[retour à un affichage normal]

Ouverture du catalogue du Projet Mazarinades

L’équipe des Recherches internationales sur les Mazarinades est heureuse d’annoncer l’ouverture publique du catalogue du Projet Mazarinades, regroupant actuellement les 2709 pièces de la collection de la Bibliothèque de l’Université de Tokyo.

ACCÈS au CATALOGUE – ou par le lien de la colonne de gauche.

Après la numérisation des pièces (2010-2011), la mise en ligne du corpus (2011) et le développement du moteur de recherche (2011-2012), ce catalogue public constitue la clef de voûte du Projet Mazarinades, soutenu par la JSPS pour la période avril 2010 – mars 2014.

À l’instar des catalogues jusqu’à maintenant fournis par les bibliothèques, le catalogue du Projet Mazarinades décrit et ordonne selon divers critères les pièces de la collection.  À la gauche du titre de chaque pièce, l’icone de page donne accès à la notice complète de la mazarinade. Les titres des colonnes permettent (par clic) de classer l’ensemble des pièces selon l’un ou l’autre des critères (titre, date, imprimeur, etc.). Des recherches sélectives multicritères sont également possibles avec les boîtes disposées au-dessus des colonnes de titres ou par la page « Chercher ».

À la différence des autres catalogues, le catalogue du Projet Mazarinades est extrait directement du corpus lui-même : ce sont les données présentes dans les fichiers XML-TEI de chacune des pièces du corpus qui sont proposées à l’affichage.
Les membres des RIM peuvent d’ailleurs accéder au texte complet et aux images de chaque pièce à partir de sa notice dans le catalogue.

Parallèlement à ces développements logiciels de l’accès au corpus, l’équipe RIM continue le renseignement textuel des pièces. À partir d’une saisie brute des seuls titres et contenus des Mazarinades, tous les « numéros Moreau »1 ont déjà été introduits (2011).
Progressivement, en éditant les pièces une par une, ce sont maintenant l’ensemble des informations descriptives qui sont vérifiées et ajoutés dans les champs concernés : titre (dans son orthographe d’origine), auteur (le cas échéant), lieu et date d’édition, nom d’imprimeur (selon la liste normalisée), présence de « permission » ou de « privilège », nombre de pages, langue(s), informations spéciales sur l’exemplaire, ainsi que les commentaires extraits de la Bibliographie des Mazarinades de Célestin Moreau (1850-1851).
En février 2013, près de la moitié du total des pièces a déjà reçu l’ensemble de ces informations. Les utilisateurs du catalogue ou du moteur de recherche trouveront donc encore pendant quelques mois des pièces dont les références ne sont pas achevées. Par exemple, la présence de « NA » (pour non attribué) dans le champ d’auteur indique que la pièce n’a pas encore reçu ses références complètes. Cependant, cela n’empêche pas la recherche des pièces par le catalogue et ne restreint pas l’accès lexical à l’ensemble des textes par le moteur de recherche.

Le catalogue et le corpus du Projet Mazarinades sont proposés par l’équipe des RIM pour que tous les amateurs, étudiants, chercheurs, enseignants, bibliothécaires et conservateurs du patrimoine, sans restriction de lieu ou d’horaire, puissent se renseigner sur les Mazarinades et accéder aux textes, sous forme d’extraits pour le public, ou intégralement pour les membres (sur simple demande par courrier électronique envoyé à « webmestre » [chez] « mazarinades.net »).2

L’équipe RIM autorise la copie des informations du catalogue, des données extraites du moteur de recherche, la création de liens hypertextes vers le catalogue ainsi que vers les notices des pièces. L’équipe RIM recommande de citer la source des éventuelles copies sous la forme : [informations extraites du] « catalogue du Projet Mazarinades » (avec ou sans lien hypertexte).3

Les bibliothécaires et conservateurs peuvent également recourir à ce catalogue en ligne pour se renseigner sur les pièces de leur fonds. Celles qui se trouvent dans le catalogue du Projet Mazarinades pourront être mieux décrites chez eux ; celles qui ne s’y trouvent pas pourront être repérées et, selon les cas, former un ensemble de pièces rares ou locales.
L’équipe RIM propose des partenariats pour développer la numérisation et la mise en ligne des pièces encore absentes du corpus du Projet Mazarinades. Un lien web permanent vers les établissements partenaires sera effectué à partir de chaque notice de pièce ajoutée et dans les pages principales des sites Mazarinades.org et Mazarinades.net.
Les chercheurs intéressés par l’édition scientifique des mazarinades de leur choix peuvent devenir membres des RIM, recevoir une formation à l’édition en ligne et signer les pièces qu’ils auront éditées.4

Le 22 février 2013, pour l’équipe RIM : Tadako Ichimaru & Patrick Rebollar.

___________ Notes :
  1. Numéros que Célestin Moreau a donné aux pièces dans sa Bibliographie des Mazarinades (1850-1851), puis dans les suppléments édités par Moreau lui-même ou par  Émile Soccard ou Ernest Labadie… []
  2. L’accès intégral public aux textes et images n’est actuellement pas proposé pour plusieurs raisons : 1. beaucoup de textes sont encore fautifs, notamment du fait de passages illisibles sur les originaux ou de coquilles de transcription ; 2. l’équipe RIM ne souhaite pas que ces textes fautifs soient illégalement mis dans le commerce (voir les nombreux textes de Gallica et de Google Books qui deviennent des livres vendus, par exemple, sur le site Amazon… ; 3. la Bibliothèque de l’Université de Tokyo possède des droits sur les images des originaux. []
  3. Tout usage frauduleux ou discourtois sera publiquement signalé et pourra donner lieu à des poursuites. Par usage frauduleux ou discourtois, nous entendons : copie de quantités importantes de notices ou d’extraits sans signaler la source, informations tronquées ou déformées ayant pour effet de nuire au Projet Mazarinades, usage commercial des ressources mises en ligne par l’équipe RIM sans son autorisation. []
  4. L’édition scientifique en ligne d’une mazarinade est constituée de plusieurs étapes : établissement du texte en ligne par collation à l’image, création de la version moderne, vérification des informations bibliographiques, proposition de commentaires sur le texte, les événements qu’il relate, les personnages dont il traite, etc., incluant l’interprétation argumentée de la pièce, de ses relations à d’autres pièces ou de ses effets sur le public de l’époque. []
Cette entrée a été publiée dans Informations. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *