que le diuin Apostre Saint
Paul esclaircit cette pensée : Car bien dit-il que nous cheminions
en la chair, nous ne combatons pas selon la chair,
car les armes de nostre guerre ne sont pas charnelles, mais
puissance de Dieu, à la destruction des forteresses, destruisant
les Conseils & toute hautesse qui s’esleue contre la connoissance
de Dieu, & amenant prisonniere toute pensée à
l’obeyssance de Iesus-Christ.
Si faut il pourtant que l’Eglise soit maintenuë dans