[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Affichage d'une occurrence en contexte

Mazarinade n° D_2_19

Image de la page

Anonyme [1649 [?]], FACTVM, SERVANT AV PROCEZ CRIMINEL FAIT AV CARDINAL MAZARIN, touchant ses intelligences auec les Estrangers ennemis de l’Estat. , françaisRéférence RIM : M0_1368. Cote locale : D_2_19.


FACTVM,
SERVANT AV PROCEZ CRIMINEL
FAIT AV CARDINAL MAZARIN,
touchant ses intelligences auec les Estrangers
ennemis de l’Estat.
PREMIERE PARTIE.
IL y a apparence & probabilité que le Cardinal
Mazarin s’est toûjours entendu auec les Espagnols
ennemis de la France, & qu’il a procuré leurs
auantages autant qu’il luy a esté possible, au détriment
de cét Estat.
Pour cét effet, il a depuis deux ans malicieusemẽt
& proditoiremẽt arresté le cours des prosperitez des Armes du Roy.
Apres les prises de Courtray, Dunquerque & Furne, qui arriuerent
en 1646. il fit casser & retrancher plus de cent Compagnies
de Caualerie, & perir celles qui resterent, sans leur donner pendant
le quartier d’Hyuer ny paye, ny fourrage, bien que la guerre durast
tousiours, & qu’on la deust continuer à la prochaine campagne.
Il asseuroit cependant que la Paix se feroit, & neantmoins il entretenoit
secrette correspondance auec les Ministres du Conseil
d’Espagne, & auec le Marquis de Castelrodrigo, Gouuerneur du
Pays-bas, enuers lequel il s’estoit engagé dés Rome, où ledit Castelrodrigo
a esté Ambassadeur du Roy d’Espagne.
N’ayant ny fait la Paix, ny preparé d’Armée pour la Campagne
de 1647. & ayant par ce moyen donné lieu à l’Archiduc Leopold
d’assieger Armantieres, cette Place durãt au delà de son attente, &
de son desir ; il blasmoit à la Cour le sieur du Plessis-Belliere de tenir
si long tẽps, & s’opiniastrer dãs vne Place qui deuoit estre prise.
La necessité, ou plustost la honte & les cris de toute la France,
ayant auec presse fait mettre vne armée sur pied, elle deuint par sa


Erreur de la base de données

Erreur lors de la connexion à la base de données