[retour à un affichage normal]

Accueil > recherche > Affichage d'une occurrence en contexte

Mazarinade n° C_1_41_2

Image de la page

Anonyme [1649], SVITE DV COVRIER DE LA COVR, PORTANT LES NOVVELLES de S. Germain, depuis le 22. Mars 1649. iusques au 29. , françaisRéférence RIM : M0_821. Cote locale : C_1_41_2.


de cela on traitta des interests des Princes, & Generaux de Paris, mais ce ne fut
qu’en termes generaux, que la Reine se reseruoit de faire des graces, & sans
rien bailler par escrit.
 
Samedy 27. on eut nouuelles de ce qui s’estoit passé au païs du Maine, & des
forces considerables que le Marquis de la Boulaye y auoit pour le Parlement,
auec lesquelles il estoit en marche vers Angers : De sorte qu’on parla d’enuoyer
quelques troupes de ce costé-là sous la conduite du Marquis de Ierzé, comme
aussi d’enuoyer Monsieur le Grand-Maistre de l’Artillerie vers le Poictou.
Dans la Conference on ne parla bien precisément des interests de Messieurs
les Generaux de la part de la Reine, comme les Deputez du Parlement s’y attendoient,
mais on promit d’enuoyer au soir la response à leurs Propositions.
Quant aux articles du Traitté de Ruel, sur lesquels le Parlement auoit ordonné
des Remonstrances, on fit esperer aux Deputez 1. que la Reine dispenseroit le
Parlement de venir tenir le Lit de Iustice à S Germain, 2. que S. M. se contenteroit
de la parole des Deputez concernant la cessation des Assemblées pour
cette année, sans exiger qu’on en fist vn article de la Declaration qui se doit
faire pour la paix, 3. Que les assaires du Roy ne pouuant subsister sans les prests
ou auances accordées pour deux ans au denier 12. en l’estat où sont les choses,
S. M. trouueroit bon qu’on les reglast à 12. en millions par an, & qu’on ne forceroit
personne à en faire, 4. Que S. M. pourroit donner les prouisions du Gouuernement
de la Bastille à Monsieur de Broussel.
Mais comme les Deputez furent partis dans l’opinion de reuenir le lendemain
conclure, & signer le Traitté au contentement de tout le monde, on apprit
que le Parlement auoit arresté le mesme iour que ses Deputez se ioindroient
auec ceux des Generaux pour faire coniointement vne nouuelle instance pour
l’éloignement de Monsieur le Cardinal, ce qui fit qu’on douta de la paix plus
qu’auparauant.
Dimanche 28. de Mars iour des Rameaux, Monsieur le Telier, & Monsieur
de Sainctot furent à Ruel, & parlerent aux Deputez : on croit que le premier
porta les responses aux Propositions de Monsieur le Prince de Conty, &
des Generaux de Paris, & representa le danger qu’il y auoit de tout gaster si on
parloit de Monsieur le Cardinal ; & l’on estime que les Deputez firent dessein
de vuider auparauant tous les autres Poincts. Tant y a qu’on sçeut le soit qu’ils
deuoient venir le lendemain matin. Dieu vueille que ce soit pour conclure
vne bonne paix.
Lundy 29. La Paix a esté arrestée le matin à midy, les Deputez estans demeurez
d’accord de tous les Articles de part & d’autre, dont tout le monde a suiet
d’estre satisfait ; mesme Messieurs les Generaux de l’Armée de Paris. Messieurs
les Deputez du Parlement doiuent demain aller à Paris porter la Declaration
qui leur sera enuoyée à Rüel, composée desdits Articles, afin de la faire
publier au plustost.

FIN.


Erreur de la base de données

Erreur lors de la connexion à la base de données